Un Air de Famille

Un Air de Famille
De Jean-Pierre Bacri, Agnès Jaoui
Mis en scène par Agnès Jaoui
Avec Catherine Hiegel
  • Catherine Hiegel
  • Grégory Gadebois
  • Jean-Baptiste Marcenac
  • Léa Drucker
  • Nina Meurisse
  • Laurent Capelutto
  • Théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • 18, boulevard Saint-Martin
  • 75010 Paris
  • Strasbourg-Saint-Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 75,00
Evénement plus programmé pour le moment

Toute ressemblance avec une famille existante ne serait que pure mais troublante coïncidence.

Vendredi soir, c'est la réunion hebdomadaire de la famille Ménard. Comme tous les vendredis le rendez vous a lieu "Au père tranquille", le bistrot tenu par Henry Ménard, digne successeur de son défunt père.

Sont attendus, la mère, possessive et directive, Betty, la soeur garçon manqué, Philippe, le frère admiré, et Yollande, sa femme soumise qui fête ce soir là son anniversaire. Présent également Denis, le serveur, indolent de nature. En retard, Arlette la femme d'Henry.

Tout pourrait avoir un air de famille tranquille, si ce jour-là les rancoeurs n'étaient elles aussi au rendez vous car Betty quitte Denis, Arlette quitte Henry, Philippe si brillant, voit sa carapace se fissurer après une prestation télé pas très convaincante et l'anniversaire de Yollande tourne au vinaigre...

 

Cette comédie analyse ce que nous sommes et nos rapports aux autres, avec la plume à l'humour corrosif de Bacri et Jaoui.

Un air de famille a été récompensé par le Molière du meilleur spectacle comique en 1995. Cédric Klapisch en a ensuite fait un film très réussi en 1996.

Pour sa reprise au théâtre de la Porte Saint-Martin, c'est Agnès Jaoui qui met en scène.

Grégory Gadebois est un acteur de 39 ans, César du meilleur espoir masculin pour son rôle dans Angèle et Tony (2012) et Mini-Molière du meilleur rôle masculin pour son succès Des Fleurs pour Algernon, qu’il a joué pendant 3 ans dans de nombreux théâtres. Sa dernière apparition sur les planches était dans Victor (2015), pièce un peu décevante.

Catherine Hiegel, 70 ans, avait obtenu le Molière de la meilleure comédienne en 2010 pour la pièce de théâtre La Mère. C'est elle qui a mis en scène Les Femmes Savantes, également au Théâtre de la Porte Saint-Martin, fin 2016.

60

La critique de la rédaction : 7/10. Une pièce de théâtre sympa, rigolote mais pas un coup de coeur non plus.

J'apprécie l'écriture d'Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, les répliques font mouche et les personnages exacerbent leurs défauts. Grégory Gadebois campe très bien son rôle de patron de bar primaire et Léa Drucker fait beaucoup rire en femme soumise à son mari.

Un Air de Famille démarre très fort mais j'ai trouvé que ça traînait un peu en longueurs. La seconde partie est moins convaincante.

La mise en scène n'innove pas énormément dans cette adaptation, néanmoins elle fonctionne bien.

Un beau décor, un texte fin, du bon jeu... alors pourquoi pas.

 

Au Théâtre de la Porte Saint Martin, nous avons aussi critiqué Cuisine et Dépendances !

Note rapide
7,5/10
pour 8 notes et 6 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
63%
3 critiques
Note de 8 à 10
38%
Toutes les critiques
1 mai 2017
8/10
15 0
Un air de famille est un film réalisé par Cédric Klapisch en 1996, d'après la pièce de théâtre, du même nom, écrite par Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri. Elle est mise en scène par Catherine Hiegel, qui joue dans la pièce avec Léa Drucker, Nina Meurisse, Grégory Gadebois, Laurent Capulletto et Jean-Baptiste Marcenac.

Toute la pièce se passe dans un café-restaurant. On y voit la famille dans tous ses états, la difficulté de communiquer, le sentiment d'abandon, de solitude et de tristesse profondes que ressentent les enfants non-aimés et dévalorisés, par un des parents au profit des frères ou soeurs. On est pris par les dialogues ironiques, mordants mais aussi tendres et touchants. Les acteurs sont excellents et intenses. J'y suis allée un dimanche après-midi par un temps magnifique avec un ciel azur et un soleil brillant en me demandant si je ne ferai pas mieux d'aller me promener le long des quais.

Je suis sortie du théâtre enchantée et conquise.
Quelles intenses après-midis ou soirées nous passons dans ces salles obscures où, pour notre plus grand bonheur, bat le coeur de la vie !
19 avr. 2017
7,5/10
2 0
Comme pour "cuisine et dépendances" les décors sont parfaits.

Le rendu de la pièce m'a semblé meilleur que pour l'autre pièce de Bacri/Jaoui, même si je pense que le jeu des acteurs est encore un peu fade ou un peu trop marqué.
14 mars 2017
9/10
21 0
Du théâtre, du vrai comme on l'aime.

Non seulement j'ai adoré mais je recommande très vivement. Le jeu des acteurs est formidable, juste, pas surjoué ou sousjoué mais simplement juste.
Je ne cite personne en particulier mais bravo à l'ensemble cohérent et homogène. Parfait et encore merci pour cette formidable soirée.
17 févr. 2017
8,5/10
57 0
Je n’ai pas vu le film – contrairement à toute la salle qui riait avant la plupart des répliques.

J’ai vu la bande-annonce – qui m’a fait un peu peur, j’avoue – mais ce n’est pas un spectacle à bande-annonce. Il y en a des comme ça : on ne peut pas en prendre des bouts sans tout gâcher. C’est un tout, ce spectacle : il aborde l’histoire d’une famille qui se retrouve comme tous les vendredi au bar d’Henri pour aller au restaurant. Ce soir-là, un événement particulier s’ajoute à l’habituelle soirée : c’est l’anniversaire de Yolande, la femme de Philippe, le frère d’Henri. Philippe, c’est un peu le fils modèle, celui qui a réussi ; d’ailleurs, on célèbre aussi son passage sur la chaîne régionale dans l’après-midi – bien que tout le monde se demande si il n’a pas un peu bafouillé. Au moment de partir au restaurant, Arlette, la femme d’Henri, se fait attendre. D’histoires de familles en règlements de compte, voilà un spectacle dans lequel tout le monde se retrouve un peu.

Il faut être beau jour, et je vais même reconnaître qu’au début de la pièce je boudais un peu. J’avais un mauvais a priori, je dois le reconnaître. Ce n’est pas la première scène qui m’a tout de suite emballé : on pose le cadre, c’est un peu formel. Mais une fois que Gadebois entre en scène, on est pris dans l’histoire. Il faut dire que cet acteurs a une présence qu’on ne décrit plus et il arrive à faire passer à travers ce texte, somme toute assez banale et quotidien, des émotions très fortes et parfois inattendues. Je pense – mais encore une fois je n’ai pas vu le film – qu’il ajoute une dimension supplémentaire au rôle que tenait Bacri à sa création : on connaît le côté râleur de ce dernier, mais Gadebois a une sensibilité et une mélancolie supplémentaires très touchantes. Et un côté bougon très comique aussi, évidemment !

Catherine Hiegel incarne une mère de famille dure, injuste, frondeuse, presque méchante par instants : on la connaît dans ces rôles où sa voix, son sens du rythme, et ses expressions forment un mélange parfait. Je regrette un peu que Léa Drucker n’ait pas eu plus à jouer car sa composition est – comme d’habitude – d’une finesse et d’une authenticité impeccables. J’ai découvert en Jean-Baptiste Marcenac un Philippe à la limite du prétentieux, avec ce regard de rapace sans émotion caractéristique de ces gens que seule l’ambition fait avancer. Laurent Capelutto incarne quant à lui un Denis, garçon de bar, nonchalant mais touchant et très humain. La seule faiblesse de la troupe serait Nina Meurisse, dont je vais justifier le manque de nuance par sa jeunesse qui se ressent dans sa nature explosive sur scène, mais qui peine un peu dans l’évolution.

Somme toute, on passe une très bonne soirée au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Certes, la mise en scène est très simple, voire sobre, et laisse les acteurs s’exprimer naturellement sur le plateau, mais la pièce ne demande pas beaucoup plus que ça. Je l’ai trouvée bien construite bien que peut-être un peu lente au démarrage, et surtout portée à son plus haut grâce aux acteurs réunis sur le plateau !
31 janv. 2017
5,5/10
33 0
Une pièce qui, somme toute, n'est pas inoubliable.

Les acteurs sont bons, le décor est sympa et exacerbe le côté glauque de cette famille.
Les répliques sont tour à tour piquantes, marrantes et ennuyeuses. Les quelques rebondissements sont souvent prévisibles et les dialogues entre, traînent en longueur.

Une pièce sympathique mais sans plus.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor