24 févr. 2024
8/10
0
Belle surprise : pas de round d’observation, nous sommes directement transportés en Amérique, en pleine nature, chez Jack London.
Pas de temps mort, le récit et le jeu des acteurs sont passionnés (et non trop emphatiques) et nous vibrons avec eux.

Je conseille vivement.
24 févr. 2024
7/10
0
Quand c’est raté, c’est raté !

La chorale des troubadours de l’Evangile a monté l’histoire de Peter Pan pour sa comédie musicale de l’année. Bien évidemment, la comédie musicale ne se déroulera pas sans problème. Tout tournera à la catastrophe. Rien ne fonctionnera.
Basée sur le spectacle raté (tout comme dans les Faux british), le spectateur passe de catastrophe en catastrophe. C’est drôle, burlesque, pantoche.
Basé sur le comique de répétition et la farce, on rie de situations dans la veine de l’humour à la Benny Hill. On a une avalanche de gags comiques qui nous font sourire et rire. Le rythme permet de trouver des moments divertissants et drôles.
Il est évident qu’on n’apprendra rien de cette histoire, qu’on n’y va que pour rire et pour l’efficacité de gags et de situations.

C’est un bon moment avec une pièce burlesque sans aucune prétention.
21 févr. 2024
7/10
2
Dans une relation de couple, combien de fois avez-vous eu l'impression de ne pas avoir vécu les mêmes scènes ?
"Mais non ça s'est pas du tout passé comme ça voyons !"
"Mais tu ne m'as jamais dit ça !"
"Si si je t'assure je t'ai prévenu(e), je m'en souviens bien on était même en train de faire ceci et cela!"

Si le thème a été abordé une première fois dans une version très sombre par Black Mirror (à grands renforts de technologie flippantes et réponses scientifiquement exactes), Sébastien Azzopardi choisit d'en proposer une interprétation drôle et tendre.

Nous voilà chez le thérapeute de couple, en train de remonter le temps et revoir des épisodes de la vie commune de Val et Sam, un couple comme il y en a tant : 25 ans de relation, 1 enfant et deux boulots très différents (le fait que l'épouse soit carriériste et le mari s'occupe des devoirs du fiston ne gâche rien à l'affaire).
Oui, adultère il y a, mais non ce n'est pas le point central de la pièce.

Miren Pradier et Sébastien Azzopardi sont remarquables (la première est excellente !) et les deux comédiens secondaires ont bien relevé le défi. Les décors sont minimalistes mais très efficaces (il suffit de quelques roulettes/rotations et on y est ! - petite mention négative pour la lumière criarde du cabinet du psy, éblouissante au point d'en devenir un peu désagréable). Tout cela permet de ne pas se mélanger les voitures alors que scènes et retours vers le passé (imparfait, forcément !) / passé antérieur/ présent (de l'indicatif) se succèdent. Mention spéciale à la scène de l'accouchement, un peu facile peut-être, mais drôle (et sans vulgarité !), il fallait oser !

Mais c'est le texte qui donne toute sa dimension à la pièce: c'est à la fois drôle (évidemment !), attendrissant et fin.

On sort de là contents mais on réfléchit aussi un peu sur son vécu : Dis, elles viennent d'où ces boucles d'oreilles ?
21 févr. 2024
9,5/10
3
Les acteurs sont au service d’un texte de Jean Anouilh brûlant et puissant

On est touché en plein cœur (mais pas de manière sentimentale).
L’être humain n’est ni totalement bon ni totalement mauvais, c’est un être complexe.
Ce spectacle raconte cette complexité.

J’ai pris un plaisir immense devant ce “diner de con” cruel, féroce et très surtout drôle.
20 févr. 2024
9/10
1
Mais que c'est joyeux et moderne...
Ces textes sont merveilleux.

Les deux interprètes parfaits sans jamais imiter leurs prédécesseurs.
On se régale de ce voyage en absurdie, joliment mis en scène par Nathalie Serrault...

Samedi soir, la salle se gondolait du début à la fin.
Réjouissant!