top5 (3)

Les Beaux

Les Beaux
De Léonore Confino
Mis en scène par Côme de Bellescize
Avec Elodie Navarre
  • Elodie Navarre
  • Emmanuel Noblet
  • Théâtre du Petit Saint Martin
  • 17, rue René Boulanger
  • 75010 Paris
  • République (l.3, l.5, l.8, l.9, l.11)
Itinéraire
Billets à 35,00
À l'affiche du :
6 septembre 2019 au 31 décembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRE
    • 21:00
Achat de Tickets

Une relation fusionnelle entre un bel homme et une magnifique femme. Ils vivent un amour qui semble parfait, entre week-ends au ranch et fêtes grandioses.

Mais leur physique idéal a quelque chose de lisse, leurs dialogues sonnent étrangement faux. 

Rien d'étonnant, ce couple n'est autre que Barbie et son mec, Ken.

Une petite fille de 7 ans leur donne vie.

A travers la vision de cet enfant, se dévoile le couple aussi désastreux qu’irrésistible que forment ses parents.

 

Léonore Confino est à l'origine de deux pièces très appréciées par la rédaction : Le Poisson Belge et Parlons d'autre chose.

Emmanuel Noblet a lui joué dans le seul en scène poignant Réparer les Vivants.

Vous avez peut être déjà vu Elodie Navarre dans Le Fils ou Encore une Histoire d'amour.

24

La critique de la rédaction : 7.5/10. Une histoire originale qui débute avec Ken et Barbie. Ils discutent de leur vie idéale mais n’ont pas grand chose à se dire. Cette introduction absurde pose les fondations de la pièce.

Le texte amusant, sensible sur l’amour, le couple face aux épreuves de la vie, nous a intéressé, séduit.

Élodie Navarre et Emmanuel Noblet interprètent avec brio différents rôles.

La mise en scène et en musique donnent un côté moderne.

Un bon moment ! Cela ne dure qu'un peu plus d'une heure donc la sortie est parfaite pour la semaine.

Note rapide
Toutes les critiques
3 nov. 2019
9/10
1 0
Une très belle pièce, intelligente, subtile avec une écriture puissante.

Décidément Léonore Confino arrive toujours à nous surprendre !

A aller voir !
3 nov. 2019
7,5/10
1 0
Quelle ingénieuse scénographie de Côme de Belliscize. Il trouve le juste milieu pour montrer la bascule dans la folie. Les apparences s’effondrent tout comme le décor et se chacun montre à nu ses blessures.

Cela abouti à cette scène troublante, drôle et émouvante à la fois où chacun doit dire l’inverse de ce qu’il pense. La force, la précision et la justesse des mots de Léonore Confino sont sublimés par l’incroyable prestation d'Elodie Navarre et Emmanuel Noblet. Impossible de quitter des yeux ce couple en rupture qui s’effondre à en perdre la raison. On ne doute ni de la sincérité de leur amour ni de leur haine. Ils incarnent avec fureur et passion ce Ken et Barbie qui se sont égarés sur les chemins de la raison.

L’enfant, invisible au plateau, est le catalyseur des souffrances dont l’expression se fait dans la violence. Une Alice au pays des désenchantements qui ne peut que s’épanouir loin de ces géniteurs qui pourrissent ce qui les entoure. Une réalité cruelle et brutale auxquelles le non-sens ne peut être que la réponse.

On se laisse porter dans la tempête des émotions où la solitude triomphe.
2 nov. 2019
5/10
1 0
L'amour, son usure, la vision qu'un enfant a du couple parental : le thème est déjà vu, alors gare à ne pas proposer du déjà écrit… malheureusement, c'est un peu le cas pour cette pièce.
Une très bonne idée de départ, quelques fulgurances, un très bon jeu d'acteurs font que ce spectacle est agréable, mais j'ai tout de même la sensation que la pièce n'est pas terminée, qu'il aurait fallu creuser, élaguer et davantage refuser la facilité.
Parfois le spectacle s'envole, souvent il retombe lourdement sur le plateau, dommage.
1 nov. 2019
8,5/10
4 0
Je t'aime ... moi non plus !

Une crise de couple écrite au scalpel, cruelle mais tellement juste et qui résonne en chacun de nous.
La descente aux abîmes est tumultueuse et amère.
Le mensonge et la vérité se mêlent et se confondent pour pouvoir dire l'intime.

Tour à tour victimes et bourreaux, les amants touchent le fond. Puis avec cette capacité de résilience de certains couples, ils reprennent leur route ensemble, apaisés pour un moment.

Mis en scène avec une folie réjouissante et féroce, les deux comédiens sont superbes de naturel et de complexité. Leur engagement physique est total, sans aucune retenue ...

Attachez vos ceintures, c'est parti pour le meilleur et pour le pire !
30 oct. 2019
6/10
3 0
Les échos étant plus que favorables, je me pose la question : pourquoi suis-je passée à côté, pourquoi n'ai je pas réussi à me laisser attendrir, par ce couple totalement perdu, dont les failles... abyssales sont esquissées... Trop peu, ou trop...
Le rythme est pourtant très soutenu, un grand huit des émotions traverse cette Barbie et ce Ken. Du lisse béat et sucré, on plonge dans le trash, l'adversité, la brutalité limite morbide pour revenir vers une esquisse de l'apaisement.
La construction est habile, le fond est là... Le prisme de l'enfant qui, dans sa différence et sa singularité conduit ses parents à changer le regard qu'ils se portent et revoir leur mode de communication est remarquable, de même que la lecture d'Alice aux pays des merveilles (ce conte m'a toujours laissé en réflexion, même enfant).
Peut être que la forme n'a pas permis de provoquer l'enthousiasme tant attendu... sans compter le public (mes voisins proches ont très vite "lâché" et se sont, du coup, avérés dissipés).
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor