top5 (42)

Edmond

Edmond
De Alexis Michalik
Mis en scène par Alexis Michalik
Avec Guillaume Sentou
  • Guillaume Sentou
  • Anna Mihalcea
  • Pierre Forest
  • Régis Vallée
  • Stéphanie Caillol
  • Valérie Vogt
  • Nicolas Lumbreras
  • Christine Bonnard
  • Théâtre du Palais-Royal
  • 38, rue de Monpensier
  • 75001 Paris
  • Palais Royal (l.1, l.7)
Itinéraire
Billets de 12,00 à 50,00
À l'affiche du :
15 septembre 2016 au 29 septembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 16:30
    • 21:00
Achat de Tickets

Paris, le 28 décembre 1897. Le jour de la première représentation de Cyrano de Bergerac, peu de temps avant le lever de rideau, l’auteur Edmond Rostand interpelle le rôle principal :

"Ah ! pardonnez-moi, mon ami, de vous avoir entraîné dans cette désastreuse aventure."

Après de laborieuses semaines de répétitions, le dramaturge craignait que la pièce soit un fiasco. Son long drame historique en vers, pièce de cape et d'épée avec 5 décors et de nombreux figurants, lui paraissait alors désuète, surannée.

Heureusement, le public parisien lui fait un triomphe ! Un tel succès que les spectateurs se sont déplacés plusieurs fois pour la voir.

 

 

La pièce Edmond est première du Top 3 des pièces préférées des blogueurs et a été récompensée de 5 Molières 2017 (Meilleur auteur, Meilleur metteur en scène de théâtre privé pour Alexis Michalik, Révélation masculine pour Guillaume Sentou, Comédien dans un second rôle pour Pierre Forest) !

Après Le Porteur d'Histoire et Le Cercle des Illusionnistes, Alexis Michalik, l'auteur-metteur en scène aux trois Molières, revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac.

Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, est "un vrai théâtre de troupe" rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle.

Guillaume Sentou est l'un des deux humoristes du duo Garnier et Sentou (oui, le petit !).

 

La critique de la rédaction : 7.5/10. Intéressant, amusant et émouvant de découvrir les coulisses de la création du chef d’œuvre Cyrano de Bergerac !

Nous partageons la peine d’Edmond Rostand -Guillaume Sentou- qui enchaine les échecs avec ses pièces de théâtre ne trouvant pas leur public. Heureusement, la roue tourne et l’acteur Constant Coquelin lui commande une pièce. L’opportunité de sa vie…

La suite de l’histoire nous montre comment l’illustre auteur a trouvé l’inspiration pour écrire, elle mêle références historiques et fiction, fait intervenir personnages imaginés et personnalités historiques.

Au fil des minutes, nous assistons à la naissance des célèbres répliques de Cyrano de Bergerac, témoignons des exigences des comédiens qui, avec leurs lubies ont aidé malgré eux à créer la scène du balcon, celle du duel…

La pièce est très rythmée, ceci grâce aux dialogues efficaces, aux changements incessants de lieux et aux nombreux rôles interprétés par les acteurs. Superbe mise en scène !

Nous avons eu un peu de mal avec les deux Corses, Sarah Bernhardt et Roxane qui étaient joués de manière trop criarde et aurions préféré plus de subtilité. Hélas, l’humour et les rebondissements d’Edmond restent parfois trop attendus.

Mais elle est sans conteste l’une des pièces à ne pas louper cette saison.

Note rapide
Meilleures critiques
Meilleure critique positive
16 sept. 2016
8,5/10
672
0
Inutile de dire que l'attente était forte, après ces succès en série pour Alexis Michalik et sa bande. Et le pari est réussi, avec à la clé une nouvelle démonstration de force et une soirée de théâtre exceptionnelle ! Une véritable ode à ce qui constitue...
Lire la suite
Meilleure critique négative
22 sept. 2016
4,5/10
619
2
Mais qu'est-il arrivé à Alexis Michalik ? Et quelle est cette mode de pièces construites comme un patchwork de petites scènes, d'une densité hallucinante, censées, mises bout à bout, nous raconter une histoire ?

J'avais déjà détesté ce procédé dans...
Lire la suite
Toutes les critiques
8 août 2019
9/10
0 0
Toujours au top les pièces d’Alexis Michalik.
18 juil. 2019
9,5/10
4 0
« Edmond » une création d’Alexis Michalik au théâtre du Palais Royal récompensée par 5 Molières et qui a enchanté, depuis le 15 septembre 2016, plus de 800.000 spectateurs.

Un véritable triomphe pour cet Edmond, les applaudissements nourris et chaleureux en témoignent avec les nombreux rappels. Nous sommes comme des enfants émerveillés par un sublime spectacle qui nous laisse rejoindre notre chez soi le cœur léger et comblé.

J’ai vu le film avant la pièce et on comprend immédiatement pourquoi Alexis Michalik avait en projet initial de faire un film de son histoire d’ « Edmond ».
La pièce est découpée en séquences, les mêmes que l’on retrouve dans le film. C’est bien simple, je revoyais le film devant mes yeux, en direct, avec en plus du contact, de l’émotion vivante.
Cette passion qui anime le comédien, concentré dans le plaisir de jouer et de toucher, rendre heureux le public venu l’écouter, l’applaudir.
Communiquer avec lui dans la douceur, la tendresse, le regard, se nourrir de sa soif de vivre un moment intense, éphémère.

Qui ne connaît pas Cyrano de Bergerac ? C’est par l’autre côté de la lorgnette qu’Alexis Michalik propose de l’observer : de sa conception jusqu’à sa naissance, depuis la coulisse dans un mélange de réalité et de fiction.
Edmond Rostand père de deux enfants, amoureux de sa femme (la poétesse Rosemonde Gérard qui deviendra célèbre ultérieurement), est en manque d’inspiration, si ce n’est les angoisses qui se manifestent et le paralysent.
Comme pour beaucoup d’auteurs, il puise son inspiration dans la vie de tous les jours et au détour de conversations, dont il en ressortira les célèbres répliques de la pièce, suivies des conseils de Coquelin (ex sociétaire de la Comédie Française) l’idée lui vient d’écrire une comédie : Cyrano de Bergerac, à laquelle personne ne croira bien sûr. Mais en vers s’il vous plaît, car contrairement à Georges Feydeau (nous n’aurons pas eu le clin d’œil d’Alexis Michalik dans le rôle…) qui triomphe au même moment avec son Dindon, il ne sait pas écrire en prose, tout comme d’ailleurs Georges Courteline l’alter ego de Feydeau.
Pièce qui sera créée dans le théâtre de la Porte Saint-Martin le 28 décembre 1897, théâtre dirigé par Coquelin lui-même au côté de son fils Jean qui fera partie de la distribution à la création.

Cette fin de siècle est mouvementée, c’est l’âge d’or du théâtre mais le cinéma fait son apparition et donne des sueurs froides aux directeurs des théâtres.
Pour l’instant Edmond Rostand doit écrire sa pièce, qu’il distille acte par acte, trouver un financement, les comédiens, les décors, les costumes. Car son projet est titanesque, mais à chaque jour suffit sa peine, et chaque problème a sa solution.
Son échange épistolaire avec Jeanne sera la clef de son futur succès qui 120 ans après sa création est toujours joué dans le monde entier : une gloire bien méritée.

De la cinquantaine de personnages (voire 100) voulus par Edmond Rostand dans sa pièce, Alexis Michalik aura réussi le tour de force de les faire jouer par 12 comédiens sur scène.
Dans une mise en scène intelligente, inventive, précise, fluide, et par là entendez que le terme fluide n’est pas galvaudé, les changements de scènes (séquences) avec décors et costumes se fondent comme une danse aux pas bien réglés…avec un boléro de Ravel qui en ravira plus d’un...Rien ne vient perturber cette mise en scène au rythme endiablé justement récompensée par un Molière.
Pour nous faire rêver encore plus, dans cette comédie aux allures romantiques, il s’est entouré du maestro Romain Trouillet pour la musique (la machine de Turing, des plans sur la comète), Juliette Azzopardi pour la très belle scénographie, Arnaud Jung pour les délicates lumières et Marion Rebmann pour les superbes costumes.

Une pièce savoureuse qui défile sans que l’ennui ne vienne s’installer. Nous sommes captés du début à la fin et quelques scènes sont admirables par leurs créations, comme celle du balcon ou encore celle de l’hôtel où Jeanne sera l’objet de toutes les attentions.
Sans compter nos investisseurs corses qui sont irrésistibles, et au summum de leur art dans leur chant polyphonique.

Alexis Michalik a travaillé avec une véritable troupe de comédiens, dans l’esprit même de celui d’Edmond Rostand. 12 comédiens chaque soir sur scène parmi les 28 qui jouent en alternance.
Ce soir c’est une distribution brillante qui nous a éblouis où chacun joue avec l’autre dans une belle communion : Edmond, le rôle titre joué tout en sincérité, en simplicité, en naturel par Gall Gaspard - Léo le compagnon amoureux et distrait joué tout en légèreté par Cyril Descours - Coquelin, Jacques Bourgaux parfait dans sa rondeur, sa truculence – Jeanne (Roxane) Jeanne Guittet, une fraîcheur, une candeur à faire tourner les cœurs – Rosemonde jouée par Nora Giret, la femme bienveillante qui soutient tout en finesse son mari - Un Feydeau espiègle, très solaire, joué par Nathan Dunglas – Sarah dit Bernhardt, un monstre du théâtre qui a pris vie sous les traits de Cathy Arondel – Monsieur Honoré, celui qui éveille et réconforte derrière son comptoir avec sa voix chaude et chaleureuse en la personne d’Eriq Ebouaney – et puis ceux qui complètent avec délice cette soirée très enlevée : Sandra Dorset dans Maria, Vincent Viotti dans Marcel, Eric Mariotto dans Ange et Ary Gabison dans Jean.

Enthousiasmé par cette pièce, mon seul regret est de ne pas l’avoir vue auparavant.
Alexis Michalik et Sébastien Azzopardi sont fous, mais heureusement qu’ils le sont car il faut leur jeunesse, leur folie, leur inconscience, leur enthousiasme, leur générosité et leur talent pour monter un tel projet. Un projet qui a pris naissance dans ce très beau théâtre du Palais Royal où une certaine « Cage aux folles » a été jouée pendant des années et des années…souhaitons le même succès à Edmond !
23 juin 2019
9/10
4 0
Belle soirée. La mise en scène est dynamique, l’histoire est belle avec des acteurs à la hauteur...

Bravo et merci.
25 avr. 2019
9,5/10
6 0
Le texte est savoureux, l'histoire est belle et bien servie par le jeu des acteurs.

Juste génial !
17 avr. 2019
8/10
3 0
Une jolie pièce, bien mise en scène et où les plans s'enchainent à une vitesse folle.
Quelques facilités d'écriture.
Un gros bémol : la pièce donne une image fausse de Rosemund Gerard, dépeinte comme une femme au foyer un peu bébête alors que c'était une poétesse de génie.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor