Madame Zola

Madame Zola
Mis en scène par Anouche Setbon
Avec Pierre Forest
  • Pierre Forest
  • Catherine Arditi
  • Théâtre du Petit Montparnasse
  • 31, rue de la Gaîté
  • 75014 Paris
  • Edgard Quinet (l.6), Gaité (l.13)
Itinéraire
Billets de 13,55 à 40,00
À l'affiche du :
26 septembre 2019 au 1 décembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:00
    • 21:00
Achat de Tickets

Alexandrine Zola, femme passionnée, anticonformiste et injustement méconnue sort de l’ombre écrasante de son mari, Émile… 

1908. Une rencontre aussi improbable que pittoresque entre Alexandrine, veuve d’Émile Zola, et un étonnant apothicaire réputé pour ses potions magiques.

Ce tête-à-tête amène Madame Zola, personnage haut en couleurs, à évoquer son homme, leur vie commune qui a façonné son œuvre, les mœurs incroyablement libres d’un homme public craignant pourtant le scandale, l’Affaire Dreyfus, la condamnation, l’exil, la réhabilitation…

6

La critique de la rédaction : 6/10. Je n’ai pas été franchement emballé par cette conversation entre madame Zola et son pharmacien.

Ce dialogue est l’occasion de parler en long, en large et en travers d’Émile Zola, de faire beaucoup de références à l’histoire, notamment à l’affaire Dreyfus et au fameux « J’accuse ». Quelques passages se révèlent intéressants, d’autres amusent.

J’ai malgré tout perdu plusieurs fois le fil à cause du côté répétitif des rencontres. La mise en scène aurait pu donner davantage de rythme.

L’histoire ne m’a pas passionné. Dommage car les jeux de Catherine Arditi et Pierre Forest sont bons.

Note rapide
7,5/10
pour 10 notes et 9 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
30%
7 critiques
Note de 8 à 10
70%
Toutes les critiques
16 oct. 2019
7/10
0 0
Intéressant de faire connaissance avec madame Zola et d’approcher par son intermédiaire Emile et son époque.
2 personnages, 2 tempéraments, sur scène : madame Zola et son apothicaire « psychanalyste », pleins de présence, d’humour et de sincérité, ils dévoilent leur intimité.

La mise en scène faite de visites/consultation est une excellente idée pour découvrir cette femme attachante mais cela reste très statique, redondant, cela manque de renouvellement, de créativité pour maintenir une bonne attention au texte soigné.
P B
16 oct. 2019
9/10
0 0
Une excellente mise à jour sur Zola.. sa vie son oeuvre... sa femme et son confident.
Le texte est enlevé, précis, et « claque ».
Une interprétation forte et tout à fait crédible.
C'est alternativement tendre émouvant et même drôle.
Un décor et une mise en scène sobres bien adaptés.

Un très bon moment de théâtre. A voir !
15 oct. 2019
8,5/10
3 0
Super Nana !

Elle en a fait du chemin Gabrielle !
Grisette, sortie de la misère grâce à un sacré tempérament, c'est une de ces nombreuses femmes qui soutiennent un grand homme, lui apportent tout, puis retournent dans l'anonymat ....

Voilà un juste retour à la lumière pour cette Madame Zola, superbement incarnée par Catherine Arditi.
Une bien belle rencontre entre ces deux femmes !

Résistant vaillamment aux assauts de cette nature généreuse, Monsieur Fleury - savoureux Pierre Forest- déploie humour, empathie et patience avec beaucoup de générosité.

Un des couples phares de l'automne !
13 oct. 2019
8/10
1 0
Alexandrine, l’épouse d’Émile Zola a vécu dans l’ombre de ce grand homme pendant près de quarante ans.
Mme Zola est un personnage complexe qui pourrait tout aussi bien avoir été crée par son illustre mari tant l’histoire de sa vie est riche et romanesque. Elle est d’abord élevée par sa mère puis, à la suite du décès de celle-ci, elle rejoint la nouvelle famille de son père. Alexandrine a dix ans et sa belle-mère lui fait vivre un enfer. Très jeune, elle travaille comme lingère et elle est forcée, faute de moyens financiers, d’abandonner à l’Assistance publique sa fille naturel. Elle sera également modèle pour Paul Cézanne, c’est d’ailleurs par son entremise qu’elle rencontrera Zola. Sa vie avec l’auteur ne sera pas de tout repos non plus, d’abord compagne officieuse puis finalement femme officielle, elle le soutiendra en toutes circonstances.

Une vie riche en évènements et une personnalité pleine : Alexandrine Zola est passionnée, excessive et jalouse mais également fragile et foncièrement bonne.
La pièce se situe après la mort de Zola, lors du transfert de ses cendres au Panthéon. Alexandrine parle à son défunt mari mais également à son débonnaire apothicaire (Pierre Forest excellent) à qui elle se confie. La personnalité complexe de cette femme de caractère rend le contenue de la pièce vivant, rempli d’anecdotes et d’histoires attachantes.
Catherine Arditi est une parfaite Mme Zola, à la fois généreuse, lumineuse et entière.
Le texte subtile et drôle d’Annick Le Goff et la mise en scène fluide de Anouche Setbon rendent l’ensemble très agréable. Très jolis costumes de Juliette Chanaud.

Une pièce intéressante et délicate. On en sort en ayant envie de relire Nana, le bonheur des dames et les autres…
6 oct. 2019
7,5/10
4 0
C’est Annick Le Goff qui a eu l’idée d’écrire cette histoire basée sur la biographie d’Evelyne Bloch-Dano sur Alexandrine Zola, l’épouse dans l’ombre du géant Emile Zola totalement méconnue et qui l’a proposé à la merveilleuse Catherine Arditi pour qu’elle campe cette Madame Zola qui était une femme d’exception. Elle a eu une vie digne d’une héroïne d’un des nombreux romans de son époux : orpheline à 7 ans, elle sait à peine lire et devient blanchisseuse à 14 ans mais elle va se hisser dans la société pour devenir l’épouse d’un des écrivains les plus célèbres et devenir une femme embourgeoisée. Avec une vie riche en rebondissements, elle répond aux coups du sort avec une passion et un anticonformisme rare à cette époque.

Ainsi nous sommes en 1908 et les cendres d’Emile Zola ont été transférées au Panthéon ce jour, Alexandrine est chamboulée, c’est comme enterrer son mari une seconde fois, des souvenirs pénibles ressurgissent et c’est Fleury son pharmacien qui va recueillir ses propos sur ses secrets de famille. Autant Madame Zola et sa vie sont bien réelles, autant le personnage de Fleury (l’excellent Pierre Forest) est totalement inventé par l’autrice pour créer un dialogue plein de vie et d’échanges piquants. Leurs échanges ressemblent un peu à des séances de psychanalyse (science balbutiante à cette époque). Une relation particulière basée sur la confiance prend naissance au cours de ces échanges qui révèleront aussi la nature de Fleury.

La complexité de la personnalité de l‘héroïne est mise en valeur grâce à la mise en scène intelligente d’Anouche Setbon et aux lumières de Laurent Béal. Alexandrine oscille entre enthousiasme et dépression, elle invective à travers des soliloques autoritaires son défunt mari puis sombre dans une tristesse incommensurable. Une interprétation magistrale de la part des deux comédiens contribue à nous captiver au sujet de cette femme.

C’est vraiment une découverte de la vie d’Alexandrine Zola qui est proposée et qui mérite d’être approfondie car le personnage est complexe et passionnant.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor