top5 (1)

L'ingénu, de Voltaire

L'ingénu, de Voltaire
De Voltaire
  • Lucernaire
  • 53, rue Notre-Dame-des-Champs
  • 75006 Paris
  • Notre-Dame-des-Champs (l.12)
Itinéraire
Billets de 17,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Un Indien du Canada, fraîchement débarqué en France, bouscule les codes et agite les consciences de la Bretagne jusqu'à la cour du puissant Louis XIV.

Un jeune Indien d'Amérique débarque en Basse-Bretagne et fait tourner la tête à tout le canton. Et notamment celle de la belle Saint-Yves, dont il tombe éperdument amoureux. Mais bientôt, on s'indigne qu'il ne soit pas catholique ! 

Une initiation religieuse expresse et un baptême plus tard, il apprend qu'il ne peut épouser sa bien-aimée car elle a été sa marraine lors du sacrement. À partir de là, rien ne va plus : l'Ingénu gagne Versailles pour obtenir dispense auprès du roi Louis XIV et se retrouve confronté à la corruption des puissants, aux abus de pouvoirs et à l'injustice.

 

Note rapide
7,5/10
pour 7 notes et 7 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
4 critiques
Note de 4 à 7
57%
3 critiques
Note de 8 à 10
43%
Toutes les critiques
16 nov. 2019
6,5/10
7
Thomas Willaime mouille sa chemise pour donner vie à ses mille et un rebondissements.

Il court, il bondit, il virevolte… Il est partout à la fois sur scène étant aussi bien l’Ingénu que les autres personnages. Parfois, il redevient lui-même en lisant des passages du livre qui trône fièrement en fond de plateau. Le comédien trouve le juste ton, l’intrépidité, la fougue, la passion pour nous emporter pendant tout le spectacle sans jamais nous perdre. Un enthousiasme communication auprès du public qui écoute avec attention et rit de bon coeur. D'ailleurs, il est applaudit de façon chaleureuse pour la précision et l'engouement de son jeu.

Un spectacle qui saura vous redonner envie de vous plonger dans les textes de Voltaire.
P B
29 oct. 2019
4/10
5
Alors alors ... L'acteur est seul en scène et en fait des tonnes, mais des tonnes de tonnes ...
Il ne cesse de se démener et de surjouer. Le texte de Voltaire qui n'est pas au départ fait pour une pièce ne fluidifie pas vraiment l'affaire. Il y a à mes yeux deux performances, l'une physique (il change de chemise a mi spectacle tant elle est trempée) et avoir mémorisé tout ce texte quelque peu... indigeste.
27 oct. 2019
7/10
5
Très belle pression de cet excellent comédien Canadien plein d'énergie, conviction et d'enthousiasme mais on regrettera qu'il soit seul en scène ! Dommage que ce soit parfois un peu surjoué !! Le texte de Voltaire n'aurait-il pas été mieux servi par plusieurs acteurs pour une meilleure mise en relief des personnages et des situations !?!
26 oct. 2019
9/10
30
Mais quel gai Huron que cet Ingénu-là !

Tout de suite, il faut lever ce qui pourrait peut-être constituer une ambiguïté : à l'origine, L'ingénu n'est pas une œuvre théâtrale de Voltaire. Ses pièces, quelque cinquante tragédies qui passionnèrent ses contemporains, ne sont pratiquement plus du tout jouées.

Non. L'ingénu, c'est un pamphlet, un apologue, un conte philosophique, publié en 1767, et qu'ont eu la bonne idée d'adapter pour les planches le metteur en scène Jean-Christophe Barbaud, et le comédien Thomas Willaime.

Voltaire, qui, comme nombre de ses contemporains se passionne pour les expéditions ethnographiques au Nouveau-Monde et les écrits sur le sujet (en s'appropriant notamment le mythe du « bon sauvage ») nous présente un jeune Huron, donc, qui débarque un beau jour en Basse-Bretagne.

Le jeune homme, dans un premier temps, découvre avec candeur la société française dans laquelle il se retrouve propulsé.

Et puis survient une histoire d'amour, avec la belle Melle de Saint-Yves. (Quel joli nom, tout de même...)

Au delà de l'aspect « roman d'apprentissage », l'œuvre va devenir alors une féroce critique sociale et sociétale.
Tout va y passer. Les abus de pouvoir, la contrainte religieuse, la corruption, la lenteur de la justice, l'administration...

Thomas Willaime est ce jeune Huron-là.
Un Huron qui ne va pas ménager sa peine.

Le comédien va déployer une énergie folle à camper les aventures de cet Ingénu. L'expression « mouiller la chemise » semble avoir été inventée pour lui...

Il a fallu transposer en mouvements, en déplacements les mots de Voltaire.
Immédiatement, j'ai pensé à Charlie Chaplin.
Et ce, à plusieurs égards.

Tout comme cet Ingénu, le personnage de Charlot est souvent lui aussi plongé dans un milieu social qu'il ne comprend pas, dont il n'a pas les codes.
Ces codes, il les découvre, les subit, pour finalement se les approprier en les détournant la plupart du temps.

Et puis surtout, Thomas Willaime reprend d'une certaine façon la gestuelle si caractéristique de Chaplin.
Sa façon de marquer un petit temps avant de marquer une stupéfaction ou bien encore de changer de direction, sa manière de se fendre en avant, un peu comme un bretteur magnifique, tout ceci m'a fait réellement penser à Charlot.

Ses gestes exagérés, ses mimes décalés (Ah ! La scène du feu d'artifices à la cour versaillaise...), tout ceci est drôle et sert totalement le propos du conte.

On pourrait également penser à Tex Avery, aux dessins animés de Chuck Jones, également, tellement il y a de vivacité, de puissance dans tout ça.

Le comédien va nous faire beaucoup rire.
La scène où il raconte une circoncision, cette scène-là, notamment, est irrésistible.

Il faut noter que Thomas Willaime est également un guitariste accompli.

Avec hier une difficulté imprévue.

Un pansement au doigt qui n'avait de cesse de vouloir ficher son camp, à la différence de celui du Capitaine Haddock !

Il faut venir voir cette reprise au Lucernaire.
C'est un très beau moment de théâtre que cette adaptation d'un texte majeur de M. Arouet.
Ce spectacle mené tambour battant est de ceux auxquels il faut vraiment assister.

Ah ! J'allais oublier...
Ce texte est au programme du Bac Français 2020.
J'aurais un ado en classe de première sous la main, je sais bien où je l'emmènerais séance tenante !
5 sept. 2018
7,5/10
31
Thomas Willaime seul en scène nous conte les aventures d’un jeune Huron débarquant en Bretagne au 17eme siècle. Accueilli par un prieur et sa sœur, ce jeune indien au cœur pur, logique et intelligent affronte une société corrompue qui le surprend et l’offusque.
Vous êtes donc de bien malhonnêtes gens, puisqu'il faut entre vous tant de précautions.
On m'a toujours appelé l'ingénu parce que je dis toujours naïvement ce que je pense, comme je fais tout ce que je veux.

Ce conte philosophique de Voltaire, caustique, ironique peint avec finesse une satire de la société du 17eme malheureusement toujours d’actualité.
Thomas Willaime incarne une quinzaine de personnages avec dynamisme et conviction. Il jongle avec énergie et vitalité du Huron au Prieur, du Prieur à de mademoiselle de St Yves, de mademoiselle de St Yves à … C’est plein d’entrain et de fougue.
Thomas Willaime nous transporte d’un personnage à l’autre en jouant avec de simples accessoires ; un fauteuil rouge et de grands rideaux blancs. Cette mise en scène épurée de Christophe Barbaud donne une ampleur et une profondeur au texte et au jeu du comédien.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor