• Classique
  • Comédie Française - Salle Richelieu
  • Paris 1er
top5 (1)

L'Hôtel du libre-échange

L'Hôtel du libre-échange
De Georges Feydeau
Mis en scène par Isabelle Nanty
  • Comédie Française - Salle Richelieu
  • 2, rue de Richelieu
  • 75001 Paris
  • Palais Royal (l.1, l.7)
Itinéraire
Billets de 7,00 à 43,00
À l'affiche du :
2 avril 2019 au 24 juillet 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 14:00
    • 20:30
Achat de Tickets

« Sécurité et discrétion ! Hôtel du Libre-Échange, 220, rue de Provence ! Recommandé aux gens mariés... ensemble ou séparément ! » Lorsque Madame Pinglet, outrée par cette annonce publicitaire, la lit à son mari – qui vient d’y donner rendez-vous à l’épouse de son voisin et associé Monsieur Paillardin – ni l’un ni l’autre n'imaginent encore que tous s'y retrouveront inopinément la nuit suivante. Enchaînant pas moins de 279 entrées et sorties, Georges Feydeau et Maurice Desvallières signent ici un succès, triomphal dès la première représentation en 1894.

L’entrée au Répertoire de cette pièce à l’incroyable mécanique est mise en scène par Isabelle Nanty, artiste à l’esprit libre, aussi sensible à l’humour fou du vaudevilliste qu’à sa personnalité solitaire et mélancolique. Au long de ses multiples compagnonnages artistiques, elle a monté Tchekhov, Ibsen ou Schnitzler comme de grandes comédies populaires.

Elle se saisit aujourd’hui de cet hôtel hanté par le désir, qu’elle imagine telle une « maison de poupée en coupe où tout se passe simultanément à la face et comme en coulisses », univers confié à Christian Lacroix qui signera en plus des costumes ses premiers décors de théâtre.

De cette folle nuit, Isabelle Nanty retient avant tout le sursaut de jeunesse qui surprend les personnages, chacun retrouvant « peut-être pour la dernière fois, dans l’affolement et la peur archaïque de passer à côté de l’amour, cette farouche envie de vie ».

 

Note rapide
7,7/10
12 pour 12 notes et 10 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
25%
7 critiques
Note de 8 à 10
75%
Toutes les critiques
3 juin 2019
7,5/10
0 0
J'avais découvert Feydeau au festival d'Avignon avec Un fil à la patte, pièce que j'avais adorée et pendant laquelle j'avais beaucoup ri !

J'ai été plus déçu par L'hôtel du libre échange dont il me semble que le thème et le contexte ont un peu vieilli, faute d'une mise en scène plus moderne pour lui donner plus de peps ! En revanche rien à dire sur Vuillermoz et le comédien qui joue Matthieu ! En revanche, les rôles féminins auraient peut-être mérité plus de finesse. Les décors et les costumes sont tout de même mis à l'honneur mais il me manquait quelque chose pour être complètement embarquée, je suis restée un peu spectatrice et j'ai également noté quelques longueurs !
1 juin 2019
8/10
5 0
Né sous les plumes de Georges Feydeau et Maurice Desvallières, L’Hôtel du Libre Échange a rencontré un vif succès dès sa première représentation en 1894. Cent vingt cinq ans plus tard, cette pièce suscite toujours le même engouement auprès du public. Pour être plus juste, il serait plus correct de dire que tout le répertoire de Feydeau suscite le même engouement. Encore aujourd’hui, monter un Feydeau sur scène, c’est faire vivre un théâtre de qualité et assurément drôle.

Avant tout chose, Feydeau, c’est une mécanique. Une mécanique implacable entraînant tant les personnages que les spectateurs dans un tourbillon d’aventures. L’Hôtel du Libre Échange n’échappe pas à la règle bien évidemment. Le rythme est soutenu. La metteure en scène, Isabelle Nanty, fait d’ailleurs un parallèle intéressant entre l’accélération de l’intrigue et celle de la société sous l’effet de l’industrialisation. Belle comparaison. A noter qu’elle signe ici une mise en scène très réussie, plaçant l’œuvre dans son époque originelle, dans le plus pur respect de l’œuvre des auteurs. Cela donne à l’ensemble un côté terriblement plaisant.

Chez Feydeau, l’humain est au cœur de l’histoire. Une histoire tournant autour d’une intrigue fort simple, mais que les personnages vont se plaire (à dessein ou à leurs dépens) à complexifier. La force de l’auteur est également de parvenir à créer des personnages réels. Humains dans leurs sentiments, humains dans leurs envies, mais aussi tellement humains dans leurs lâchetés. Ils veulent être compris et aimé, mais craignent le regard de leurs congénères. Derrière la comédie se dissimule, entre les lignes, un regard acéré sur la société et les hommes.

Comme à l’accoutumée à la Comédie française, décors et costumes sont somptueux. A l’apparence grandiose des premiers répond la magnificence des seconds. On en prend plein les yeux.

Quant aux comédiens, ils font des merveilles sur scène. Le spectateur est happé et ne voit pas passer les deux heures vingt-cinq de spectacle. Petite mention personnelle pour Christian Hecq, dont je suis toujours aussi fan, et qui campe un Mathieu absolument désopilant.

Jusqu’au 25 juillet, la Comédie française propose une version particulièrement attrayante de L’Hôtel du Libre Échange. A voir absolument !
Afficher les 2 commentaires
14 avr. 2019
9,5/10
6 0
Un Vaudeville Haute Couture !

Particulièrement inspirée, Isabelle Nanty accomplit la prouesse de dépoussiérer le texte sans le dénaturer.
Le rythme échevelé ne baisse jamais, tout est réglé au millimètre, les trouvailles sont nombreuses et réjouissantes ... voilà donc un Feydeau qui ne fait pas vieillot !
Sous sa houlette, les comédiens du Français, excellents comme toujours se régalent et nous régalent.
En particulier Christian Hecq, impayable, inénarrable dans le rôle d'un avocat provincial et bègue ...
Les costumes, décors et musique sont eux aussi au rendez vous.

On pleure de rire tout du long, le burlesque et l'improbable deviennent évidents.
Il y a des échelles, des chapeaux, des esprits ... et bien entendu des portes qui claquent. Le tout dans un fouillis réjouissant et parfaitement maîtrisé.

Vive l'adultère !!!
2 déc. 2017
5/10
58 0
De vraies longueurs au Français ; que le spectacle est vieux !

En bref, un homme marié cherche à séduire la femme de son voisin, et profite d'une dispute pour se rapprocher d'elle. Ils se retrouvent alors à l'Hotel du Libre-Echange, lieu de libertinage, le même soir que plusieurs de leurs amis.

Ce que j'ai bien aimé :
- Michel VUILLERMOZ tient totalement la pièce, c'est fascinant de l'entendre et de le voir jouer, car aussi bien dans sa gestuelle que dans son ton de voix, il se dégage quelque chose de theatral, tout en sonnant vrai. Quelle prestance !
- l'éternelle "moquerie", qui me fait toujours rire, entre Paris et la Province, car Monsieur Matthieu est un provincial qui monte à la capitale pour une courte durée
- les portes qui claquent, je trouve que ca met beaucoup de rythme dans la pièce
- l'aspect comédie musicale : Laurent Laffite qui tient son cabaret. Il est meilleur dans la comédie musicale que dans son role de maître d'hotel, ou il sonne faux

Ce qui m'a décu :
- la mise en scène très classique d'Isabelle NANTY, lorsqu'on sait qu'aujourd'hui, tant d'auteurs font des lectures/mises en scènes contemporaines de ces textes. C'est dommage car je pense qu'il existe un interet actuel dans cette pièce, qui traite des infidélités amoureuses. Or avec une mise en scène aussi vieille, et un texte qui n'a pas évolué, je n'ai pas été touchée ni interpelée par ce que j'ai vu. Je n'ai pas retiré quelque chose de la pièce, je ne me suis pas sentie visée, alors que pourtant elle aurait pu me/nous toucher
- le jeu des comédiens, à part Michel VUILLERMOZ, il sonne faux
- des longueurs dans l'intrigue

Bonne soirée !
20 juin 2017
8/10
67 0
Excellente version de ce Feydeau, pleine de rythme, avec des acteurs en verve, notamment Laurent Laffite et les toujours géniaux Christian Hecq et Michel Vuillermoz. Florence Viala et Anne Kessler sont drôlissimes.
Sans oublier Bruno Raffaelli, Pauline Clément, Bakay Sankaré, Alain Lenglet et les élèves de l'académie.

Mention particulière et coup de coeur personnel à Julien Frison, qui grandit de rôle en rôle et m'épate toujours plus.
Bravo à Isabelle Nanty et à l'équipe technique d'avoir su relever haut la main ce sacré défi après le fil à la patte de J. Deschamps.

Feydeau a finalement bien sa place Salle Richelieu !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor