Les Petites Reines

Les Petites Reines
Mis en scène par Justine Heynemann
  • Théâtre Tristan-Bernard
  • 64, rue du Rocher
  • 75008 Paris
  • St-Lazare (l.3, l.9, l.12, l.13, l.14, RER E, Trans J et L)
Itinéraire
Billets à 26,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Mireille Laplanche a 16 ans.

Elle aime lire de la philosophie, s’enfiler des crottins de chavignol, écrire des lettres inévitablement sans réponse à son père qui ignore son existence. Depuis trois ans, sur Facebook, elle est élue « Boudin d’Or » de son lycée de Bourg-en-Bresse, titre insultant qu’elle a décidé de porter haut, parce qu’elle en a eu marre de pleurer, çà lui prenait beaucoup trop d’énergie. Mais cette année, Ô déconvenue, elle est seulement « Boudin de Bronze » !

Plutôt que d’y voir une blessure pour son orgueil de moche-qui-s’assume (parfois un peu moins, mais personne n’est parfait…!), elle part à la rencontre d’Hakima et Astrid, respectivement « Boudin d’Argent » et « Boudin d’Or ».

Outre leur « être boudin », les trois jeunes filles s’aperçoivent qu’elles ont une nécessité commune : se trouver, le 14 juillet, à la Garden-Party de l’Élysée. C’est à vélo qu’elles décident de rejoindre Paris et sa présidentielle pelouse, en vendant du boudin, sous la responsabilité du grand frère d’Hakima, vétéran de guerre en fauteuil roulant.

 

80

La critique de la rédaction : 7/10. Heureux qui comme un boudin d’or, a fait un beau voyage.

Nous suivons la distrayante et parfois émouvante histoire des trois collégiennes sur le podium de la compétition de la fille la plus moche de l'établissement. Ce thème du harcèlement scolaire, du mal être, des complexes est bien traité, universel. Les adolescents ne sont jamais tendres entre eux.

Les Petites Reines sensibilise, rend les exclus uniques, attachants et montre leur souffrance. Elle semble plutôt écrite pour les enfants et grands enfants. Nommée pour le Molière du spectacle jeune public (2018), sa naïveté est touchante, son humour sympathique.

Néanmoins, nous avons trouvé que les acteurs criaient trop. Cela nuit à la qualité de leur jeu.

Quelques longueurs se font ressentir à un moment donné mais nous avons passé un moment agréable.

Note rapide
8/10
pour 8 notes et 8 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
25%
6 critiques
Note de 8 à 10
75%
Toutes les critiques
22 juin 2018
8/10
115 0
Voilà une pièce rafraichissante pour l’été qui commence.

France, Bourg en Bresse : C’est l’histoire de trois jeunes filles victimes de la méchanceté des autres via les réseaux sociaux, étant élues ‘boudins’ de leur lycée. Mais dans les trois il y a Mireille qui connait déjà le problème depuis 2 ans puisqu’elle était déjà au palmarès des éditions précédentes et qui a décidé de relever la tête pour affronter cette vindicte. Elle va rencontrer les deux autres et elles se découvrent un but commun : aller à Paris. Elles vont tout faire pour le réaliser et montrer de quoi elles sont capables au monde.

J’ai d’abord été frappée par le traitement du sujet qui est vraiment d’actualité : le harcèlement via les réseaux sociaux à l’école. C’est assez glaçant de voir la facilité avec laquelle on peut devenir un bourreau d’une cruauté sans nom ou une victime totalement sidérée en quelques clics de souris et aussi la rapidité de propagation de ce type d’information via ces réseaux. L’adolescence est un âge difficile et le sujet est difficile mais il est abordé avec humour et finesse.

Alors même si le but commun que les filles se découvrent n’est pas vraiment réaliste, on les suit avec bienveillance dans leur road trip vers Paris. Il y a un côté cinématographique pas désagréable avec la route défile sur un écran au fond quand les filles sont sur leur vélo. On alterne les passages émouvants avec les rires salvateurs ce qui fait que nous restons tenus en haleine par l’histoire.

L’adaptation du roman de Clémentine Beauvais sur scène est donc une vraie réussite. Cela tient au choix du comédien et des comédiennes qui incarnent ces ados avec une belle fraicheur et une bonne dose d’énergie, mais aussi à la mise en scène dynamique de Justine Heynemann.
19 juin 2018
7,5/10
107 0
Sujet difficile et malheureusement de plus en plus fréquent : les moqueries sur le physique et le harcèlement sur Facebook. Beaucoup de légèreté dans le texte, les actrices sont pétillantes.
A voir avec le collège dès la classe de sixième, au même titre que le classique Molière.
Beaucoup d'enfants dans la salle ce jour là , et c'est tant mieux. (le plus jeune avait 8 ans)
15 juin 2018
9/10
88 0
Voilà une bien belle surprise !

Cette pièce traite d'un sujet difficile, avec une finesse extraordinaire.
Les comédiens sont formidables et plein d'énergie, l'histoire est rondement menée, et pour une fois, la modernité (usage intempestif du smartphone, omniprésence des réseaux sociaux, vacuité du journalisme d'info continue) est traité avec une justesse remarquable.

J'ai ri et été émue par l'histoire de ces trois jeunes filles, bien trop jolies, futées et touchantes pour être de simples "boudins".
8 juin 2018
8,5/10
142 0
Eux, moches, bêtes et méchants ...

Qu'il est douloureux d'être attaqué(e) sur son physique à un âge où on est justement en train de le construire. Surtout par des crétins cachés - quel courage! - derrière des pseudos.

Les trois victimes de cette humiliation, bien qu'affectées au plus profond d'elles mêmes, décident de relever la tête et de partir pour un voyage qui s'avèrera ... initiatique.

Hors de question pour elles de se "relooker", mais au contraire elles vont s'assumer telles qu'elles sont !
Leurs victoires? Elles font le buzz, construisent une vraie amitié et ...finissent dans le journal !
Tout en étant restées elles même !

La pièce est jouée par des comédiens plus vrais que vrais, et leurs maladresses passagères renforcent le côté extrêmement émouvant de l'histoire. Une fraîcheur et une innocence qu'on rencontre rarement sur les scènes de théâtre ...

Vive la différence, le courage et l'amitié !
7 juin 2018
7/10
110 0
Heureux qui comme un boudin d’or, a fait un beau voyage.

Nous suivons la distrayante et parfois émouvante histoire des trois collégiennes sur le podium de la compétition de la fille la plus moche de l'établissement. Ce thème du harcèlement scolaire, du mal être, des complexes est bien traité, universel. Les adolescents ne sont jamais tendres entre eux.

Les Petites Reines sensibilise, rend les exclus uniques, attachants et montre leur souffrance. Elle semble plutôt écrite pour les enfants et grands enfants. Nommée pour le Molière du spectacle jeune public (2018), sa naïveté est touchante, son humour sympathique.

Néanmoins, nous avons trouvé que les acteurs criaient trop. Cela nuit à la qualité de leur jeu.

Quelques longueurs se font ressentir à un moment donné mais nous avons passé un moment agréable.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor