• Classique
  • Le Funambule Montmartre
  • Paris 18ème

Cyrano (Funambule)

Cyrano (Funambule)
De Edmond Rostand
  • Le Funambule Montmartre
  • 53, rue des Saules
  • 75018 Paris
  • Lamarck Caulaincourt (l.12)
Itinéraire
Billets de 12,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Cyrano !
Et tout est dit. Est-il besoin de dresser le portrait de celui que tout le monde connaît même sans l'avoir lu ?
 
Cyrano, c'est le triomphe du héros solitaire, celui qui "ne monte pas bien haut peut-être mais tout seul !"
Cette seule phrase est l'étendard d'une mentalité nouvelle. Incarné par tous, rêve de chaque comédien, épopée romantique et truculente, Cyrano est éternel. Cyrano, Roxane, Christian et tous les autres.
 
La question reste de savoir ce que l'on peut y apporter de nouveau, tant tout a été dit, montré, monté.

 

Note rapide
8,2/10
12 pour 12 notes et 11 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
17%
9 critiques
Note de 8 à 10
83%
Toutes les critiques
2 déc. 2019
9,5/10
5 0
Commedia dell' grande Arte !!

On pourrait dire, oh Dieu, bien des choses en somme.

Que ce rôle est un roc, un pic, un cap ....que dis je, une péninsule.
Que les trois comédiennes sont sublimes, drôles et touchantes à la fois.
Qu'elles nous offrent ces vers goulus et chaleureux avec une énergie incroyable.
Qu'elles naviguent entre l'intime et le baroque comme les vraies cadettes qu'elles sont.
Qu'au Panthéon des grands elles sont devenues des grandes.

Et nous en quittant cette salle
Si joliment éclairée à la bougie,
Nous emportons fièrement
Un peu de leur... Panache !
29 oct. 2019
9/10
0 0
Impossible de compter le nombre de Cyrano que j’ai vu dans ma vie. C’est vrai que le texte est superbe et qu’il est difficile de s’en lasser ; cependant voir une énième version ne me tentait qu’à moitié et j'ai mis longtemps avant de craquer et d'aller voir cette proposition au théâtre du Funambule. Je n’ai pas été déçue !

Le parti pris de mise en scène rappelle le théâtre d’une autre époque, celle des pièces jouées sur des plateaux installés dans les rues, ou dans les théâtres populaires. La scène d’ouverture en rappelle l’ambiance et le jeu majoritairement face public renforce cette impression. Bien sûr, la magnifique idée de l’éclairage à la (vraie) bougie accentue l’impression de voyager dans le temps.

Les trois comédiennes (merveilleuse décision que de confier les rôles masculins à ce trio féminin) remplissent l’espace, le travail physique est en effet très présent et leur performance est impressionnante. Leur énergie et leur implication rendent l’ensemble fluide et cohérent. L’utilisation des masques permet pour certains personnages de tirer le jeu vers la farce burlesque, on rit donc souvent. Le choix d’alterner les rôles peut en dérouter certains mais c’est aussi ce qui rend le résultat si dynamique et vivant. Avec astuce et créativité Bastien Ossart propose une mise en scène pleine de trouvailles et de grâce.

Par ailleurs, l’accompagnement musical est parfait et les costumes particulièrement réussis.

Une très jolie surprise que cette délicate et fine proposition d’un Cyrano plein de poésie et de vie.
21 oct. 2019
8,5/10
0 0
Le texte est connu. Et pourtant, j'avais l'impression de voir une nouvelle pièce. La mise en scène et les actrices sont vraiment très bien.

Même si j'ai eu un peu de mal pendant la première dizaine de minutes, tous le reste du temps j'ai été sous le charme de cette nouvelle pièce au texte connu. Les actrices jouent toutes de nombreux rôles et cela reste très limpide. Bravo pour leur interprétation.

Certainement la mise en scène et l'interprétation les plus originales de Cyrano.

Allez-y, vous serez surpris dans le bon sens du terme.
5 oct. 2019
10/10
1 0
Ils furent nombreux à me dire que je devais absolument aller voir Cyrano au théâtre le Funambule Montmartre. Je n’en avais aucune envie parce que j’en avais déjà vu plusieurs versions, au théâtre, au cinéma et même en BD, et que personne jusqu’à présent n’avait égalé Gérard Depardieu dans le rôle. Je connais la pièce presque par cœur. Plusieurs phrases sont cultes. Bref, j’y allais à reculons. Je suis ressortie enthousiaste au dixième degré.

Je me souviens de nombreuses versions de Cyrano, au théâtre, au cinéma et même en bande dessinée ... mais celle-là les surpasse toutes. Elle sera parfaite ... quand l'affiche aura été liftée parce que -et je ne suis pas la seule- je n'y avais pas vu le moins du monde ... le profil d'un nez.

La couleur violette ne m’attirait pas. C’est en sortant du théâtre, alors que je discutais avec une des trois comédiennes que mes yeux l’ont décryptée : c’était le profil de Cyrano qui était représenté sur la gauche avec Roxane assise sur son nez tandis que la pleine lune se détachait sur un ciel crépusculaire. Ce n’était pas évident au départ parce que le bas de l’affiche est souvent tronqué. Si la mâchoire n’est pas reconnue ... on croit voir une fée clochette posée sur un rocher noir.

J'ai beau savoir que Cyrano est la sublimation de la méprise, il y a des actes manqués dont on peut se dispenser, parce qu'au prochain festival d'Avignon une affiche comme celle-là ne sera pas attractive.

Mais revenons au spectacle. L'éclairage à la bougie et aux lampions avec une gestuelle élégante comme une danse met le public dans l'ambiance. Le metteur en scène a choisi trois femmes, ce qui ne perturbe pas la compréhension. Je dirais presque "au contraire" parce que le timbre de voix féminin apporte au personnage de Cyrano toute la douceur qui manque parfois aux interprètes masculins.

Une autre idée majeure est de n'avoir pas attribué un rôle en particulier à chacune des trois comédiennes. Iana Serena de Fruitas, Lucie Delpierre et Marjorie de Larquier font ce qu'il faut, au bon moment, sans s'approprier un personnage plus qu'un autre. Le résultat apporte une universalité aux personnages principaux qui nous surprennent toujours, par une intonation, un geste, une manière de se déplacer, alors que bien entendu aucun doute ne s’installe jamais puisque un masque ou un vêtement permet immédiatement d’identifier celui qui parle.

L'emploi des masques renforce l'effacement du comédien au profit de chaque personnage qui, de ce fait, existe pour lui-même. La beauté des alexandrins écrits par Edmond Rostand est restituée sans faille. La diction est d'une maitrise absolue. Les comédiennes ont fait un travail exemplaire pour faire résonner chaque alexandrin sur la bonne longueur d’onde. Pas un mot ne nous échappe. On entend le texte à la perfection. L'auteur est un grand poète : Le baiser est un point rose que l'on met sur le verbe aimer.

J'ai découvert cet après-midi des intentions que je n'avais pas remarquées jusque là. Par exemple que Roxane ne s'appelait pas Roxane, mais Madeleine. Qu'elle faisait preuve de prévenance (et peut-être déjà alors de sentiments) à l'égard de son cousin en persuadant De Guiche de le priver de guerre. Qu'elle lui avouait son amour à la toute fin. Que Christian avait proposé à Cyrano de renoncer à Roxane. Que peut-être la mort de Christian au combat n'était pas fortuite et relevait du sacrifice.

Vivre une nouvelle lecture de cette pièce dont je connais des pans entier absolument par coeur fut une surprise autant qu'un immense bonheur.

Les trois jeunes femmes sont autant à l'aise en paroles qu'en gestes. C'est un régal et plusieurs scènes sont de petits bijoux. La mise en scène de Bastien Ossart est à saluer chapeau bas. Il y a beaucoup de gravité mais aussi beaucoup d’humour. À commencer par la première scène interrompu par la tirade du téléphone portable qui est un petit bijou. Une autre scène plus tard sera assez amusante, avec sa distribution de petits gâteaux. Le public est souvent interpellé mais sans aucune adresse racoleuse.

On entend quelques mesures de la Marche pour la Cérémonie des Turcs de Lully (c'était inévitable) mais le morceau qui revient régulièrement est le thème du Mariage de l'album Shine de Hicham Chahidi et il se prête à merveille à de savoureuses chorégraphies.

Ne vous dispensez pas d'aller voir ce spectacle seul, en famille, avec vos élèves si vous en avez. C'est au Théâtre Funambule Montmartre où il est prolongé jusqu'au 12 décembre. Envoutement garanti !

La compagnie Théâtre Les Pieds Nus méritera de monter sur la scène de la remise des statuettes organisée par Les Molières. Merci à ceux qui m'ont poussée à surmonter mes réticences. J'ai failli manquer un des meilleurs spectacles que j'ai vu de toute ma vie ... même si j'en collectionne plusieurs dans cette catégorie.

Il est irréprochable. Tenez, si je m’écoutais, j’y retournerai encore et encore.
9/10
2 0
Il faut du cran pour s'attaquer à Cyrano. Elles sont 3 sur la scène du Funambule Montmartre à se lancer dans ce challenge qu'elles relèvent avec panache. Une proposition innovante de la compagnie Le Théâtre Les Pieds Nus qui réussit à surprendre et à séduire sans trahir le texte.

Sur le devant de la scène trois boites rectangulaires ouvertes vers les comédiennes. A l'intérieur des bougies qui éclairent la scène. Au plafond et au sol quelques lampions. Pas de décor, seulement les pendrillons noirs. Un décor épuré. Comme le texte qui, débarrassé des personnages secondaires, dont certains passages sont narrés, garde l'essentiel : l'intensité dramatique, les histoires et rapports entre les principaux personnages (Cyrano, Roxanne, Christian, De Guiche, Ragueneau, Le Bret, La Duègne).

On oublie vite qu'elles ne sont que 3 pour laisser entendre ce texte magnifique. A l'aide de masques et de costumes façon Commedia dell'Arte, théâtre asiatique ou théâtre baroque elles donnent une identité claire à chaque personnage, n'hésitant pas à échanger les rôles. Ainsi Cyrano qui est joué tour à tour par les 3 ce qui ne crée aucune perturbation pour le spectateur. Bien au contraire chacune apporte au personnage une touche personnelle tout en permettant une parfaite homogénéité dans la vision du rôle.Cette influence du théâtre baroque et du théâtre asiatique est la marque de fabrique de la compagnie. Pour le metteur en scène qui y emprunte des éléments de jeu ou de création (masques, maquillage, jeu frontal, gestuelle, symbolique de l'espace de jeu) c'est créer une "autre forme qui puisse à la fois honorer l'oeuvre [.] et ouvrir de nouvelles perspectives scéniques [pour un] théâtre qui n'est ni réaliste ni psychologique".

La mise en scène de Bastien Ossart est d'une grande fluidité. Sa direction d'actrice tire parti des qualités multiples et pluridisciplinaires de ses comédiennes. Nathaly Florez est aussi danseuse et acrobate, Iana-Serena de Freitas est formée à la musique et au chant, Lucie Delpierre à la danse et au chant. Autant d'éléments auxquels s'ajoute une bande-son éclectique qui n'hésite pas, pour le grand plaisir du public, à mêler accents classiques et pop/rock, toujours dans un esprit d'intemporalité de l'oeuvre d'Edmond Rostand.

En bref : La Compagnie Le Théâtre Les Pieds Nus prouve avec panache que l'on peut encore être créatif avec une oeuvre aussi connue et populaire que Cyrano de Bergerac. Le talent du trio qui porte avec brio ce texte, continue à nous faire rêver et à nous émouvoir, à nous faire rire ou sourire. On aime quand le théâtre sait ne pas rester classique et nous fait passer une si belle soirée.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor