Clouée au sol

Clouée au sol
  • Théâtre Les Déchargeurs
  • 3, rue des Déchargeurs
  • 75001 Paris
  • Chatelet (l.1, l.4, l.7, l.11, l.14)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 32,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Une femme pilote qui n’a pas de nom, qui s’est construite à force de courage et de volonté avec pour seul objectif : devenir pilote de chasse pour l’US Air force.

Une rencontre de hasard, une grossesse accidentelle, mais acceptée avec joie. Puis l’appel du ciel qui se fait de plus en plus irrésistible. Quand elle se présente pour reprendre du service, c’est un drone quelle devra désormais piloter depuis une base militaire située à Las Vegas.

 

La réalité de la guerre est bien là et malgré le danger de mort écarté, la frontière qui sépare sa vie de famille et la guerre devient de plus en plus poreuse. Enfermée dans une prison pour désobéissance, elle redécouvrira son humanité.

 

Note rapide
6/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
75%
1 critique
Note de 8 à 10
25%
Toutes les critiques
13 juil. 2017
7/10
12 0
Aux USA une femme pilote de chasse, elle est fière, elle occupe un poste convoité par les hommes, là ce petit bout de femme est une passionnée. Puis un jour elle rencontre Eric, leur histoire d’amour se conclut par l’arrivée de Samantha. Qu’à cela ne tienne cette naissance est acceptée dans la joie et l’amour. La jeune femme souhaite reprendre son service de pilote, le ciel lui manque trop, même si elle est heureuse dans son foyer.

On lui fait comprendre qu’elle sera plus utile au sol, dans un fauteuil devant un écran de contrôle à piloter… un drone, vous savez ces engins qui ne servent pas qu’à espionner les célébrités, mais dont on se sert pour balancer des bombes, pour tuer l’ennemi. Mais cette guerre là, elle n’en veut pas, c’est lâche, sournois.

Alors s’ensuit une vie terrible, un cauchemar pour elle et sa famille, elle est si absorbée par son nouveau rôle, qu’elle n’arrive plus à discerner le gris de son écran du rose des poneys de Sam !

Pauline Bayle est remarquable, elle tient son rôle de main de maître, elle est obstinée, heureuse, convaincante. Le texte est dense, parfois répétitif, mais elle le fait vivre de manière poignante.

Une superbe performance d’actrice.
18 oct. 2016
9/10
148 0
La salle s'obscurcit.
Le noir est là.
On devine un mouvement sur le plateau.

Puis, les projecteurs s'allument.

Elle est là, en combinaison de vol kaki.

Elle commence à raconter, immobile.
Elle, la commandant de l'US Air Force, pilote d'un F16.

D'une voix rauque, un peu éraillée, durant une heure et vingt minutes, elle se livre.

Sa passion du métier, du bleu du ciel, puis sa rencontre avec Eric, le test de grossesse positif, Samantha, sa fille.
Sam qui va l'empêcher de voler : avec un bébé, plus question de décoller !

Reconversion obligatoire : la commandant est obligée d'intégrer la "Rocking Chair Force", l'escadrille de pilotes de drones, dans le désert du Nevada, près de Las Vegas.

Je n'irai pas par quatre chemins : dans ce rôle, Pauline Bayle nous livre une vraie performance !

Au-delà du fait que seule en scène, elle va dire et interpréter un texte passionnant mais ardu, elle nous offre, comme si c'était une évidence, une leçon de théâtre !

Son jeu, puissant mais sobre, fort mais épuré (elle ne bougera pratiquement pas de place, fixant un point lointain...), son jeu m'a purement et simplement envoûté !

Nous sommes en effet devant une démonstration de l'art et du métier de comédien.
Comme si tout ceci allait de soi.
Pour arriver à cette évidence-là, faut-il en avoir du talent !

Elle dit ce texte, elle le vit passionnément, elle le crie, elle nous jette sa fin à la figure !

Et faut-il avoir également un metteur en scène à la hauteur, inspiré, n'hésitant pas à aller à l'essentiel, à rejeter tout le superflu.

Gilles David, le Sociétaire de la Comédie française que l'on sait, a réussi une vraie gageure : tous les soirs, tous les spectateurs (et donc votre serviteur) parviennent à s'identifier et à vibrer pour cette femme pilote sans nom, cette femme qui voit se détruire sa vie.

Une comédienne sur un plateau blanc, immaculé.
Point.

C'est purement et simplement brillant : ici, l'épure sublime tout.

Ce duo Pauline Bayle-Gilles David (les deux ne se connaissaient pas avant la pièce), ce duo-là
fonctionne à merveille.

Cette pièce américaine, créée en 2015 à New-York, avec Anne Hattaway dans le rôle, cette pièce nous fait vraiment prendre conscience des dérives de nos sociétés dites "modernes".

La « guerre à distance » en est l'un des aspects les plus sombres : la guerre qu'on fait au bureau, derrière des consoles numériques, la guerre qu'on fait sans risquer sa peau, planqué, mais aussi la société d'hyper-surveillance, l'omniprésence des caméras, le flicage permanent, la restriction des libertés individuelles...

Je ne vous raconterai évidemment pas comment cette pilote re-découvrira son humanité.
Ni le prix qu'elle devra payer.

Précipitez-vous donc aux Déchargeurs !

On ne sort pas indemne de cette rencontre avec cette pièce de George Brant.

Il s'agit d'un théâtre de véritable prise de conscience, servi par une comédienne et son metteur en scène qui s'engagent.

Un théâtre exigeant mais passionnant, un théâtre qui fait réfléchir, un théâtre politique.
Un théâtre qui raconte et dénonce notre monde.
16 oct. 2016
5,5/10
33 0
J'avais peut être trop d'attentes sur ce seule en scène qui avait été jouée par Anne Hathaway.

Malgré le travail et l'implication de l'actrice très bonne, je n'ai pas été embarquée. J'entends la souffrance mais ne la ressens pas. Je suis passée à coté, dommage.
12 oct. 2016
5,5/10
31 0
La pièce m'a laissé cloué au sol moi aussi. Malgré une actrice qui se démène pour faire exister cette aviatrice passionnée, le texte ainsi que la mise en scène ne m'ont pas touché. Du coup, c'est avec beaucoup de distance que j'ai assisté à cette narration Mach 3 qui empêche l'actrice de donner corp à ses émotions et tout devient effectivement gris.

Cela aurait pu être une immersion du spectateur dans la frénésie grandissante de l'actrice, mais lorsque la passion doit nous emporter avec tout ce bleu si hardamment désiré, une fois de plus je reste au sol. Au final, la pièce fut trop longue et ne me fit pas chavirer. Bravo à la comédienne qui arrive tout de même à débiter un texte bien trop fourni avec qualité sur 1h20.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor