7 ans de réflexion

7 ans de réflexion
De Georges Axelrod
Mis en scène par Stéphane Hillel
Avec Guillaume de Tonquedec
  • Guillaume de Tonquedec
  • Jacques Fontanel
  • Théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 4, rue Monsigny
  • 75002 Paris
  • Quatre-Septembre (l.3)
Itinéraire
Billets de 10,00 à 60,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Un été à New York. Richard Sherman est responsable d'une petite maison d'édition.

Sa femme et son fils sont partis passer les vacances dans le Maine. Lors d'une étouffante soirée de juillet, sur le balcon de son appartement au coeur de Manhattan, Richard manque de se prendre un pot de fleurs en fonte.

Le pot a pulvérisé la chaise sur laquelle il était installé quelques secondes auparavant. La sublime voisine de l'étage au-dessus a malencontreusement fait tomber son plant de tomates.

Cet incident, qui aurait pu être fatal à Richard, est la plus belle chose qui pouvait lui arriver. Lui qui était plein de bonne volonté pour rester fidèle, ne pas céder à la tentation...

 

Guillaume de Tonquédec, 52 ans joue régulièrement au théâtre. Récemment, vous l'avez peut être vu dans La Vraie Vie au Théâtre Edouard VII ou La Garçonnière au Théâtre de Paris.

La saison passée, Alice Dufour, 32 ans, a été nommée pour le Molière de la Révélation féminine pour son rôle dans Le Canard à l'Orange.

Stéphane Hillel est directeur général du théâtre de Paris. Il continue à mettre en scène des pièces comme 7 ans de réflexion ou récemment Huit Euros de l'Heure au Théâtre Antoine (2019).

182

La critique de la rédaction : 6/10. Une comédie d’une autre époque sur l’adultère, sur les instincts de séduction d’un homme... ou de tous les hommes.

C’est la théorie défendue par 7 ans de Réflexion : les hommes sont amenés à tromper leur femme. Sauf s’ils sont trop paresseux pour leur mentir et avoir une double vie.

L'histoire est trop attendue pour convaincre totalement.
La mise en scène est astucieuse. Elle se sert du joli décor pour « faire parler » un miroir, un mur. Nous ne savons plus bien distinguer le fantasme de la réalité.

Guillaume de Tonquédec épate les premières minutes puis son style et sa voix lassent. En permanence sur scène à gigoter, c’est lui qui rend la pièce longue.

Une soirée ni bonne, ni mauvaise.

Note rapide
Toutes les critiques
29 déc. 2019
1/10
0
Quel mauvaise soirée très coûteuse en finalité.
Pièce très décevante, non humoristique, trop longue.
Très mauvaise interprétation de Guillaume de Tonquedec trop gigotant, fatigué, inaudible et pas à la hauteur de l’acteur annoncé !
On s’explique les très nombreuses places vides pour un samedi soir.
Triste soirée à éviter.
18 nov. 2019
5/10
1
Je me suis gentiment ennuyé. Un assez bon moment, mais je ne comprends pas vraiment l’intérêt de monter cette pièce de nos jours.

Bravo quand même aux comédiens et à la mise en scène.
7 nov. 2019
7/10
1
Passer après Marylin Monroe, quel challenge !
Défi relevé avec brio par Alice Dufour. Magnifique de candeur et magnifique tout court !
Guillaume de Tonquedec est fidèle à son jeu et ce pour notre plus grand plaisir.
Les décors sont somptueux et la mise très astucieuse.

Bref, j'ai passé un excellent moment et vous recommande 7 ans de réflexion.
22 oct. 2019
6/10
0
Pas désagréable, cette pièce a malgré tout beaucoup perdu et un peu vieilli.
Le propos est gentil mais on s'ennuie. C'est très convenu, très attendu.
De Tonquedec insupportable par ses tics, ses hausses de voix qui agressent rapidement l'oreille du spectateur. Dès qu'il s'énerve il reprend exactement les mêmes gestes de manière exagéré et commence à crier dans les aigus. Il gâche.
Mademoiselle qui dans sa beauté est très caricaturale au contraire est plutôt l'élément normal.

Point positif la mise en scène pleine de trouvailles et d'éléments qui tentent de moderniser la pièce.
Grande esthétique des décors et des costumes.

Des choses, des idées, de l'esthétisme, mais on s'ennuie un peu...
29 sept. 2019
8/10
4
Richard est marié, père de famille, il travaille dans l’édition, pour l’heure, sa femme et son fils sont partis quelques jours en bord de mer. Le voici donc en “célibataire”, et il se pose des questions Richard, d’abord sur son couple, il ne cesse de répéter qu’il aime sa femme, mais le fatidique chiffre 7 est là, 7 ans l’âge de raison, 7 un chiffre sacré… 7 ans de mariage sans coup de canif dans le contrat. Voilà ce que pense notre Richard.

La voisine du dessus, vient juste d’emménager, et son tomatier tombe sur le balcon de Richard, qui se trouvait là une minute avant. Pas rancunier, il l’invite à prendre un verre, d’autant plus qu’elle est absolument ravissante !

Richard n’est pas insensible, hésitant, maladroit mais sa “conscience” Aristote se paie bien sa tête ! Sans compter les conseils du docteur Baker, impayable psychanalyste qui lui donne bien du fil à retordre !

Gérald Sibleyras a adapté la pièce, plus provocante et pimentée que le film culte de Billy Wilder. La mise en scène de Stéphane Hillel est inventive (vidéos pour les changements de scènes, ou bien les fantasmes de Richard), une bonne direction d’acteurs, Guillaume de Tonquédec, campe un Richard séducteur mais pas trop, frimeur, parfois peureux, Alice Dufour est superbe (Marilyn aurait approuvé !), elle est douce, drôle, les robes lui vont à ravir !

Jacques Fontanel inénarrable docteur Baker, dont on ne se lasse jamais, Agathe Dronne séduisante Hélène qui ne laisse pas insensible Clément Koch, le séducteur, et bien entendu “Aristote” François Bureloup, qui est le double moralisateur de Richard.

Une douce et amusante soirée que je vous invite à passer aux Bouffes Parisiens.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor