Moâ Sacha

Moâ Sacha
De Christophe Barbier
Avec Christophe Barbier
  • Christophe Barbier
  • Chloe Lambert
  • Pierre Val
  • Théâtre de Poche Montparnasse
  • 75, boulevard du Montparnasse
  • 75006 Paris
  • Montparnasse (l.4, l.6, l.12, l.13, Trans N)
Itinéraire
Billets de 20,00 à 32,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Accusé Guitry, levez-vous !

En août 1944, Sacha Guitry se retrouve dans le bureau d’un juge. Il ne s’agit pas seulement de l’interroger sur sa conduite pendant la guerre, mais bel et bien de retracer toute son existence. Son père, ses personnages, ses héroïnes…

D’ailleurs, elles sont là, ses femmes, toutes ses femmes, côté cour et côté jardin. Et puisque tout est théâtre dans sa vie, cet individu est-il bien ce qu’il prétend être ?

Derrière l’auteur Guitry, quel est l’homme Sacha ?

Note rapide
6,5/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
50%
2 critiques
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
5 juin 2019
5/10
1 0
Lui, le journaliste critique de théâtre Christophe Barbier aurait aimé être Moâ Sacha. Mais tout le monde ne peut pas être celui qui transformait le drame en dérision. Il est plus facile d’endosser la robe de chambre du Maitre que d’emprunter la plume légère et humoristique du célèbre auteur dramatique.

Pourtant on aime se remémorer les citations de cet amoureux des mots qui disait des femmes « je suis contre tout contre ». Dommage que l’on se perde dans un imbroglio inextricable où se mélangent les rôles des comédiens. Ce misogyne, égoïste et égocentriste, mais génial virtuose de la langue Française, aurait mérité un meilleur sort. On peut toujours se rassurer en citant le grand Sacha Guitry qui disait « plaire à tout le monde c’est plaire à n’importe qui ! »
18 mai 2019
8/10
2 0
1944, Sacha Guitry, vêtu de sa robe de chambre rouge, répond aux questions du juge. Celui-ci lui parle de sa “collaboration” avec l’occupant et aussi du livre écrit “de Jeanne d’Arc à Philippe Pétain”, ce livre était écrit pour les gloires françaises, et il ne faut pas oublier que la notoriété de Guitry a permis à des écrivains d’être libérés des camps.

Mais le juge intervient aussi dans la vie et le théâtre de Guitry. Ses cinq femmes, toutes plus élégantes et raffinées, pas toujours bonnes comédiennes, mais c’est mon avis personnel ! Ses disputes avec son père le grand Lucien Guitry et puis, et puis… Chloé Lambert intervient en tant que Chloé, elle interpelle Christophe Barbier par son prénom, et tout part en vrille ! le théâtre dans le théâtre.

Barbier tente de reprendre le fil de “sa pièce” mais pas facile quand deux camarades ont décidé de régler leurs comptes personnels et passionnels.

Christophe Barbier, grand admirateur de Sacha Guitry a su s’entourer de comédiens connaissant le “Maître” par coeur ! la charmante Chloé Lambert, élégante, qui change de robe et de rôles pour être toutes les femmes de Sacha, et le subtil Pierre Val qui endosse les rôles de Lucien, des maris ou amants délaissés ou pas !

Vous l’aurez deviné, c’est un sympathique moment de théâtre, on s’amuse des répliques des pièces du grand Sacha et les trois comédiens s’amusent autant que le public.

La salle du Petit Poche devrait s'appeler la pochette ! Franchement il faut faire une taille 38 pour être à l'aise, quel dommage que cette salle soit désormais en cabaret.
11 mai 2019
5/10
1 0
Christophe Barbier se met dans la peau de Sacha Guitry, mais reste surtout beaucoup dans la peau de Christophe Barbier. Si bien que ça devient confus. On ressent qu'il a eu envie de se faire plaisir et on se perd entre les deux personnages.

Pourtant, j'avais déjà vu cet exercice par le passé avec "Lucchini et moi", et c'était une grande réussite. J'avais vivement apprécié.
Mais Olivier Sauton entrait réellement dans la peau de Lucchini, quand il le fallait et ne restait pas Olivier Sauton.
Concernant Sacha et Môa, ça m'a paru long. Heureusement que C. Barbier a su s'entourer de bons comédiens, qu'il a étudié la vie de Sacha Guitry et que l'on apprend certaines choses sur cet énigmatique personnage.

Dans le style chroniqueur, je préfère largement Stéphane Guillon au théâtre car c'est un excellent comédien.
Alors ?
"- Votre nom ?
- Guitry, Monsieur le juge"

La pièce démarre dans le bureau d'un magistrat. Les deux hommes s'entretiennent pour refaire l'histoire du comédien, dramaturge et réalisateur Sacha Guitry. La disposition du public ne respecte pas celle d'une salle d'audience puisque la salle du Kabarett du Théâtre de Poche-Montparnasse porte bien son nom. Les spectateurs prennent place autour de tables rondes type bistrot. Un service est assuré avant la représentation pour pouvoir trinquer en ces températures printanières. Soir de première et stress oblige, peut-être, j'ai eu la malchance d'être recouverte de vin blanc (et presque heureusement !), ce qui rafraîchit à plus d'un titre...

Néanmoins, la plaidoirie guitryienne m'a fait oublier ce drame poisseux. L'inculpation de Sacha Guitry pour intelligence avec l'ennemi ne sera qu'un prétexte pour dérouler une litanie de textes écrits de ses mains (18 extraits de pièces et pas moins de 11 œuvres dont sont extraites des citations). Il est déconcertant de savoir que le spectacle, qui ne dure qu'une heure vingt, condense autant d'extraits. Disparates sont les textes et pourtant une réelle fluidité se dégage, si on enlève les clins d’œil à la réalité du plateau de théâtre : Christophe Barbier, l'homme à l'écharpe rouge, faisant des commentaires sur le plateau de la chaîne d'information en continue BFM TV. D'ailleurs, Sacha Guitry portera, outre de grosses bagues, une certaine robe de chambre... rouge ! Dans le dossier de presse de la pièce, la couleur est annoncée, Christophe Barbier déclare que puisque Sacha Guitry "a mis son propre personnage dans ses pièces, [il s'est permis] d'en faire autant".

L'écrivain, metteur en scène et comédien du spectacle, Christophe Barbier, a en effet le beau rôle, il est mis (ou se met) plusieurs fois à l'honneur, en son nom propre, lui qui a un avis sur tout. Les allers-retours entre le spectacle et les coulisses de la pièce sont un peu déconcertants mais non dénués de cocasseries. La comédienne Chloé Lambert incarne les femmes de Sacha, ses épouses ou son épouse, "celle avec un grand E qui les résume toutes".

Le troisième et dernier comédien, Pierre Val, joue plusieurs rôles, dont Lucien Guitry, le père de Sacha, le juge. Ce trio maintient en haleine avec brio un spectacle où la verve est haute, et les punchlines fusent. Oui au mensonge, non à cette banalité à vouloir dire la vérité ! Quand l'homme parle, la femme succombe ! Les féministes puritaines sont priées de ronger leur frein, la misogynie ambiante plane.

Christophe Barbier déclame avec malice ce qui aujourd'hui en ferait bondir plus d'une. Mais on pardonnera ces piques car la seule femme du spectacle offrira l'un des plus beaux moments de la soirée en chantant la chanson "J'ai deux amants" de Yvonne Printemps.
"Mon Dieu, que c'est bête un homme..."
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor