top5 (1)

Mademoiselle Molière

Mademoiselle Molière
Mis en scène par Arnaud Denis
Avec Anne Bouvier
  • Anne Bouvier
  • Christophe de Mareuil
  • Théâtre Rive Gauche
  • 6, rue de la Gaité
  • 75014 Paris
  • Edgard Quinet (l.6), Gaité (l.13)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 40,00
À l'affiche du :
25 janvier 2019 au 25 mai 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:30
    • 19:00
Achat de Tickets

Quoi de plus hasardeux que la rencontre de Jean-Baptiste Poquelin et de Madeleine Béjart ? Pourtant leur union va durer vingt ans, soudée par leur passion commune : le théâtre.

Ce couple (avec Anne Bouvier, Molière de la comédienne dans un second rôle) devenu classique et si moderne en son temps, où le génie et le talent se sont mêlés, est à jamais dans la mémoire du théâtre. 

En 1661, avec le succès des Précieuses ridicules, Poquelin devient Molière. 

 

164

La critique de la rédaction : 7.5/10. Un super moment de théâtre en compagnie de Molière et sa douce.

Nous apprenons l’influence énorme qu’elle avait sur Jean-Baptiste Poquelin. Elle l’a poussé à écrire, jouer, se dépasser.

Le texte de Mademoiselle Molière est remarquable. Bien écrit, avec de bons mots, de nombreuses notes d’humour. Nous sommes en plus heureux d’en apprendre davantage sur la vie du plus grand auteur de théâtre français.

Les deux acteurs, Anne Bouvier et Christophe de Mareuil jouent vraiment bien. Madeleine est aussi crédible quand elle s’énerve, que quand elle plaisante ou se moque. Molière a du charisme.

Pour ne rien gâcher de notre plaisir, la mise en scène se révèle astucieuse, avec un effet esthétique quand les conjoints donnent une représentation de l’une de leur nouvelle oeuvre.

Une pièce à ne pas manquer.

Note rapide
Toutes les critiques
5 avr. 2019
8/10
2 0
C’est une tranche de la vie de Jean-Baptiste Poquelin quand le succès arrive et que ses amours déraillent. Mais c’est aussi un thème sur les relations humaines quand on s’élève dans la société sous le règne du Roi soleil.

Le texte et les dialogues de Gérard Savoisien sont savoureux et percutants. C’est le désarroi, la colère et le désespoir de Madeleine Béjard qui a tout donné et tout appris de la vie à son grand amour et qui le voit s’amouracher de sa fille au point de l’épouser. Anne Bouvier est époustouflante et bouleversante en femme trompée et trahie par son amant. Christophe de Mareuil joue avec naturel un Molière qui dévore la vie à pleine dents jusqu’à l’excès.

La mise en scène talentueuse et le décor original nous donne l’impression d’être dans la coulisse et sur la scène d’un théâtre.

C’est du grand et beau théâtre pour tous les publics.
27 mars 2019
8/10
4 0
Gérard Savoisien a décidé de s'attaquer au monument Molière pour raconter une histoire de femme. Même si l'on sait assez peu de chose sur l'histoire de Jean-Baptise Poquelin on connaît l'importance qu'a joué Madeleine Béjart dans son succès. D'ailleurs, l'auteur la place comme personnage central de son récit. On la voit gérer la comptabilité, jouer des personnages de théâtre et surtout conseiller Molière. Anne Bouvier incarne de façon magistrale cette femme de caractère et de courage qui nous touche d'autant plus lorsque son coeur se brise. Christophe de Mareuil n'est pas en reste dans son rôle de Molière, passionné et troublé face à l'amour qu'il ressent pour la jeune Armande. Un duo d'une grande complicité qui nous emporte à la rencontre d'un couple lié par la folle passion du théâtre.

La mise en scène simple et efficace d'Arnaud Denis et la scénographie d'Erwan Creff, permettent d'entrer au plus proche du contexte historique. Que c'est malin de montrer un théâtre inversé avec une salle illuminée de bougies vacillantes, un public imaginaire dont nous entendons les éclats de rire. Une façon élégante de montrer le théâtre sous toute ces facettes. On voit les personnages se farder de blanc avant de monter sur scène, on entend les déclamations très particulières de l'époque sans oublier les costumes typiques du 17ème. Et cette chaise où le personnage de Molière s'assied ne serait-elle pas semblable à celle dans laquelle il joue son dernier rôle ? "Un malade imaginaire" un peu comme un amoureux imaginaire ?

Un spectacle envoûtant qui nous mène au coeur de la relation passionnée et électrique entre Molière et Madeleine Béjart. Ne passez pas à côté de ce grand moment de théâtre.
Afficher le commentaire
24 mars 2019
2/10
1 1
Texte et humour faibles, beaucoup de surjeu, peu d'intérêt...
23 mars 2019
7/10
4 0
Anne Bouvier interprète la Béjart, donnant la réplique à Christophe de Mareuil, Molière. Tout repose sur ce duo percutant, leur alchimie, la bulle de leur couple qui va peu à peu voler en éclat sous les yeux du spectateur.

La palette d'émotions qui jaillit de la scène m'atteint : on palpe l'incompréhension, la colère, le gouffre de tristesse dans lequel plonge Madeleine. Le tourment, le doute, l'égoïsme de Jean-Baptiste. Armande, quant à elle, est le troisième personnage, invisible, présentée uniquement en mots, et représentée par la silhouette d'un mannequin sur le côté du proscenium.
Le jeu, plus que le texte ou la mise en scène, nous touche, et tant de questions sont soulevées...

Les comédiens n'y répondront pas, laissant le public s'interroger longuement après la fin du spectacle.

L'inconstance de l'amour en est moins la thématique, que l'amertume d'une femme, qui a tout donné pour croire en son homme, le pousser, le bâtir, pour finir par le perdre face à sa plume, sa gloire et sa rivale, en la personne de sa propre fille.

La pièce lui rend grâce et justice, car sans Béjart, éventuellement, comment appellerions-nous la langue de Molière ?
22 mars 2019
8/10
4 0
Je ne sais pas pourquoi mais j'étais passée complètement à côté du sujet de la pièce, je n'ai compris qu'au dernier moment qu'il s'agissait d'un drame amoureux où la mère et la fille seraient en confrontation. Sauf que celle-ci n'apparait jamais, manœuvre judicieuse car il s'agit avant tout de la relation de Molière et Madeleine Bejart qui est mise ici en lumière et de son déchirement.

Si j'ai eu un peu de mal à entrer dans la pièce les premières minutes, peut-être par le côté badin et familier des personnages ou les costumes traditionnels dont je n'ai plus trop l'habitude, par la suite la dramaturgie fait son œuvre et nous captive.
Après avoir installé la relation entre les deux compères et leur complicité de professionnels comme d'amants de longue date, on sent Molière s'éloigner et on attend avec angoisse le dénouement de ce qui ne pourra être qu'un drame. L'incompréhension, la colère et finalement la douleur, la comédienne a réussi à m'émouvoir et je pense que la salle (tristement à moitié vide) était d'un silence de mort tandis que notre Madeleine accuse Molière de choisir "le tendron au lieu de la tendresse"...
De son coté, Molière n'est pas en reste car il sait que son amour pour une jeune fille de 20 ans sa cadette a peu de chance de lui réussir et bien que mon empathie aille à sa vieille amante, le comédien était tout aussi bluffant en Molière torturé, mais néanmoins gagnant de cette rupture.

Un beau moment de théâtre, au texte bien écrit.

Petit plus pour la construction du décors qui représente les théâtres dans lesquels se produisent les comédiens, j'ai beaucoup aimé les petites loupiotes.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor