L'Ordre des Choses

L'Ordre des Choses
De Marc Fayet
Mis en scène par Richard Berry
Avec Pascale Louange
  • Pascale Louange
  • Gérard Darmon
  • Théâtre de la Michodière
  • 4 bis, rue de La Michodière
  • 75002 Paris
  • Opéra (l.3, l.7, l.8, RER A)
Itinéraire
Billets de 20,00 à 35,00
À l'affiche du :
25 septembre 2018 au 18 novembre 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 15:30
    • 20:30
Réservation de tickets

Hubert Bernard, ou l'inverse on ne sait plus très bien, la soixantaine, et Juliette sa compagne bien plus jeune accueillent malgré eux Thomas.

Ce bellâtre d'à peine trente ans  annonce, avec un test ADN à l’appui bien sûr, qu’il est la progéniture de Bernard.

Problème : Bernard Hubert prétend, lui, qu’il est stérile ! Autre problème : Juliette semble toute remuée par le pouvoir de séduction du jeune homme. Bernard aurait-il ouvert la porte à son fils ou à son plus grand rival ?

 

Après la pièce Tout à refaire en 2017, retrouvez l'irrésistible Gérard Darmon, cette saison, dans L'Ordre des choses, au Théâtre de la Michodière, sur une mise en scène de Richard Berry.

Richard Berry a commencé à la Comédie Française dans les années 1970. Récemment, il a joué et mis en scène La Nouvelle et Nos Femmes d'Eric Assous. Il joue dans Plaidoiries au Théâtre Antoine.

L'Ordre des Choses est la nouvelle comédie de Marc Fayet. Il avait été récompensé du Molière de la Comédie 2015 pour sa pièce Des Gens Intelligents.

31

La critique de la rédaction : 4/10. « Ah j’ai bien dormi moi ! » Cette remarque d’un spectateur à la sortie du théâtre en dit long.

J’ai été très déçu par la médiocrité du texte. Dès le départ la situation est explicite : un fils vient retrouver son père génétique. Les dialogues qui s’ensuivent sont très pauvres, pas drôles une seule seconde. 

Mais le pire dans tout ça est que jamais l’histoire n’évolue. Ça tourne en rond.

Gérard Darmon et les autres acteurs tentent comme ils peuvent de retenir notre attention mais c’est inévitable de piquer du nez.

La mise en scène de Richard Berry n’a rien d’exceptionnel.

Seul le décor est de qualité.

Dommage, j’étais optimiste en me rendant à la Michodière car Marc Fayet, l’auteur de L’Ordre des Choses, avait déjà été récompensé d’un Molière pour l’une de ses pièces.

Note rapide
4,8/10
pour 6 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
67%
2 critiques
Note de 8 à 10
33%
Toutes les critiques
12 nov. 2018
7/10
0 0
Ce n’est pas toujours dans l’ordre des choses mais parfois dans le désordre que la vie nous réserve des surprises inattendues.

Cette pièce se déroule dans un somptueux où s’entrechoquent les sujets. Les questions qui se posent à un couple intergénérationnel et l’arrivée d’un fils conçu suite à un don de sperme. Ces thèmes sont abordés avec humour par Marc Fayet. Sur une musique rock de Jimmy Hendrix la mise en scène de Richard Berry permet à Gérard Darmon d’exprimer tambour battant la plénitude de son talent. Vincent Desagnat et Pascale Louange ne sont pas en reste. Tout ça donne une comédie agréable et plaisante à ne pas manquer.
5 nov. 2018
4/10
13 0
J'ai été déçue par ce spectacle.

G. Darmon, bien accompagné par P. Louange et V. Desagnat, a beau essayer de relever le défi, l'écriture n'étant pas là, le bilan est, à mon avis, plutôt catastrophique.
M. Fayet a écrit une pièce que j'ai trouvé ennuyeuse.

A voir pour les décors et pour l'interprétation des personnages.
8 oct. 2018
9/10
2 0
Époustouflant...
Gérard Darmon 1h40 de BONHEUR...
Ces 3 comédiens sont parfaits. La mise en scène de Richard Berry est magnifique. Le décor très beau. Les lumières ...
3 seuls mots :
Allez-y vite !
5 oct. 2018
8/10
35 1
Autant vous l'avouer tout de suite, je suis un fan absolu de Gérard Darmon !

Darmon fait partie de ces rares comédiens qui m'enchanteraient rien qu'en me lisant l'annuaire inversé des entrepreneurs de pompes funèbres seine-et-marnais.
Il y en a très peu, de ces comédiens de cette trempe-là.

Darmon, j'ai eu la chance, voici quelques années quand même, de le voir un soir sur les planches du café-théâtre.
J'ai bien entendu suivi sa carrière cinématographique, Hanin, Beineix, Lelouch, Les Nuls, et tant d'autres.....
Je ne rate aucune de ses apparitions dans le Burger Quizz d'Alain Chabat.

Dans son image de grognon, de grand bougon, de sempiternel bourru, il me plonge à chaque fois dans une félicité jamais démentie.

Et puis, il y a le comédien de théâtre !
Ici, encore une fois, l'inoubliable interprète de la Carioca va nous faire hurler de rire !
Oui, j'avais les larmes aux yeux à le voir jouer la comédie.

Ce qu'il fait est absolument hi-la-rant !
Quel métier, quel charisme, quelle prestance, quelle vis comica, quelle puissance comique !

Ses ruptures, ses double-takes, ses changements de ton, de voix, d'expressions faciales, ses mimiques, ses regards (Ah ! Ces yeux plissés...) sont autant d'instants de théâtre jubilatoires.

De grands moments de jeu vont en effet émailler la pièce de Marc Fayet.
Une pièce, qui, mine de rien, va aborder bien des questions éthiques et philosophiques relatives à la paternité et à la procréation.

Lorsque Gérard Darmon fait évoquer à son personnage avec une mauvaise foi consumée la maladie qui l'aurait soi-disant rendu stérile à trente-deux ans, lorsqu'il en vient à convoquer l'enseigne Picard et ses célèbres surgelés, lorsqu'il exécute le running-gag du téléphone portable dans la poche arrière de son jean, quand il nous révèle le pourquoi-comment de son étrange démarche finale, il provoque le fou-rire de toute la salle.

Pour donner la réplique à un tel acteur, il fallait en trouver deux autres qui soient vraiment à la hauteur.
Pascale Louange et Vincent Desagnat sont ces deux-là, qui eux aussi auront leurs grands moments.
Le trio est très cohérent, on ne peut plus crédible.

On sent une véritable osmose entre ces trois-là.

La mise en scène de Richard Berry est efficace et va à l'essentiel.
Il faut noter cette bonne idée qu'il a eue de souvent nous montrer M. Darmon de profil. Les expressions caractéristiques de son visage prennent alors toute leur force et leur dimension comique.

Voici donc une vraie comédie qui procure un vrai moment de bonheur à un public venu prendre du plaisir.
Cette pièce, sans vulgarité aucune, sans effets faciles tellement à la mode, nous délivre un vrai rire sains et intelligent.
J'aime aussi ce théâtre-là !

Il me faut mentionner la très belle scénographie de Philippe Chiffre, un magnifique appartement comportant énormément de références à la rock culture américaine.

Dans le dernier acte de sa pièce, Marc Fayet fait dire à son héros « Des comme moi, y'en a pas des masses ! »
Bien entendu, l'auteur nous fait comprendre qu'il s'adresse directement à son comédien.
Des comme Gérard Darmon, y'en a pas des masses !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor