Plaidoiries

Plaidoiries
Mis en scène par Eric Théobald
Avec Richard Berry
  • Richard Berry
  • Théâtre Antoine
  • 14, boulevard de Strasbourg
  • 75010 Paris
  • Strasbourg Saint Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 20,00 à 55,00
À l'affiche du :
12 septembre 2018 au 17 novembre 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRE
    • 19:00

Richard Berry, seul sur scène, interprète cinq plaidoiries. Cinq moments décisifs et historiques.

Au tribunal de Bobigny, Gisèle Halimi défend coûte que coûte l’avortement. Elle dénonce une loi obsolète qui empêche les femmes de disposer librement de leur corps. En 1976, c’est à la peine de mort que Paul Lombard s’attaque, en voulant éviter la peine capitale à Christian Ranucci.

A Clichy-sous-Bois, Jean-Pierre Mignard défend les familles de Zyed Benna et Bouna Traoré, électrocutés dans un poste électrique pour avoir tenté d’échapper à un contrôle de police.

En 2006, l’acte infanticide de Véronique Courjault lève le tabou du déni de grossesse.

À Bordeaux, le procès de Maurice Papon revisite les heures sombres de l’histoire de France.

Les grandes affaires judiciaires ne sont jamais enregistrées. Les paroles s’effacent. Mais grâce au travail de reconstitution conduit par Mathieu Aron, les mots sont à nouveau prononcés. Incarnant les grandes figures du barreau, Richard Berry vous fait revivre ces grands procès qui révèlent des faits de société majeurs ayant marqué l’histoire judiciaire de ces quarante dernières années.

 

Richard Berry a commencé à la Comédie Française dans les années 1970. Récemment, il a joué dans La Nouvelle et Nos Femmes d'Eric Assous.

8

La critique de la rédaction : 8/10. Un grand moment de théâtre !

Richard Berry plaide pour des grandes causes. Ces instants décisifs aussi bien dans les tribunaux que dans l’histoire de France récente sont passionnants à suivre.

Nous avons de l’empathie pour les victimes, nous nous demandons comment peuvent réagir les jurés aux arguments de l’avocat, sommes impatients de découvrir quel sera le délibéré... C’est prenant !

Seul sur scène, Richard Berry est très convaincant. Il nous prouve à quel point l’art de la rhétorique peut faire pencher la balance de la justice, à quel point l’exercice de la plaidoirie ressemble à celui du théâtre.

La mise en scène est elle aussi très réussie.

À ne pas manquer !

Note rapide
8/10
pour 5 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
20%
2 critiques
Note de 8 à 10
80%
Toutes les critiques
Il y a 14 heures
8/10
2 0
Un discours, des mots, des idées, des intonations, des gestes, des silences calculés, une argumentation structurée, tout cela constitue une plaidoirie et peut influencer un procès, charmer un jury et persuader un juge. La force de la parole. C’est cela que l’on perçoit grâce à la performance de Richard Berry au théâtre Antoine.

Cinq procès, cinq plaidoiries, cinq argumentations qui vont atteindre ou non leur cible.
Richard Berry fait revivre ces procès historiques avec brio et l'on voyage avec lui dans le temps en redécouvrant ces drames et leurs répercussions.
La scénographie est simple et épurée, deux tribunes, des panneaux blancs qui descendent du plafond et sur lesquels seront projetés les photos des accusés et les conclusions des procès. Et puis Richard Berry, au milieu, en robe d’avocat, symbole de la justice française.
Tout l’espace est laissé à la parole.
On est fasciné par la puissance des mots, la force du raisonnement, la précision de la démonstration. Richard Berry est brillant !
On en ressort avec l’envie d’en savoir plus sur les affaires citées, d’en comprendre les circonstances, les dessous, d’en saisir les nuances et les détours... Bref on souhaiterait comprendre ce qui a amené les juges et/ou les jurés à prendre cette décision finale lourde de conséquences.

Difficile de rester insensible à ces vies, à ces affaires sordides, à ces êtres humains dont l’avenir va se jouer lors de ces procès. Difficile de ne pas prendre parti à l’écoute de ces magnifiques plaidoiries qui pour certaines ont marqué l'histoire. On se prend au « jeu » en attendant avec impatience l'annonce du verdict. Captivant !
Un excellent moment de théâtre.
22 sept. 2018
8,5/10
5 0
Tout avocat est quelque part un comédien passé maitre en rhétorique et qui sait dispenser ses effets au bon moment, il y en a peu mais ils sont marquants. Les cinq plaidoiries qui sont présentées sont issues d'affaires décisives. Elles ont défrayé la chronique et déchainé les passions :

- Le triple infanticide de Véronique Courjault et la mise en lumière du déni de grossesse : la plaidoirie de la défense est remarquablement intelligente.
- Les ados Zied et Bouna, électrocutés dans une armoire electrique pour avoir tenté d'échapper à la police et les émeutes qui se sont produites dans les banlieues sont encore bien présentes dans nos mémoires.
- La plaidoirie mémorable de Maitre Mignard pour tenter d'éviter la peine de mort à Christian Rannucci en 1976 (on attendra 1981 pour voir enfin l'abolition de la peine de mort) mais il fut l'antépénultième guillotiné par la justice française.
- Le procès de Maurice Papon et comment son rôle dans la chaine de commandement a été explicité.
- Enfin, la plaidoirie de Gisèle Halimi (signataire du Manifeste des 343) pour l'avortement et le droit des femmes à disposer de leur corps obtient en 1972 à la Cour de Bobigny un jusement historique : la relaxe de sa cliente, une jeune fille qui avait avorté suite à un viol, et l'histoire allait définitivement changer pour les femmes quelques années plus tard avec la loi Veil (n'en déplaise encore à certains).

Il fallait un grand comédien pour reprendre ses plaidoiries et Richard Berry prouve qu'il est un grand parmi les grands. Ses prestations sont parfaites avec une maitrise exemplaire sans fantaisie ou gestes superflus. Il provoque l'empathie de la Cour pour les personnes qu'il défend. Nous nous interrogeons sur ce que nous aurions pu décider en tant que jury dans ces affaires. Nous voulons savoir si la plaidoirie a porté ses fruits.

La mise en scène d'Eric Théobald est simple, souligne avec efficacité le propos de l'avocat. Le décor est sobre, des panneaux se meuvent en fond de scène et projettent notamment le jugement de chacune des affaires présentées.

C'est un grand moment !
D'ailleurs la salle s'est lévée pour ovationner Richard Berry.
Afficher les 2 commentaires
21 sept. 2018
7,5/10
2 0
Mise en scène captivante de plaidoiries historiques. Peu d'effets mais bien sentis et à propos.
On ne s'ennuie pas une minute.

Berry que j'attendais au tournant m'a bluffée. Lui que je croyais à tout jamais réduit aux rôles de boulevards sans saveur il a su prouver qu'il est un magnifique comédien.

C'est prenant, bouleversant, instructif, utile.
Une belle réussite tant dans le fond que dans la forme.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor