• Classique
  • Théâtre Édouard VII
  • Paris 9ème

L'Heureux Stratagème avec Eric Elmosnino

L'Heureux Stratagème avec Eric Elmosnino
De Marivaux
Mis en scène par Ladislas Chollat
Avec Eric Elmosnino
  • Eric Elmosnino
  • Sylvie Testud
  • Théâtre Édouard VII
  • 10, place Édouard VII
  • 75009 Paris
  • Opéra (l.3, l.7, l.8, RER A)
Itinéraire
Billets de 15,00 à 65,00
À l'affiche du :
19 septembre 2019 au 5 janvier 2020
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 20:00
    • 21:00
Achat de Tickets

La comtesse tombe follement amoureuse du séduisant chevalier Damis. Un véritable coup de foudre.

Pourtant, elle est déjà en couple avec Dorante, lui-même ami du chevalier.

Chevalier qui n'est pas insensible au charme de la comtesse. Il est lui aussi déjà pris, avec une marquise. Les deux amants soudain délaissés, Dorante et la marquise, décident de faire alliance et inventent un stratagème pour regagner l’amour de leurs compagnons.

Les valets assistent aux tromperies, aux ruses et aux mensonges de leurs maîtres en tentant vainement de les copier et en cherchant un sens à cette course à l’amour.

Marivaux écrit ici une de ces intrigues les plus simples et les plus pures, dans cette langue française subtile et ambiguë qu’il maîtrise si merveilleusement bien. On se laisse emporter dans cette valse intemporelle des sentiments et du désir, en riant aux éclats de tant de cruauté.

L'Heureux Stratagème est une pièce en 3 actes de Marivaux écrite en 1733. Fin 2019, elle est jouée en même temps au Théâtre Edouard VII et à la Comédie-Française.

 

Eric Elmosnino est souvent sur les scènes parisiennes. Ses dernières apparitions étaient dans Ramses II et Un Dîner d'Adieu.

Sylvie Testud a été récompensée du César de la meilleure actrice pour son rôle dans Stupeur et Tremblements (2004).

La mise en scène de L'Heureux Stratagème au Théâtre Edouard VII est de Ladislas Chollat. Fin 2019, il met également en scène La Souricière à La Pépinière Théâtre.

 

16

La critique de la rédaction : 5.5/10. Un début très prometteur qui rend la suite de l’Heureux Stratagème bien plus décevante.

La situation de départ des deux amants éconduits est très bien amenée. Les premiers dialogues font mouche. Ils sont truffés de bons mots.
Hélas, la suite de l’histoire, les rebondissements qui arrivent après sont trop attendus. L’intrigue n’en est plus une et l’enthousiasme laisse place à l’ennui.

Rien à dire sur le jeu des acteurs, sauf peut-être qu’Éric Elmosnino est fantomatique.

La mise en scène a le mérite de proposer des idées en nous transportant à une époque qui n’est pas celle du texte. La scène finale est assez réussie.

C’est la pièce de Marivaux que nous apprécions le moins.

Note rapide
7/10
pour 7 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
43%
3 critiques
Note de 8 à 10
57%
Toutes les critiques
13 oct. 2019
8,5/10
4 0
Une distribution si présente au grand écran peut-elle faire un bon Marivaux sur scène ?

Marivaux, le grand Marivaux mis au goût des années folles dans une ambiance art déco. Dans la mise en scène Ladislas Chollat, smoking et robes de soirée sont de mises. On ne sait pas bien mais l’on devine que l’action se passe dans une soirée mondaine, dans quelque château ou propriété de province.

Réunis là, deux « couples », leurs valets et le jardinier. La Comtesse s’éprend du Chevalier Damis et délaisse son amant Dorante qui lui-même laisse de côté la Marquise. Face à ce soudain revirement, les deux amants déchus s’unissent pour faire revenir leur moitié de ce picotement d’amour et de vanité qui les égare. Ils mettent alors en place un stratagème qui, ils l’espèrent, amènera une fin heureuse à leurs amours.

Dans cette mise en scène se ressent un véritable esprit de troupe. Suzanne Clément et Sylvie Testud forme un beau duo. Sylvie Testud, un peu peste de temps à autre, est une Comtesse féline et fière qui se prendra dans ses filets de coquette tandis que Suzanne Clément dégage une détresse de mal-aimé qui va bien à ce rôle.

Chez les messieurs, Éric Elmosnino a pour sa part ce quelque chose de flegmatique et de lent qui fait encore plus ressortir le jeu de ses partenaires tout en le rendant lui-même désespéramment à plaindre- et comique.  Enfin, dans le rôle du Gascon, Jérôme Robart est bien meilleur que Laurent Lafitte il y a peu au Français (m.e.s Emanuelle Daumas, 2018). Un peu « mr.muscle » mais un peu touchant à la fois d'être si dépendant de son humeur « phallocentrée » il nous fait rire avec son accent et ses accès de désespoir.

Mais en vérité, la surprise de jeu ne vient pas tant de ce quatuor connu que des seconds rôles : Frontin et Lisette, un autre duo, se détache, de plein pied dans la veine comique du marivaudage juvénile et innocent. Dans le rôle de Frontin, Florent Hill montre une palette de jeu déjà complète et semble se régaler sur scène- un comédien à suivre ! Roxane Duran (à mon avis égale au talent d’une Pauline Clément à son arrivée au Français) dégage une fraîcheur teintée de niaiserie qui emporte mon suffrage dans ce rôle de Lisette, si important pour souligner les travers de ces amoureux volages dont elle tente de prendre exemple. Mal lui en prend et Lisette le comprend bien plus vite son erreur que sa maîtresse !

Enfin Simon Thomas est un arlequin froussard et pleurnichard qui nous fait rire à ses dépens et Jean-Yves Roan décrocherait un sourire au plus bourru avec son accent de campagnard plein de simplicité.

La scénographie est impeccable et la composition d’acteurs réussie laisse de la place à une interprétation de la pièce dans laquelle les beaux rôles vont sans l’ombre d’un doute aux femmes.

Un spectacle pétillant et plein de beauté. La mise en scène n’est pas révolutionnaire et ne va certes pas fouiller jusqu'aux tréfonds du sens. On reste donc dans un élan burlesque et avouons que c’est parfois très agréable...

Une respiration comique dans le quotidien. J’ai passé un excellent moment !
3 oct. 2019
8/10
3 0
« L’Heureux stratagème » de Marivaux mis en scène par Ladislas Chollat au théâtre Edouard VII est une comédie sur l’Amour, l’hypocrisie et ses cruautés.

Une comédie pas souvent jouée, pour preuve ce fut une première pour la Comédie Française l’année dernière au Vieux-Colombier dans une mise en scène d’Emmanuelle Daumas qui m’avait laissé sur le banc.
Dans cette comédie en prose, en trois actes, de Marivaux, magnifiquement écrite comme une musique dont on ne se lasse pas, c’est la femme qui en fait voir de belles aux hommes : un Don Juan en jupon.
Pourquoi la femme n’aurait-elle pas le droit de s’amuser comme le font les hommes impunément ? Pourquoi ce titre de Don Juan serait-il réservé exclusivement aux hommes.

Une intrigue simple décrit cette comédie qui tourne essentiellement autour de la Comtesse, une Comtesse qui change d’humeur comme elle dit bonjour et qui ne voit pas pourquoi elle devrait aimer un homme au prétexte qu’il l’aime. Elle revendique sa quête de liberté.
Les yeux de la Comtesse ont croisé ceux du Chevalier Damis et bing l’étincelle a fait chavirer leurs cœurs : un coup de foudre.
Seulement voilà Dorante est amoureux fou de la Comtesse et le Chevalier Damis est normalement destiné à la Marquise.

Le regard toujours aiguisé de Marivaux, sur cette société, apporte son lot de surprises, de joutes verbales, avec la manifestation de l’attachement des domestiques pour leurs maîtres, tout en se liant eux-mêmes et en y trouvant leurs intérêts. Ils ne perdront pas une miette des tromperies, mensonges proférés par leurs gourous.

Blessée par cette trahison, commence alors à germer dans la tête bien faite de la Marquise un plan diabolique dont Dorante sera partie prenante, afin que les infidèles rentrent dans le droit chemin : une feinte, un stratagème qui finira par être heureux, enfin en partie.

Dans une mise scène fluide, brisant le quatrième mur, Ladislas Chollat donne un rythme souple, léger, léger comme l’amour, à cette comédie. Les années folles dans laquelle il la situe permettent avec les effluves de l’alcool, la fête, l’ivresse de la tentation, un rapprochement des corps où les baisers abondent. Une musique toute nuancée de Frédéric Norel provenant de la demeure accentue le charme de ces soirées d’été éclairées délicatement par Alban Sauvé, où la brise du jardin, dans un décor d’Emmanuelle Roy, vient chatouiller les cœurs brisés tout en nous faisant rire.

Un quatuor mène le bal :
Je découvre avec admiration pour la première fois sur scène Sylvie Testud, elle déploie beaucoup de charme, de malice, d’ingéniosité pour endosser le costume de cette femme éprise de liberté. Un jeu tout en fraîcheur dans cette nuit qui promet d’être chaude.
Face à elle, Jérôme Robart, avec un accent gascon qui n’en a que le nom, ou plutôt devrais-je dire le parrain à l’accent mafieux, emporte les spectateurs dans des rires désacralisant la situation. Depuis que je l’ai connu dans les six saisons de la série, je dois dire que j'ai un faible pour le jeu tout en subtilité de « Nicolas Le Floch », au langage aussi riche et joyeux que celui de Marivaux : c’est un bonheur de le retrouver. Mais dans le cas présent ce sont ses facéties qui retiennent mon attention, il aurait très bien pu nous chanter « paroles, paroles ». Il est le soleil dans cette comédie aux allures tragiques.
Pour la première fois sur scène Suzanne Clément est impressionnante de vérité, elle incarne tout en finesse et avec conviction cette femme bafouée. A la fois élégante dans sa belle robe, au port altier, et déterminée dans son expression, elle canalise les regards.
Dorante joué par Eric Elmosnino est tout simplement attachant dans son rôle d’amant délaissé qui combat l’adversité. Il brille dans ses larmes et donne envie d’être consolé, il joue les caliméros à merveille.

Il n’y a pas de maîtres sans valets, et nous ne sommes pas en reste avec eux, ils œuvrent depuis la coulisse : Lisette, au service de la Comtesse, jouée tout en émotion par Roxane Duran, déploiera toute son énergie pour « sauver » les couples en y perdant même son latin. Elle est aidée par son amoureux Arlequin, valet de Dorante, joué loyalement par Simon Thomas. Un Arlequin aux prises des tourments de l’Amour. Un couple de serviteurs qui sera écartelé par Florent Hill, au service du Chevalier Damis, dans le rôle de Frontin, épris de la belle Lisette.
Pour compléter cette distribution homogène, il y aura le paysan, père de Lisette, qui par tous les moyens à sa portée veillera aux intérêts de sa fille. Un paysan, dont on comprendra juste ce qu’il faut pour l’intrigue, joué tout en belle franchise par Jean-Yves Roan.

Un Marivaux qu’il est plaisant d’écouter, de regarder, joué par des comédiens pleinement investis dans leurs rôles.
Les applaudissements chaleureux du public conquis viennent en témoigner.
2 oct. 2019
7,5/10
5 0
Quelque part dans une province française, à l’époque des Années Folles, un quatuor bourgeois va se trouver dans une tempête amoureuse. La Comtesse, amante de Dorante, s’éprend le temps d’un regard du Chevalier Damis qui lui-même est le tendre ami de la Marquise. Le coup de foudre est réciproque, mais l’aventure n’est pas du goût de Dorante ni de la Marquise. Blessés dans leur intimité, les deux amoureux délaissés vont alors élaborer un stratagème pour récupérer leurs chers infidèles. Les valets ne sont pas en restent : eux aussi en copiant leurs maitres se laissent emporter dans ce tourbillon d’amours contrariés.

Je ne connaissais pas ce texte de Marivaux et ce fut un vrai plaisir de le découvrir. Marivaux, en grand maître de la Manipulation avec un grand M : mensonges, faux semblants, tromperies, ruses et même fake news (oui c’était un visionnaire !) sont au rendez-vous.

Un vrai plaisir aussi cette pièce pour son décor magnifique, la scénographie d’Emmanuelle Roy et la mise en scène de Ladislas Chollat basées sur des entrées et sorties multiples très fluides et les belles lumières d’Alban Sauvé (dont un superbe feu d’artifice). En transposant cette intrigue dans les Années Folles, Ladislas Chollat montre que le texte a un petit coté intemporel pas désagréable.

Et pourtant des détails m’ont gênée : le jeu de certains comédiens n’est pas à la hauteur des autres ainsi la diction du père de Lisette est absolument incompréhensible (au point de regarder les sous titres en anglais pour le comprendre), à moins que cela soit fait exprès mais je ne saisis pas l’intention du metteur en scène. Jérôme Robart qui est le chevalier gascon Damis a bien plus l’accent corse que gascon, ça lui fait perdre un peu de crédibilité même si cela nous porte à sourire. Simon Thomas, le serviteur de Dorante, passe son temps à geindre et à pleurnicher mais c’est l’histoire qui veut ça et c’est le seul aspect de la pièce qui me dérange un peu.

Hormis ces quelques points que l’on peut oublier facilement, on se laisse emporter dans cette valse des sentiments orchestrée par Marivaux et même si on se doute de la fin, on y prend beaucoup de plaisir.
26 sept. 2019
8/10
4 0
Il y a longtemps que je n’avais pas vu une pièce de Marivaux et je suis ressortie enchantée.
On se doute comment toute cette histoire va finir mais ce n’est pas grave.
Les acteurs sont tous parfaits, j’aime beaucoup Sylvie Testud et Eric Elmosnino.
Une bonne soirée.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor