• Classique
  • Théâtre Édouard VII
  • Paris 9ème

L'Heureux Stratagème avec Eric Elmosnino

L'Heureux Stratagème avec Eric Elmosnino
De Marivaux
Mis en scène par Ladislas Chollat
Avec Eric Elmosnino
  • Eric Elmosnino
  • Sylvie Testud
  • Théâtre Édouard VII
  • 10, place Édouard VII
  • 75009 Paris
  • Opéra (l.3, l.7, l.8, RER A)
Itinéraire
Billets de 15,00 à 65,00
À l'affiche du :
19 septembre 2019 au 5 janvier 2020
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 20:00
    • 21:00
Achat de Tickets

La comtesse tombe follement amoureuse du séduisant chevalier Damis. Un véritable coup de foudre.

Pourtant, elle est déjà en couple avec Dorante, lui-même ami du chevalier.

Chevalier qui n'est pas insensible au charme de la comtesse. Il est lui aussi déjà pris, avec une marquise. Les deux amants soudain délaissés, Dorante et la marquise, décident de faire alliance et inventent un stratagème pour regagner l’amour de leurs compagnons.

Les valets assistent aux tromperies, aux ruses et aux mensonges de leurs maîtres en tentant vainement de les copier et en cherchant un sens à cette course à l’amour.

Marivaux écrit ici une de ces intrigues les plus simples et les plus pures, dans cette langue française subtile et ambiguë qu’il maîtrise si merveilleusement bien. On se laisse emporter dans cette valse intemporelle des sentiments et du désir, en riant aux éclats de tant de cruauté.

L'Heureux Stratagème est une pièce en 3 actes de Marivaux écrite en 1733. Fin 2019, elle est jouée en même temps au Théâtre Edouard VII et à la Comédie-Française.

 

Eric Elmosnino est souvent sur les scènes parisiennes. Ses dernières apparitions étaient dans Ramses II et Un Dîner d'Adieu.

Sylvie Testud a été récompensée du César de la meilleure actrice pour son rôle dans Stupeur et Tremblements (2004).

La mise en scène de L'Heureux Stratagème au Théâtre Edouard VII est de Ladislas Chollat. Fin 2019, il met également en scène La Souricière à La Pépinière Théâtre.

 

31

La critique de la rédaction : 5.5/10. Un début très prometteur qui rend la suite de l’Heureux Stratagème bien plus décevante.

La situation de départ des deux amants éconduits est très bien amenée. Les premiers dialogues font mouche. Ils sont truffés de bons mots.
Hélas, la suite de l’histoire, les rebondissements qui arrivent après sont trop attendus. L’intrigue n’en est plus une et l’enthousiasme laisse place à l’ennui.

Rien à dire sur le jeu des acteurs, sauf peut-être qu’Éric Elmosnino est fantomatique.

La mise en scène a le mérite de proposer des idées en nous transportant à une époque qui n’est pas celle du texte. La scène finale est assez réussie.

C’est la pièce de Marivaux que nous apprécions le moins.

Note rapide
6,7/10
13 pour 13 notes et 9 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
6 critiques
Note de 4 à 7
69%
3 critiques
Note de 8 à 10
31%
Toutes les critiques
29 nov. 2019
4,5/10
3 0
Un très beau texte intelligent et raffiné, de superbes décors, une belle mise en scène... tout ceci malheureusement desservi par un jeu d'acteurs très inégal, pour ne pas dire mauvais pour certains...
Le pire, selon moi, revient au personnage du Marquis, joué de façon lourde et vulgaire avec cet accent marseillais complètement inadapté. ... cette sorte de Patrick Bosso au pays de Marivaux, c'est juste insupportable !...
Eric Elmosnino est quant à lui totalement absent et inexistant. ... et absolument pas crédible dans ce rôle d'amoureux transi.. .
Je suis même réservé sur la pertinence de Sylvie Testud dans ce rôle de la comtesse ; actrice que pour autant j'apprécie beaucoup par ailleurs....
En résumé ces comédiens ne sont pas en ligne, je trouve, avec l'élégance et ce raffinement du théâtre de Marivaux...
Bref, une déception.
21 nov. 2019
7,5/10
0 0
J'ai bien aimé cette pièce de Marivaux. Beau décor, beaux costumes et acteurs épatants dans le très bel écrin du théâtre Edouard VII. On rit de la mauvaise foi de la comtesse et de la roublardise de la marquise. Ne connaissant pas l'original, je ne peux cependant pas comparer l'original avec la pièce.
14 nov. 2019
7,5/10
2 0
Le rideau se lève sur un décor absolument somptueux et nous annonce ainsi une mise en scène contemporaine, choix des matériaux et des couleurs, effets miroir pour jouer sur les perspectives.

De 1733, nous passons aux années 30 avec Les costumes des acteurs ce qui offre un caractére intemporel à ce classique.



Bonne surprise, on évite l’écueil et le cliché d’une farce sur l’inconstance, on perçoit l’authenticité de ces personnages moins caricaturaux qu’ils n’y paraissent.

La rivalité entre la Marquise, femme expérimentée, et la jeune Comtesse s’apparente à un parcours d’initiation, de la profondeur du sentiment exprimé dans l’instant jusqu’à l’expérience de son âpreté. Si la cruauté pointe parfois , nous retenons l’allégresse de cette comédie, la sensibilité de chacun.

L’effet miroir, l’effet papillon ou les ricochets, les imbrications sont subtiles, la singularité de chaque personnage est juste sans être ostentatoire , pas de personnage qui évince l’autre, une réelle harmonie au sein de la troupe. Chacun prend sa place naturellement, exprimant des émotions qui ne manqueront pas de faire écho.

Nous serons émus, attendris, complice de la détresse de l’éconduit apathique Dorante, la flamboyance du chevalier Damis, la pseudo naïveté de Lisette, la féline marquise, le “rural” papa protecteur, le loyal Arlequin ou l’effronté Frontin et bien sur la facétieuse, malicieuse mais agile Comtesse.



Des regrets tout de même : une sonorisation inconfortable, un début difficile avec des paroles parfois si peu audibles que l’on se surprend à lire les sous titres ( version anglaise); une concentration nécessaire pour suivre les dialogues dans la salle devient “bruyante”.

Pour conclure : une très belle illustration du “marivaudage” dans toutes ses nuances, une adaptation qui rend fluide et intemporel ce classique.
28 oct. 2019
7,5/10
0 0
Tout dans le texte est d'un classicisme absolu, aussi on ne va pas voir cette pièce pour être percuté.

Mais la qualité du jeu des acteurs, la somptuosité des décors et costumes et bien sûr la qualité du texte en font une pièce d'une très belle facture et une soirée des plus plaisantes.
Les comédiens y mettent une pointe de malice et le décalage de période transposée dans les années trente est une bonne idée pour la rendre quasi intemporelle : aime moi je te fuis, fuis-moi je te suis...

Ca marche à tous les coups et à toutes les époques.
Seul bémol le jeu d'Elmosnino que j'adore pourtant mais qui n'est pas fait pour jouer les amoureux transits.
27 oct. 2019
7/10
1 0
Marivaux est un de mes auteurs préférés mais j'ai été un peu déçue par cette pièce, sans parvenir à définir précisément ce qui me gênait.

L'intrigue ne contient pas beaucoup de suspens, le jeu d'échange et de manipulation entre les personnages n'était assez accentué à mon goût. J'ai trouvé le jeu des comédiens assez inégal. Si Sylvie Testud est parfaite, on a du mal à croire au personnage d'amoureux transi d'Elmosnino.

Enfin, je me suis parfois retrouvée à lire les sous-titres car la comédienne qui jouait la servante allait trop dans les aigus. Les décors sont beaux ainsi que les costumes mais je n'ai pas compris l'intérêt du changement d'époque.

Bref, une pièce tout de même agréable mais qui manquait de piquant à mon goût !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor