Le Crédit

Le Crédit
De Jordi Galceran
Mis en scène par Eric Civanyan
Avec Didier Bénureau
  • Didier Bénureau
  • Daniel Russo
  • Théâtre de la Gaîté-Montparnasse
  • 26, rue de la Gaîté
  • 75014 Paris
  • Edgard Quinet (l.6), Gaité (l.13)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 43,00
À l'affiche du :
15 janvier 2019 au 26 mai 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 21:00
Achat de Tickets

Aujourd'hui est un grand jour pour ce client. Il a rendez-vous avec son conseiller clientèle pour emprunter de l'argent.

Demander un crédit à une grande banque n'est pas toujours chose facile. Et là, les garanties financières présentées sont insuffisantes et le banquier refuse le prêt.

Après avoir expliqué l'urgence de la situation et plaidé sa cause, le client, à bout d'arguments, trouve alors un moyen tout à fait inattendu pour faire céder le banquier, et à partir de là, tout dérape ! 

 

La situation banale que nous avons tous vécue explose dans un enchaînement de situations ubuesques et nous jubilons tous de voir, pour une fois, un client prendre le pouvoir sur un banquier. 

Mais nous, serions-nous prêts à aller jusque-là pour obtenir le crédit ?

 

Vous avez sûrement déjà vu Daniel Russo au théâtre. Il joue très souvent dans des boulevards, comme dans Mariage et Châtiment et La Récompense. Plus récemment, il jouait dans Alors on s'aime au Théâtre des Variétés.

Didier Bénureau est un humoriste et acteur. Fin 2018, il jouait dans Le CV de Dieu au Théâtre la Pépinière.

Note rapide
6,4/10
pour 7 notes et 7 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
7 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
27 mars 2019
6/10
3 0
Une pièce de boulevard pur jus dans un univers plus original : la banque.

La mécanique nous étonne car l'auteur est allé chercher de l'originalité là où théoriquement on en manque cruellement : une demande de crédit.
C'est la revanche du petit peuple sur les banquiers si suffisants et autoritaires qui décident seuls qui disposera de l'argent.
Là le petit client, avec ses propres moyens limités mais avec intelligence voir fourberie, va prendre le dessus sur ce pouvoir absolu et retourner la situation.
L'absurde dont on aimerait croire provoque les rires. Mais c'est souvent plus lourd que drôle. Très franchouillard.
Il y a des fourberies de Scapin là dedans. Dommage que ça tourne un peu en rond en seconde moitié.
Un peu d'affinage, un petit travail de texte, permettrait de mieux la rythmer et lui donner plus de force. Parce que l'idée est sympathique et originale on aurait aimé qu'elle soit mieux traitée.

Les comédiens sont sympathiques, attachants.

Avec une mise en scène plus... une mise en scène en fait, deux comédiens plus préparés, à qui on aurait demandé d'être plus fins, une 2e partie élaguée parce trop longue, je pense que l'ensemble aurait gagné en légèreté et donc en qualité. Là on a comme un goût de gros bonbon qui colle un peu aux dents...
Maintenant, pour une soirée de boulevard simple, ça fonctionne.
11 févr. 2019
6,5/10
6 0
Un duo qui fonctionne et porte cette pièce comme un impeccable costume pour deux.

Russo incarne à merveille ce banquier droit, sûr de lui, mais dont la confiance va s'émousser petit à petit face à la verve de Bénureau, ce client absurde aux arguments improbables.

Le texte est amusant, et nous tient en haleine sur un échange incongru, comme un bras de fer aux allures de "dîner de cons". La thématique, pas si commune, de l'univers bancaire, est travaillée avec des axes chers au théâtre de boulevard, et ça marche.

La lumière, le décor, la musique, se veulent discrets, pour laisser la part belle à la joute de ces deux comédiens.
Une pièce sympathique et divertissante.
4 févr. 2019
7,5/10
3 0
« Le crédit » de Jordi Galceran, auteur espagnol, au théâtre de la Gaîté Montparnasse dans une mise en scène d’Eric Civanyan nous transporte dans le monde brutal et sans concession de la finance : une pièce sur fond social.

Un conseiller clientèle, comme il en existe beaucoup, aux ordres de sa banque, reçoit un client qui est sur la paille et qui a besoin d’un crédit.
Or ce dernier, selon le conseiller, n’est pas solvable, il ne réunit pas les garanties nécessaires : il ne peut donc lui accorder le crédit demandé.
Bien que ce dernier lui fasse part de ses besoins, de cette nécessité vitale pour sa survie d’obtenir ce crédit en déployant toute une série d’arguments, le conseiller ne plie pas et le reconduit fermement à la porte de son bureau.
C’est alors le couperet de la guillotine tombe d’un coup sec et tranche dans le vif ce dialogue qui devenait inextricable. Le client qui trouve cette décision abusive est pris d’un éclair de génie et fait basculer le rendez-vous à son avantage. L’entretien qui au départ était d’une banalité confondante part en éclats et nous dévoile un enchaînement de situations toutes les plus loufoques les unes que les autres mais qui pourraient, soit dit en passant, bien se matérialiser dans notre monde « réel ».
Vous comprendrez que je ne vous en dirai pas d’avantage au risque de vous dévoiler la solution qui va faire plier le banquier : nous vivons une situation inédite : le client prend le dessus, le pouvoir sur le banquier !

Didier Bénureau, avec son œil rieur, féroce, joue un client déterminé qui crie à l’injustice et qui papillonne sur scène. Il est prêt à tout pour obtenir ce qu’il veut au risque de faire sortir de ses gonds un Daniel Russo, tout en nuances, qui va nous gratifier à l’occasion d’une tirade assez crue, mais comment l’en blâmer en face d’un énergumène comme Didier Bénureau.
D’ailleurs ce dernier se permettra de lui dire : « Le système bancaire va imploser. C’est sûr. Vous êtes tous surendettés jusqu’au cou et vous allez tous couler…Alors lâche-toi ! Donne des crédits à tout le monde ! Les gens vont t’adorer». Une réplique qui fera réfléchir Daniel Russo et qui nous dévoilera une part de sa personnalité que l’on n’a pas souvent l’occasion de voir sur scène : une fragilité, une sensibilité qui le rendent touchant et dévoilent sa part d’humanité.

Cette pièce, créée en 2013 au théâtre Villarroel de Barcelone a été adaptée par Eric Civanyan et comme ce dernier connait bien Daniel Russo pour avoir travaillé à plusieurs reprises avec lui, dont sa dernière pièce « Hier est un autre jour » avec Gérard Loussine, il lui a concocté des répliques qui font mouches, tout autant d’ailleurs que celles dans la bouche de Didier Bénureau.
Ce metteur en scène rompu aux pièces qui demandent de la précision et du rythme a su mettre face à face ces deux fortes personnalités du théâtre.

Jusqu’où serions-nous prêt à aller pour obtenir ce que nous pensons légitime, que ce soit un crédit ou autre chose : la réponse au théâtre de la Gaîté Montparnasse dans une tranche de rires salvatrice.

Encore quelques représentations et le bateau crédit prendra son rythme de croisière…
27 janv. 2019
7/10
6 0
A la Gaité, on y va pour rire de bon coeur et comme d'habitude, j'ai ri !

Un banquier et son client dans un bureau. Le banquier refuse la demande de crédit du client et celui ci va dévoiler un argumentaire particulièrement original pour le faire changer d'avis.

Alors certes il faut dépasser l'argument de départ vraiment peu crédible mais il faut se laisser porter par la bienveillance et prendre cet argument comme un autre pour passer une bonne soirée : Daniel Russo veut camper un banquier droit dans ses bottes qui respecte le règlement à la lettre, face à lui, Didier Bénureau est un client normal mais sans garantie financière et puis il y a son argument magique... et tout bascule ! Pim Pam Padaboum !

Cette comédie grincante proposée par Jordi Galceran est une fantaisie qui permet de retourner une situation qui semblait desespérée pour le client et ça fait du bien au moral.

La mise en scène d'Eric Civanyan évite le piège de laisser en permanence les deux protagonistes face à face assis autour du bureau, ils se lèvent, se tournent autour,... Au début, j'ai trouvé le décor un peu triste et fade mais ça se passe dans une banque où justement tout est triste et fade donc rien à dire.

Les deux compères s'en donnent à coeur joie : Russo qui joue le banquier dur, façon 'la norme, c'est la norme' et qui va péter un plomb magistral ! Bénureau, en face, qui commence sobrement l'entretien et va dérouler un personnage magnifique. L'opposition de genre et de style est très réussie !

Une soirée qui détend dans un contexte morose, c'est toujours ça de pris !
Afficher les 3 commentaires
18 janv. 2019
6,5/10
8 0
L'histoire n'est pas très crédible, et j'ai eu l'impression que l'on tournait un peu en rond avec le texte qui mériterait d'ailleurs quelques coupes pour rendre le tout un peu plus dynamique.

Les acteurs font plaisir à voir et j'ai passé un bon moment.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor