top5 (2)

Fric Frac

Fric Frac
De Edouard Bourdet
Mis en scène par Michel Fau
Avec Régis Laspalès
  • Régis Laspalès
  • Michel Fau
  • Julie Depardieu
  • Emeline Bayart
  • Théâtre de Paris
  • 15, rue Blanche
  • 75009 Paris
  • Trinité (l.12), Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 30,00 à 65,00
À l'affiche du :
11 septembre 2018 au 6 décembre 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 15:30
    • 20:45
Réservation de tickets

Enfermé en taule, il cherche du pognon, des tonnes de pognon. Loulou sa copine, veut lui en trouver.

Marcel, humble employé de bijouterie est fou de Loulou. Loulou va se servir du naïf Marcel pour organiser avec Jo un Fric-Frac dans la bijouterie.

Une affaire en or normalement…

 

Après Arletty, Fernandel et Michel Simon c’est Julie Depardieu, ​Régis Laspalès et Michel Fau qui vous emmènent faire un tour dans le Paris de 1930, ça gouaille, parle de fraiche, de flouze, d’oseille, et surtout ça se paie une bonne tranche de rigolade.

Michel Fau à la mise en scène (Fleur de cactusDouce Amère…) nous fait découvrir ou redécouvrir la plus grande pièce de théâtre d’Edouard Bourdet (1887 - 1945).

Michel Fau joue très souvent dans les pièces qu'il met en scène. Julie Depardieu avait déjà joué dans sa mise en scène du Misanthrope (2014).

Régis Laspalès est très présent sur les planches. Il jouait la saison dernière dans la pièce de Laurent Ruquier A Droite, A Gauche.

 

15

La critique de la rédaction : 7/10. Une comédie qui a beaucoup de cachet.

Elle nous plonge dans un univers assez rare pour du théâtre de boulevard où nous sommes plutôt habitués à voir des histoires de maris trompés. Ici, il est question du milieu crapuleux de Barbès des années 30 et du casse d’une bijouterie.

Les décors sont superbes, très originaux. Avec le langage et les expressions des voleurs à l’ancienne, nous sommes dans un monde très amusant. Les dialogues sont drôles.

Hélas quelques passages plutôt lents auraient mérité d’être raccourcis.

Michel Fau, Régis Laspalès ont des personnages qui leur vont comme un gant. Le jeu d’acteur est bon, même celui des rôles secondaires, ce qui n’est pas toujours le cas dans les distributions à plus de 10 personnes.

Si vous aimez les vieilles pièces dans leur jus, vous devriez apprécier.

Note rapide
Toutes les critiques
16 oct. 2018
2/10
1 0
Grosse déception.
La pièce a mal vieilli et la mise en scène n’a apporté aucune originalité.
Le rythme est plat, les acteurs jouent forcé.
Les décors sont sans doute ce qu’il y a de mieux.
Nous nous sommes ennuyés.
Dommage.
24 sept. 2018
6/10
2 0
Une légère déception pour cette pièce longtemps attendue. Les comédiens sont bons, les décors originaux, mais... ça manque de peps.
23 sept. 2018
2/10
2 1
Nous avons été attirés par la distribution. D'excellents acteurs comme Michel Fau, Julie Depardieu, Régis Laspalès...

Quelle déception !

Toute cette énergie et ces talents au service d'une pièce dont le texte en langage cthti Parisien des années 30 aurait du être remis au gout du jour car l'effet comique forcé ici ne marche pas.

La mise en scène a essayé de reproduire les effets comiques dans l'esprit des films muets type Buster Keaton en couleur mais ça ne marche pas, on s'ennuie et de plus la diction des acteurs est à revoir.
Aucun intérêt, dommage.
22 sept. 2018
6,5/10
12 1
Un fric-frac, c'est un casse, histoire de remplir les caisses de flouze car pour Loulou, Jo les bras coupés et leTintin qu'est en taule, c'est la dèche ! Et voilà t'y pas qu'en la personne de Marcel qui en pince pour la miss Loulou et ses doudounes, se présente un gogo qui pourrait bien leur ouvrir la lourde de la bijouterie Mercandieu...

Cette reprise de la pièce en 5 actes d'Edouard Bourdet de 1936, avait fait long feu avec une distribution prestigieuse comprenant Arletty et Michele Simon, est fort sympathique avec son argot utilisé par les titis et les bandits parisiens. Pour cette nouvelle version, la distribution n'est pas en reste coté prestige : Michel Fau, Julie Depardieu, Régis Laspalès et Emeline Bayart... Du beau monde, je vous dis !

Michel Fau est très à l'aise en voleur à la gouaille facile, son argot semble naturel, il ne prend pas beaucoup de risque avec ce registre. Régis Laspalès est fidèle à lui même gardant son style qui a fait son succès en duo comique (mais où est son compère ?), Il est dommage que Julie Depardieu n'ai pas l'accent parisien pour donner les répliques à M. Fau. La révélation comique de la pièce c'est Emeline Bayart, elle est délicieuse dans le rôle de Renée, la fille du bijoutier. Elle peut crier, rire ou ronchonner avec le même bonheur et provoquer l'hilarité du public. C'est elle qui viendra saluer en premier devant le rideau à la fin de la pièce et ce n'est pas pour rien ! Elle remporte les suffrages des spectateurs.

J'ai aimé les décors de Bernard Fau et Citronelle Dufay, des meubles très colorés et bancals pour donner un aspect de profondeur. L'ambiance sonore de François Peyrony est très réussie aussi.

Coté mise en scène, il faut aimer le style Michel Fau avec des personnages qui jouent face au public la plupart du temps au lieu de se regarder, personnellement je ne m'y habitue pas. Notamment pour le premer acte qui est très statique, ça manque de rythme.

Une version sympathique certes de ce Fric Frac mais sans prise de risque.
20 sept. 2018
6,5/10
36 1
Les caves que nous sommes avions calté dare-dare au théâtre de Paname, celui qui crèche rue Blanche, dans l'neuvième !

Gaffe ! L'oseille, le flouze, l'artiche, la maille, les picaillons, le grisbi, quoi, vient à manquer et pas qu'un peu à la môme Loulou qu'a son Tintin en cabane, et à son pote Jo les bras coupés.
Va falloir embarquer malgré-lui l'Marcel dans une combine, un fric-frac chez l'père Mercandieu.
Mais si, quoi, Mercandieu, l'bijoutier... Le dabe à la Renée, celle qu'a l'envie pressante de voir le loup...
Pigé, les gonzes ?

Tel est en gros le sujet de la pièce d'Edouard Bourdet, une pièce créée en 1936, l'année même où il devenait Administrateur de la Comédie française. (Pour mémoire, il sera démis de ses fonctions en 1940, par l'occupant nazi...)

Une plongée dans le Paris de l'argot et des petites frappes.

Michel Fau a donc choisi de mettre en scène cette pièce dont la première distribution était notamment composée d'Arletty et de Michel Simon.
Excusez du peu !

Fau n'a pas voulu prendre de risques.
Sa mise en scène est assez statique, les comédiens sont souvent alignés. On aurait pu penser à davantage de rythme, d'allant. Tout ceci est assez sage. Trop ?
Fidèle à son habitude, ses comédiens sont la plupart du temps face au public, ne se regardant pas forcément lorsqu'ils sont sensés dialoguer entre eux.
Il faut aimer.

Des comédiens qui restent dans leur zone de confort.
Fau fait du Fau, Julie Depardieu fait du Julie Depardieu, (elle abandonne d'ailleurs très vite son accent traînant parigot), et surtout, Laspalès fait du Laspalès. (On attend le « C'est vous qui voyez ! », qui ne vient évidemment pas.)

C'est Emeline Bayart qui déclenche l'hilarité !
Elle est excellente dans ce rôle de Renée.
Ses regards tantôt affolés, tantôt menaçants, ses ruptures, ses cris, ses râles sont jubilatoires.
Ce qu'elle fait de sa partition est drôlissime.
C'est d'ailleurs elle qui vient saluer en premier, devant le rideau.
Le public ne s'y trompe pas, qui l'applaudit à tout rompre.

Les décors de Bernard Fau et Citronelle Dufay sont de belle facture, composés d'éléments en perspective forcée, aux couleurs pétantes, voire fluorescentes. (On se croirait parfois dans un magasin Desigual...)

On notera dès l'ouverture, et entre les actes, la musique d'un certain... Igor Stravinsky.

Bon alors, c'est rentré dans votre ciboulot, tout ça, les caves ?
Afficher les 3 commentaires
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor