• Classique
  • Théâtre Le Ranelagh
  • Paris 16ème

Faust, Goethe

Faust, Goethe
De Goethe
Mis en scène par Ronan Rivière
Avec Ronan Rivière
  • Ronan Rivière
  • Théâtre Le Ranelagh
  • 5, rue des Vignes
  • 75016 Paris
  • La Muette (l.9, RER C)
Itinéraire
Billets de 11,50 à 30,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Dans son cabinet de travail, au clair de lune, Faust s’emporte contre lui-même.

Alors qu’il s’apprête à mettre fin à ses jours, Méphistophélès, un être surnaturel, apparaît et lui propose un pacte : s’il parvient à lui redonner le goût de la vie, alors Faust consentira à lui offrir son âme. Ranimé par une nouvelle jeunesse, Faust tombe fou amoureux d’une jeune fille : Marguerite, et s’engage dans un tourbillon romantique et fantastique où il s’abîme et se retrouve.

 

Une version resserrée, dynamique et fidèle du chef d’œuvre de Goethe, accompagnée au piano, avec six comédiens évoluant dans un décor d’escaliers et de lumière, au service d’un mythe fantastique.

 

Note rapide
7,4/10
pour 5 notes et 5 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
40%
3 critiques
Note de 8 à 10
60%
Toutes les critiques
4 févr. 2017
5/10
109 0
Faust, pièce mise en scène au théâtre du Ranelagh (qui est en passant une salle de spectacle étonnante par ses boiseries de chêne capiteuses et un plafond à caisson de style Renaissance flamande à couper le souffle), est une pièce agréable mais sans plus.

Dans la traduction faite par Gérard de Nerval, 6 acteurs jouent "Faust".

L'adaptateur et metteur en scène du spectacle Ronan Rivière y joue également le rôle de Méphistophélès. C'est de lui surtout qu'il faut retenir le jeu: avec sa carrure longue et fine dans un habit rouge de démon, ses yeux malins, son sourire grimaçant et ses mains à la Schiele, Ronan Rivière est le plus crédible de tous. Son jeu est menaçant et dangereux, plein de haine contre la fatuité de l'homme.

Les autres acteurs aussi se donnent à fond mais presque à en faire trop. Malgré ce décor ingénieusement adapté à la scène, on décroche par moment et la pièce met trop de temps à épiloguer.

Une bonne représentation donc mais pas tout à fait convaincante à mon goût!
2 févr. 2017
7/10
122 0
J'ai trouvé beaucoup de positif dans cette version épurée du Faust de Goethe.

En particulier, une très belle mise en scène : l'escalier escamotable et modulable est utilisé avec justesse et est un terrain de jeu idéal pour Méphistophélès ; les lumières et le piano modulent avec justesse l'ambiance en apportant mystère, lugubre, tension ou chaleur.

Ronan Rivière est un Méphistophélès fourbe mais avec une part d'humanité. Ses postures, sa démarche et ses expressions sont parfaites. De même, j'ai apprécié le jeu de Jean-Benoît Terral (Faust âgé) et celui de Aymeline Alix (Marthe).

Par contre, je trouve que Anthony Audoux et Laura Chetrit déclame leur texte mais ne le vivent pas et ne parviennent pas à transmettre d'émotions, en particulier lorsqu'il s'agit du désespoir.
21 janv. 2017
8/10
120 0
Pas un seul souhait de ce savant ne fut exaucé. Alors, découragé il pense à mettre fin à ses jours, quand un être surnaturel lui propose un pacte : il accepte de céder son âme au Diable pour retrouver la jeunesse et les plaisirs. Jeune et séduisant, Faust vit avec Marguerite, paysanne dévote. Une passion dévorante. Cette dernière, éperdument amoureuse, a empoisonné sa mère, croyant l’endormir seulement pour passer une nuit d’amour avec Faust.

Mais le Diable veut faire connaître à ce dernier d’autres voluptés, d’autres aventures… Faust délaisse Marguerite pour errer en compagnie du Diable, ignorant que celle-ci a mis au monde un fils qu’elle a noyé. Elle est emprisonnée et condamnée. Faust, qui l’aime vraiment, veut la retrouver et la sauver. Lorsqu’il parvient à la prison, elle refuse de le suivre, car elle veut expier ses crimes. Elle est mise à mort mais son âme est sauvée. Faust, lui, disparaît avec le Diable. Damné à jamais.

Cette adaptation de Ronan Rivière est très réussie. Le texte est réduit : pas de sorcière ici, ni de « nuit de Walpurgis ». Absent également Valentin, le frère de Marguerite et son fameux « honneur ». Comme dans l’opéra de Berlioz, l’intrigue se noue autour du couple Faust / Marguerite, avec Méphistophélès pour personnage principal. Le texte de Goethe, magnifiquement traduit par Gérard de Nerval, n’a en rien été modifié. Ce drame romantique, ce conte fantastique ainsi présenté nous procure plaisirs esthétique et intellectuel.
Le « prologue sur le théâtre » est remplacé par un prologue écrit par Ronan Rivière lui-même ; saluons l’initiative d’avoir adapté et joué l’œuvre la plus célèbre de l’immense écrivain allemand.

L’amour, le remords, l’angoisse existentielle, la morale sont présents.
La scénographie est très belle, les costumes conformes, surtout celui de Méphistophélès, « habit écarlate brodé d’or ». Le piano apporte une note de légèreté et peut faire diversion dans cette ambiance sombre et dramatique.
Grâce au jeu de Ronan Rivière, excellent Méphistophélès, on rit « jaune » parfois des mots d’esprit de ce Diable qui, si malveillant soit-il, est très cultivé !
Il faut aller applaudir cette pièce au théâtre du Ranelagh, car il y a trop peu d’occasion de voir cette œuvre sur les scènes françaises.
9 janv. 2017
9/10
107 0
Ce soir, LaCritiquerie a rencontré le diable en personne ! Découverte de la pièce "Faust" (Goethe) au magnifique théâtre boisé du Ranelagh (Paris 16) mis en scène par Ronan Rivière.

Des comédiens épatants, des costumes précieux. Un décor vertigineux unique fait d'escaliers mordorés, pour ce rendez-vous avec Mephisto sous la lune ronde.

Une lune blonde ou rousse selon les scènes. De la faiblesse de donner son âme au diable, ou pas ?
27 déc. 2016
8/10
120 0
Le mythe est connu (et souvent à l'affiche) mais il est toujours puissant. Qui ne serait pas prêt à tout pour un peu de bonheur ? La question mérite toujours qu'on y réfléchisse.

Faust est actuellement à l'affiche au théâtre du Ranelagh qui, à lui seul, mérite qu'on s'y perde un peu. C'est un de ces lieux magiques où on aime aller.

Dans son cabinet de travail, au clair de lune, Faust s’emporte contre lui-même et s’apprête à mettre fin à ses jours. Le destin lui offre alors une chance, sous forme de pari proposé par Méphistophélès, de retrouver goût à la vie, mais, on le sait, en échange de son âme.
Ranimé par une nouvelle jeunesse, Faust tombe fou amoureux de Marguerite, et s’engage dans un tourbillon romantique et fantastique où il s’abîme et se retrouve.

Demandez-vous quel est le poids d'une âme ? interroge Méphistophélès, magnifiquement interprété par Ronan Rivière qui signe aussi la mise en scène ainsi que l'adaptation.

Il a voulu, dit-il, proposer une version resserrée du drame qui se joue ici en moins d'une heure trente quand il n'est pas rare qu'on frôle les 4 heures et avec seulement six comédiens. Le dispositif scénique d'Antoine Millian, une fois l'effet de surprise passé, se révèle très efficace pour composer des lieux différents tout en suggérant l'enfermement progressif du héros.

Cet escalier troué de lumières participe à installer une atmosphère fantastique -entre terre, ciel et enfer- ainsi que les costumes dans des couleurs très fortes.

Il y a moins de personnages aussi, ce qui rend la pièce presque épurée. La musique, composée par Léon Bailly, est présente sans jamais devenir envahissante. Ronan Rivière lui-même intervient parfois, plongeant les mains dans le piano, prouvant que le diable tire toutes les ficelles et use de tous les moyens pour arriver à ses fins.

Faust sera dupe, on le sait. Marguerite (très juste Laura Chetrit) sera épargnée, mais il faut dire qu'elle n'a fait aucune promesse.

La mise en scène concilie le fantastique avec une vision romantique. Les acteurs, tous excellents, expriment une large palette de sentiments où la colère et l'angoisse alternent avec la passion pure. C'est une très bonne idée d'avoir maintenu deux comédiens pour jouer Faust, âgé puis jeune.

Cette version a le grand mérite d'être fidèle tout en rendant le chef d'oeuvre accessible à un public de tous âges qui a très envie, en sortant, de se replonger dans le texte.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor