En Garde à Vue

En Garde à Vue
De John Wainwright
Mis en scène par Charles Tordjman
Avec Marianne Basler
  • Marianne Basler
  • Francis Lombrail
  • Wladimir Yordanoff
  • Thibault de Montalembert
  • Théâtre Hébertot
  • 78, boulevard des Batignolles
  • 75017 Paris
  • Rome (l.2)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 53,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Juste avant Noël, Monsieur Bergerot (Thibault de Montalembert), maire d’un petit patelin, doit se rendre au commissariat pour être entendu dans des affaires sordides de viols et de meurtres de trois petites filles.

D’abord appelé comme témoin, il devient très vite suspect aux yeux du commissaire Toulouse. Il n’a absolument aucun alibi.

De plus, sa femme décide de l’accabler davantage.

 

Francis Lombrail est un acteur également directeur du Théâtre Hébertot. Il joue souvent dans les pièces de son propre théâtre. Il jouait par exemple dans Misery fin 2018 ou dans 7 morts sur Ordonnance en 2019.

Vous avez peut être déjà admiré les talents d'acteur de Thibault de Montalembert dans la série télé Dix pour cent (France 2).

En Garde à Vue est une adaptation du roman Brainwash de John Wainwright. Titre qui signifie Lavage de Cerveau.

 

103

La critique de la rédaction : 6/10. Une histoire assez bien ficelée mais une pièce qui manque cruellement de rythme.

Les personnages sont très intéressants. Le charismatique commissaire, l’inspecteur bourru, le maire énigmatique avec de l’humour dans toutes les situations... Nous prenons plaisir à voir évoluer le trio sur scène. Il est très bien interprété !

Puis la femme du suspect vient témoigner et là les lenteurs ont raison de nous.

Le décor est original, bien conçu. La mise en scène aurait pu apporter plus d’inattendu à En Garde à Vue.

Cette heure trente nous a paru bien longue.

Note rapide
6,3/10
12 pour 12 notes et 11 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
8 critiques
Note de 4 à 7
75%
3 critiques
Note de 8 à 10
25%
Toutes les critiques
27 déc. 2019
6/10
2
Un peu déçue par cette pièce dommage car au vu de l’affiche je me faisais une joie d’y assister.
La pièce manque cruellement de rythme et la mise en scène n’arrange rien.
16 déc. 2019
5,5/10
1
Le film était un chef d'œuvre.

La pièce semble plus ou moins ratée. Francis LOMBRAIL ne joue pas juste, surjoue, Vladimir YORDANOFF sombre dans le rôle du commissaire imbibé seul MONTALEMBERT sort de ce naufrage théâtrale.

Un décor minimaliste mais étant donné que l'on se trouve dans un huis-clos cela ne gêne pas énormément.
4 déc. 2019
7,5/10
2
Reprendre sur scène un film culte n’est pas une mince affaire et pourtant si on efface de ses souvenirs les montres du cinéma français qu’étaient Michel Serrault et Lino Ventura, l’adaptation de Francis Lombrail est plutôt réussie. Le décor est un peu trop froid et ne nous fait pas oublier celui d’Éric Moulard. Thibault de Montalembert nous fait bien ressentir toute la détresse psychologique de son personnage dans la pure tradition d’un polar de la série noire. On regrettera le manque de rythme dans ce huis clos à suspens. Ça reste tout de même une très bonne pièce.

En conclusion je paraphraserai le Docteur Knock en disant que dans tout innocent il y a un coupable qui s’ignore !
3 déc. 2019
8/10
1
Le roman de John Wainwright "Brain Wash" avait inspiré le film de Claude Miller "Garde à vue" dont Francis Lombrail et Frédéric Bouchet ont conservé le titre.

Pour ma part je préfère le terme anglais qui, signifiant "lavage de cerveau" correspond mieux, de mon point de vue à ce que subit Monsieur  Bergerot (Thibault de Montalembert) de la part du commissaire Toulouse (Wladimir Yordanoff), bien secondé par l’inspecteur Berthil (Francis Lombrail) qui partage son point de vue. Sans compter sa  femme (Marianne Basler) qui n'hésitera pas à témoigner à charge alors qu’il encourt la peine de mort, faisant dire au commissaire que comme Salomé elle veut sa tête sur un plateau.

Le contexte est différent aujourd'hui alors qu'en 1981, quand le film est sorti, on était au coeur du débat : pour ou contre la suppression de cette peine capitale.

L'intérêt du spectacle demeure dans la manière dont on peut amener quelqu'un à "avouer" ... même si ce n'est pas nécessairement l'aveu qu'on attend. Et cette problématique est intemporelle.

L'histoire se déroule au moment de l'année où tout le monde devrait pouvoir savourer une certaine paix et réveillonner en famille ou entre amis. Manque de chance pour les deux policiers, ils doivent entendre une personnalité locale, Monsieur  Bergerot, qui est maire de la ville, au sujet du viol suivi du meurtre de trois jeunes filles. L'affaire est très sérieuse et ne souffre pas d'attendre.

L'homme est convoqué comme témoin. Le spectateur comprend néanmoins vite qu'en l'absence de suspect il ferait le coupable idéal. A condition qu'il reconnaisse les faits. Et d'autant plus vite que bientôt le gouvernement socialiste abolira la peine de mort, ce que les policiers ont du mal à admettre.

Ce qui est très intéressant dans cette pièce c'est d'abord que rien n'est évident. Le commissaire n'est pas un modèle de vertu. Son alcoolisme est patent. Ensuite, d'une part l'alternance de tragique et de comique, par exemple avec la difficulté à faire fonctionner les guirlandes du sapin de Noël, ou encore le défaut de la machine à écrire qui ne tape pas toutes les lettres. Et d'autre part la finesse des dialogues. On sourit malgré nous quand le maire reconnait qu'il soupçonne d'être soupçonné.

La vérité n'est pas toujours l'opposé du mensonge ... car on peut bien essayer de mentir si c'est vraisemblable. Et le commissaire essaie de faire la lumière sur les faits, malgré son intime conviction car il sait que à trop vouloir un coupable on finit par le fabriquer.

Néanmoins l'enquête patine, les heures passent. De témoin l'homme est passé accusé puisqu'il se trouve en garde à vue. On ne perd pas un instant d'un suspens interprété avec subtilité par tous les acteurs. Mais l'affaire rebondit quand on la pense enfin dénouée.

J'ai trouvé que le décor, évoquant un igloo, était probablement difficile pour les comédiens. On a du mal à se sentir dans un commissariat mais le plan final est si magistral qu'il valide le parti pris.
5 nov. 2019
6,5/10
3
Les grands noms se bousculent aux portes du théâtre Hébertot. Après 12 hommes en colère (un véritable triomphe toujours à l’affiche !) et Misery, voici venir En garde à vue. Je vous passerai les références au film, ne l’ayant pas vu (oui, je sais c’est une honte).

Sur scène, rien que du beau monde : Wladimir Yordanoff, Thibault de Montalembert, Marianne Basler et Francis Lombrail.

Dès le début, la musique annonce la couleur : l’atmosphère va être angoissante et lourde. Elle l’est effectivement … même si l’humour (régulièrement très grinçant) vient alléger un peu l’ensemble. Dès le début, pourtant, un élément apparaît peu plaisant à l’œil : le décor. Sorte d’iceberg blanc échappé de l’Atlantique Nord, il ne m’est pas apparu très approprié pour cette pièce. Trop moderne, trop froid, trop décalé.

L’intrigue, adaptée du roman Brainwash, fait la part belle au suspense. Elle dissèque l’esprit humain. Cet aspect est très intéressant. Le spectateur se prend au jeu, se demandant si finalement dans cette histoire Monsieur Bergerot n’est qu’un honnête et honorable notable injustement accusé ou bien s’il est un monstre de la pire espèce. Très belles interprétations des comédiens. A noter notamment celle de Thibaut de Montalembert, aussi glaçante que captivante.

Tout est donc merveilleux ? Non, car à quelques reprises, mon esprit est parti en vadrouille, ne parvenant pas à me passionner totalement pour cette intrigue. Quelques moments ont suscité chez moi une petite lassitude. Est-ce le rythme très (trop ?) lent, la froideur de l’ambiance ou du jeu, je ne saurais dire …

En quittant le théâtre, j’ai l’impression de ne pas avoir perdu mon temps, mais je ne ressens pas un enthousiasme débordant non plus.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor