Biographie : un jeu

Biographie : un jeu
Mis en scène par Frédéric Bélier-Garcia
Avec Isabelle Carré
  • Isabelle Carré
  • Théâtre Marigny
  • Carré Marigny
  • 75008 Paris
  • Franklin D. Roosevelt (l.1, l.9)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Et s’il pouvait, à cinquante ans, rejouer sa vie, les grandes scènes de sa vie, en modifier un geste, un mot, en déjouer le cours, et surtout éviter une rencontre, celle d’Antoinette, miracle et cauchemar de son existence.

C’est la règle de ce jeu : réécrire sa biographie.

Reprendre et corriger, revenir dans le temps, le suspendre, faire d’autres choix, prendre d’autres voies. Rêve ludique ou polar noir, joyeuse machination, Biographie : un jeu mine le champ des possibles, et transforme la vie en incertain puzzle de choix, désirs, pulsions ou lâchetés raisonnables. Frédéric Bélier-Garcia signe avec cette partie d’échecs féroce et drôle sa première mise en scène.

59

L'AVIS DE LA REDACTION : 8,5/10

L'avenir n'est plus ce qu'il était !

Et si l'on pouvait réécrire son histoire .....?

Menée comme un tournage de cinéma, dans un superbe décor de cinéma, la mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia offre la part belle aux comédiens, tous les cinq exceptionnels.

Loin de son image burlesque, José Garcia, pour sa première sur les planches, est surprenant de justesse. Et nous montre une incroyable palette d'émotions dans le rôle complexe du mari insatisfait de sa vie et de son couple. A la fois impatient et désenchanté.

A ses côtés, Isabelle Carré est comme toujours fabuleuse, incarnant avec sa sincérité habituelle sa femme, froide et inaccessible.

Jérôme Kircher, qui a cotoyé les plus grands, prouve une fois de plus qu'il est un immense comédien.
Il excelle dans ce rôle ambigu du meneur de jeu machiavélique qui brouille les pistes.

Quant aux deux assistants, ils sont étonnants dans tous leurs rôles qu'ils endossent à un rythme qui force l'admiration.

Grâce à l'excellence de l'interprétation, les quelques petites longueurs du texte passent inaperçues.

A ce jeu là, Alain Resnais avait réalisé un chef d'oeuvre avec son "Smoking/No Smoking.

Frédéric Bélier Garcia nous montre que "La vie ça n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit"

Et que si nous grandissons lentement, le temps, lui, passe très vite.

 

Sylvie Tuffier

 

Note rapide
7,7/10
pour 6 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
33%
2 critiques
Note de 8 à 10
67%
Toutes les critiques
22 mars 2022
4/10
7
Que de longueurs et de redites dans ce spectacle !
Je ne remets pas en cause les comédiens mais je me suis très vite lassée des reprises de vie et du manque de rythme donné.
J'avais hâte de quitter la salle.

En revanche, mention bien pour les décors et le jeu des reconstructions.
18 mars 2022
8,5/10
4
L'avenir n'est plus ce qu'il était !

Et si l'on pouvait réécrire son histoire .....?

Menée comme un tournage de cinéma, dans un superbe décor de cinéma, la mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia offre la part belle aux comédiens, tous les cinq exceptionnels.

Loin de son image burlesque, José Garcia, pour sa première sur les planches, est surprenant de justesse. Et nous montre une incroyable palette d'émotions dans le rôle complexe du mari insatisfait de sa vie et de son couple. A la fois impatient et désenchanté.

A ses côtés, Isabelle Carré est comme toujours fabuleuse, incarnant avec sa sincérité habituelle sa femme, froide et inaccessible.

Jérôme Kircher, qui a cotoyé les plus grands, prouve une fois de plus qu'il est un immense comédien.
Il excelle dans ce rôle ambigu du meneur de jeu machiavélique qui brouille les pistes.

Quant aux deux assistants, ils sont étonnants dans tous leurs rôles qu'ils endossent à un rythme qui force l'admiration.

Grâce à l'excellence de l'interprétation, les quelques petites longueurs du texte passent inaperçues.

A ce jeu là, Alain Resnais avait réalisé un chef d'oeuvre avec son "Smoking/No Smoking.

Frédéric Bélier Garcia nous montre, lui, que "La vie ça n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit"

Et que si nous grandissons lentement, le temps lui passe très vite.
18 mars 2022
7,5/10
4
Un jeu, une vie, comme si la vie pouvait être modifiée à loisir, un peu comme ces livres dont vous êtes le héros que l’on peut recommencer à l’envie. Que ferions-nous si nous avions la possibilité de modifier notre passé ? Si nous pouvions revivre notre existence, la corriger, et gommer les mauvais souvenirs. Serions-nous vraiment différents ? Serions-nous vraiment plus heureux ?

La pièce est une réflexion intéressante sur les conséquences de nos actes et de nos choix sur ce que nous devenons et sur ce que nous vivons.

La scénographie est grandiose, système de panneaux mouvants en fonction des époques et des choix de vie. Les comédiens semblent devenir de plus en plus petit dans ce décor qui s’agrandit, une jolie métaphore au fur et à mesure où le personnage joué par José Garcia semble de plus en plus perdu. Malgré quelques longueurs c’est une pièce intéressante qui donne à réfléchir, une histoire un peu folle et vertigineuse.
10 mars 2022
8/10
3
Biographie : Un Jeu Texte Max Frisch Mise en Scène Frédéric Bélier-Garcia.
Utopique, Réjouissant, Pertinent.
Max Frisch 1911-1991 est né à Zurich est un des plus importants écrivains de la littérature de langue allemande de l’après-guerre. Son œuvre est liée aux problématiques d’identité personnelle, morale et politique.
Le professeur Kürmann (José Garcia) spécialiste du comportement pense qu’il aurait pu faire des choix différents dans son passé, entre autres ne point épouser sa femme Antoinette (Isabelle Carré). Cela aurait certainement changé le cours de sa vie.
« Le théâtre permet ce que la réalité ne permet pas : rejeter, faire des essais, transformer » Max Frisch

A travers un jeu théâtral supervisé par ‘un meneur de jeu’ (Jérôme Kircher) qui connait la biographie première de Kürmann et qui a le loisir de faire des sauts avant ou arrière dans le temps. Kürmann va rejouer diverses scènes de son existence en étant libre de les modifier. Imaginer un autre passé pour avoir un autre avenir.
Arrivera-t-il à changer le cours de sa vie ?

Dans une mise en scène minutieusement orchestrée, entouré de comédiens talentueux, Frédéric Bélier -Garcia revient à ses premières amours pour notre grand plaisir. (Cette pièce est sa première mise en scène en 1999 avec François Berléand et Emmanuelle Devos).


Les décors de Alban Ho Van sont astucieux et esthétiques. Des constructions en bois glissent et tournent sur le plateau en transformant l'espace et le lieu.
Les comédiens nous entrainent dans cette aventure avec brio.
Isabelle Carré (Antoinette) nous réjouit de par la justesse et la délicatesse de son jeu.
José Garcia incarne avec talent Kürmann, cet homme spécialiste des comportements, essayant de corriger les siens et de contrôler ses humeurs.
Jérôme Kircher joue avec aisance ce ‘meneur de jeu’ pragmatique et perspicace.
Ana Blagogevie(assistante) et Ferdinand Régent-Chappey (assistant) interprètent avec conviction plusieurs rôles et glissent de l’un à l’autre avec aisance et spontanéité. Tous deux nous séduisent par l’authenticité de leurs jeux et l’élégance de leur gestuelle.
Malgré quelques petites longueurs, nous passons un agréable moment théâtral en compagnie de fabuleux comediens.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor