Non à l'argent

Non à l'argent
De Flavia Coste
Mis en scène par Anouche Setbon
Avec Pascal Légitimus
  • Pascal Légitimus
  • Julie De Bona
  • Philippe Lelièvre
  • Sophie Gubri
  • Claire Nadeau
  • Théâtre des Variétés
  • 7, boulevard Montmartre
  • 75002 Paris
  • Grands Boulevards (l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 60,00
À l'affiche du :
22 septembre 2017 au 22 décembre 2017
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:30
    • 20:30
Réservation de tickets

Richard (Pascal Légitimus), architecte sans le sou, réunit ses proches.

Il a une importante révélation à leur faire, une véritable déclaration d’amour. Il aime assez sa vie comme elle est, voilà pourquoi il renonce à toucher un gain de 162 millions d’euros au loto.

Et oui, à quoi sert l’argent, quand on a l’amour des siens ?

 

Flavia Coste est une comédienne et auteure de théâtre et de cinéma. Au cinéma, elle a co-écrit Un Jour Mon Prince.

Pascal Légitimus, ancien des Inconnus, a continué sa carrière d'humoriste en solo. Sa dernière apparition dans une pièce de théâtre était en 2003, dans Nuit d'Ivresse, de Josiane Balasko.

9

La critique de la rédaction : 5/10. Dommage que cette comédie qui part d'une idée si intéressante ne soit pas mieux réussie.

Le thème invite à la réflexion. Immédiatement, nous nous projetons... Que ferions-nous si nous gagnions au loto ? Comment réagirions-nous si un ami nous annonçait ne pas vouloir retirer son gain ? Quel est notre rapport à l'argent ?

Richard (Pascal Légitimus), le héros de Non à l'argent, veut démontrer que l'argent rend fou et fait oublier ses valeurs.
Il se retrouve face à trois ennemis lorsqu'il annonce à ses proches qu'il ne veut pas retirer les millions qu'il a gagné. Car très vite, les dialogues tournent à la confrontation. C'est amusant au début, quelques bonnes répliques font rire mais cela devient lassant au fil des minutes.

Hélas l'histoire tourne en rond, nous croyons de moins en moins aux différents personnages.

Le jeu des acteurs, la mise en scène puis le rebondissement final : tout est assez moyen. 

Nous aurions aimé aimer Non à l'argent.

Note rapide
5,8/10
pour 7 notes et 5 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
4 critiques
Note de 4 à 7
86%
1 critique
Note de 8 à 10
14%
Meilleures critiques
Meilleure critique positive
30 sept. 2017
7,5/10
46
0
Pour être efficace, voici une comédie efficace !

Avec un thème intéressant.
Un homme joue chaque semaine au loto en souvenir de son père, gagne cent-soixante-deux millions d'euros, mais refuse d'aller chercher ses gains, au prétexte que l'argent ne...
Lire la suite
Meilleure critique négative
30 sept. 2017
6,5/10
8
0
Problème de fonds.
Cette fable autour de l'argent soulève de véritables interrogations sur notre société. L'interprétation est agréable et la mise en scène fluide.

C'est dommage que la fin se termine en grand guignol et gâche le bon début de ce...
Lire la suite
Toutes les critiques
Il y a 7 heures
5,5/10
2 0
Une idée plutôt originale et bien amenée, dans un décor superbe, quoi qu'un peu massif, et accessoirisé avec soin.

Le point fort de cette pièce, c'est le rythme, décapant : les dialogues sont fins, avec un sens de la répartie maitrisé de bout en bout. Le jeu aussi, servi par un quatuor de comédiens qui fonctionne. Mention spéciale à Claire Nadeau, irrésistible dans son rôle de Maman moderne et décomplexée.

On aime moins l'absence totale de logique dans ce fil narratif. On passe d'une intrigue qui se veut réaliste à un épilogue complètement barré, qui tranche trop radicalement avec le reste du spectacle, et la fin nous laisse clairement sur notre faim.
11 oct. 2017
5/10
10 0
Le sujet est excellent, mais la pièce traine en longueur.

Pascal Legitimus manque de crédibilité. Dommage car le reste de la distribution est excellent. Mention spéciale à Claire Nadeau et surtout à Julie de Bona qui campe l'épouse du peut être futur Millionnaire.

Le texte doit être retravaillé.
9 oct. 2017
8/10
4 0
Jean de la Fontaine l’avait déjà dit avec « Le savetier et le financier », Richard, architecte sans travail, comme le savetier chante avec bonheur en dressant la table. Il est marié à la charmante Claire, prof de philo, ils viennent d’avoir un bébé. Tout va pour le mieux, c’est du moins ce que pense Richard, qui va annoncer une nouvelle stupéfiante à sa mère Rose et à son associé et ami Etienne.

Richard a donc tout pour être heureux et s’imagine que l’amour et l’amitié sont plus forts qu’un gain phénoménal au loto... c’est pour ça qu’il refuse cet argent facile, alors qu’il joue depuis des années, en souvenir de son père, et de plus la date de mariage de ses parents.

Ce n’est pas seulement le rôti qui va brûler, ce sont les convictions de Richard ! Claire ne prend pas la nouvelle avec humour et encore moins avec philosophie, elle si amoureuse au début, deviendra vite une mégère frustrée et ordurière, Rose la mère, aidée par la Vodka, leur apprendra quelques secrets de famille malvenus !

Etienne, hors de lui, essaie de comprendre pourquoi Richard joue depuis des années... il confie aussi à son ami, qu’il s’est endetté pour tenir le cabinet à flots. Essaie de le raisonner, l’argent ça dépend ce qu’on en fait, Richard n’a comme exemple que des bimbos botoxées ou des joueurs de foot, Etienne lui rétorque associations humanitaires, ce qui fait réfléchir Richard...

Mais le grand déballage est trop bien avancé, et si la fin est surprenante, elle laisse aussi l’imagination au pouvoir !

Pascal Légitimus est si vrai dans son rôle qu’on aurait tendance à vouloir l’occire, Julie De Bona est surprenante dans son rôle, Philippe Lelievre sincère, et Claire Nadeau apporte la touche de folie furieuse dans la pièce.

La mise en scène d’Anouche Setbon est dynamique, elle a su tirer de ses excellents comédiens tout le potentiel comique.

Une fable moderne vous dis-je et vous que feriez-vous avec tant d’argent ?
30 sept. 2017
7,5/10
46 0
Pour être efficace, voici une comédie efficace !

Avec un thème intéressant.
Un homme joue chaque semaine au loto en souvenir de son père, gagne cent-soixante-deux millions d'euros, mais refuse d'aller chercher ses gains, au prétexte que l'argent ne fait pas le bonheur.
Alors qu'il ne reste que quelques heures avant de perdre définitivement le pactole, il annonce la nouvelle à son épouse, sa mère et son meilleur ami, persuadé qu'il passera à leurs yeux pour un héros.

Bien entendu, ici, la double énonciation fonctionne à merveille.
C'est à nous que ce garçon s'adresse. Comment réagirions-nous si notre conjoint, fils ou pote nous annonçait qu'il a renoncé à devenir multi-millionnaire ?

Quelle est la valeur de l'argent, quel poids son abondance et sa prolifération prendraient-ils sur notre vie ?

Voici donc une très jolie comédie bien troussée, de celles qui continuent la tradition de la célèbre émission pierre-sabbaghesque « Au théâtre ce soir », (ceci est loin d'être péjoratif, sous mon traitement de texte...).

D'ailleurs le public ne s'y trompe pas, qui applaudit systématiquement à chaque entrée d'un nouveau personnage. La tradition.

L'auteur, Flavia Coste, la metteure en scène Anouche Setbon et les quatre comédiens m'ont tiré bien des rires.

Le quatuor sur scène ne ménage pas sa peine.
Pascal Légitimus est cet architecte utopiste pensant que le fric, ce n'est pas chic !
Il est parfait, dans ce rôle pas si évident que cela...
Pour lui, le challenge est d'en faire ni trop, ni trop peu. Il sait doser ses effets, il sait jusqu'où pousser le curseur, et parvient ainsi à être totalement crédible.

Julie de Bona est son épouse. C'est elle dont le rôle va le plus évoluer.
De tendre, aimante, câline au début de la pièce, elle va se transformer en harpie aigrie et furieuse.
La comédienne excelle dans ce registre, ses colères et ses coups de gueule sont jubilatoires !

Le meilleur pote, c'est Philippe Lelièvre.
Lui aussi nous fera beaucoup rire, avec une certaine forme de désespoir, devant ce qui arrive lors de ce dîner de fonds.

Et puis, il y a celle qui m'a décidé à aller voir la pièce.
Claire Nadeau.
La Nadeau !

La comédienne, qui la saison passée donnait la réplique à Robert Hirsch au théâtre de l'Oeuvre, la comédienne est incroyable de drôlerie, de cocasserie, d'humour noir et de folie communicative.

J'ai eu du mal à la lâcher des yeux tellement ses mimiques, ses regards outrés ou désespérés, ses intonations sont autant de grands moments.

D'ailleurs Légitimus ne peut s'empêcher de pouffer de rire en la regardant jouer.

Claire Nadeau me fait penser à Sophie Desmaret.
La même énergie, le même délire ravageur, la même folie douce, la même passion.
Sa scène « des jumeaux » est purement et simplement hilarante. (Vous n'en saurez pas plus...)
Melle Nadeau est formidable !

Même si la fin de la pièce m'a laissé un peu sur ma faim, je dois dire que j'ai passé une excellente soirée au Théâtre des Variétés.

Il faut que ce type de comédie existe, il faut défendre ce théâtre populaire et de qualité, bien huilé et qui provoque beaucoup de plaisir, même un peu coupable.

C'est un art difficile celui qui consiste à faire rire aux éclats un public.
30 sept. 2017
6,5/10
8 0
Problème de fonds.
Cette fable autour de l'argent soulève de véritables interrogations sur notre société. L'interprétation est agréable et la mise en scène fluide.

C'est dommage que la fin se termine en grand guignol et gâche le bon début de ce spectacle.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor