Noire

Noire
  • Théâtre du Rond-Point
  • 2bis, Avenue Franklin D. Roosevelt
  • 75008 Paris
  • Franklin D. Roosevelt (l.1, l.9)
Itinéraire
Billets à 33,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

“Que celle qui n’a jamais tiré sur ses cheveux comme 
on tirerait sur son pire ennemi, 
que celle qui ne s’est jamais jeté la première pierre 
lève le doigt. 
Rien n’allait, rien ne va. Black n’est pas beautiful.”

Note rapide
7/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
50%
2 critiques
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
18 juin 2019
6/10
3 0
Une très jolie scénographie avec des diffusions d'images d'archive accompagne cette "conférence". Car en effet c'est plus un discours qu'une réelle pièce de théâtre que nous découvrons ici.

L'auteure avait d’abord refusé de se prêter à cet exercice trop éloigné de son propre métier et puis sur l'insistance du metteur en scène elle a finalement accepté.

Le résultat est intéressant, le texte est très beau mais l'ensemble est un peu lisse et là où clairement on aurait dû être ému, rien ne nous touche réellement.

On en sort avec l'envie de lire le livre, ce qui est déjà pas mal...
Afficher le commentaire
14 juin 2019
8/10
2 0
Qui était Claudette Colvin ? une jeune fille noire qui a refusé de céder sa place à un blanc. Je connaissais l’histoire de Rosa Parks, les événements d’ailleurs se situent en 1955.

Claudette prend le bus comme chaque jour, bus bondé, elle monte à l’arrière aux places réservées aux “colored”, les places avant sont pour “white”. La jeune fille ne bouge pas, alors que ses compagnes se sont levées pour laisser toute la banquette à une seule personne blanche, on ne mélange pas ! le conducteurdu bus appelle la police, Claudette est arrêtée, insultée. Au tribunal, elle se défend, Mais sera condamnée, elle sera soutenue par le jeune Martin Luther King et Rosa Parks quelques mois plus tard sera elle aussi arrêtée dans un bus, pour refus de laisser sa place à un blanc.

Beaucoup de vidéos et de photos, pour ponctuer le récit, dont un extrait du film “Mirage de la vie” mélodrame de Douglas Sirk, qui me fait couler des larmes dès qu’il passe à la télé, surtout vers la fin avec la voix de Mahalia Jackson. Extraits de films avec Claudette Colbert (actrice américaine née à Saint Mandé en France !) dont le prénom fut donné à la jeune fille pour paraître plus “white” ?

Un spectacle ? pas vraiment, mais un documentaire qui peut et doit intéresser un public ignorant cette partie de l’histoire des USA.
9/10
1 0
... Une expérience théâtrale inattendue, un témoignage vibrant restitué avec vigueur et dignité.

Un spectacle nécessaire, bien fait et bien joué, que je recommande.
13 juin 2019
6/10
23 0
"Sweet home Alabama", chantait le groupe de rock sudiste Lynyrd Skynyrd...
Si sweet que ça, l'Alabama des années 50 ?
Sweet, oui, sans doute, si vous étiez un blanc ! Et à cette seule condition.

Dans « Noire », le troisième volume de la collection « Nos héroïnes », chez Grasset, Tania de Montaigne nous racontait en 2014 l'histoire de Claudette Colvin, « celle qui aurait pu être Rosa Parks ». Une héroïne méconnue.

Miss Colvin, celle qui en pleine période de ségrégation raciale, osa refuser, à l'âge de 15 ans, de laisser sa place à une blanche, à l'arrière d'un autobus de Montgommery. Les places réservées aux whites étaient toutes occupées.

Claudette Colvin, sera emprisonnée puis jugée, et sera la première prévenue noire aux USA à plaider non-coupable.

Stéphane Foenkinos a adapté le livre. Des 164 pages, il a réduit l'ouvrage à 20.
Et a proposé à Tania de Montagne de monter ça sur scène.

Elle a refusé !

« Ca m'a paru incongru et inenvisageable », nous dit-elle dans le dossier de presse.

Il a insisté, lui faisant lire l'adaptation. « […] j'ai continué à refuser de porter ce projet sur scène », continue-t-elle !

Il a encore insisté, lui disant qu'elle jouerait son propre personnage, celui de Tania, lisant « dans le cadre d'une mise en scène avec des projections ».
Elle a fini par accepter.

Nous assistons donc à une conférence pédagogique de une heure, avec des projections video, des images d'archives, des diapositives, des extraits sonores, des extraits de chansons, des extraits de films.

L'écrivaine, en robe noire, chaussures assorties, soquettes à pois rouges, est amplifiée, se tenant souvent derrière un pupitre, allant de jardin à cour, de cour à jardin, devant ou derrière cinq écrans translucides de projection, étant éclairée par différents moyens, (en contre, de face, en découpe, en latéral rasant, en douche, en ombre chinoise...), venant s'asseoir dans le public en s'aidant d'une lampe torche.

Hier soir, j'ai applaudi une conférence pédagogique. Un destin de femme confrontée au racisme, à la ségrégation.

Un destin raconté par une écrivaine.

Il faut absolument lire ce livre, « Noire ».
Afficher le commentaire
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor