Love Letters

Love Letters
De AR Gurney
Mis en scène par Stéphanie Fagadau
Avec Jean Piat
  • Jean Piat
  • Mylène Demongeot
  • Comédie des Champs-Elysées
  • 15, avenue Montaigne
  • 75008 Paris
  • Alma Marceau (l.9)
Itinéraire
Billets de 20,00 à 48,00
Evénement plus programmé pour le moment

Une solide et interminable relation à distance. Tout au long de leur vie, Melissa et Andy se sont aimés de loin, par correspondance, sans jamais pouvoir être ensemble. Le destin, la vie, les rencontres les ont rapprochés puis éloignés.

Jamais ils n'ont cessé de s'écrire. 

Au fil de leurs échanges, on ressent l'amitié taquine de l'enfance, la passion adolescente, la complexité des sentiments mêlée aux espoirs et désillusions de l'âge adulte.

Leur relation épistolaire est à la fois drôle, tendre et d'une réalité bouleversante.

  

Cette pièce écrite aux Etats-Unis à la fin des années 80 est traduite dans plus d'une trentaine de langues. Elle a été jouée en France des centaines de représentations par Anouk Aimée dans le rôle de Melissa, tandis que se sont succédés pour le rôle d'Andy : Bruno Cremer, Jean-Louis Trintignant, Philippe Noiret, Jacques Weber et Alain Delon.

L'an dernier, Love Letters avait été adaptée par Benoit Lavigne avec Francis Huster et Cristiana Reali au Théâtre Antoine.

Jean Piat est un acteur de 92 ans qui a joué dans plus de 100 pièces de théâtre, dont de nombreux classiques à la Comédie Française.

Mylène Demongeot est une actrice de 81 ans. Elle a joué dans de nombreux films. Au théâtre, sa dernière apparition était en 2000 pour Becket ou l'Honneur de Dieu. 

325

La critique de la rédaction : 7/10. Une lecture assez belle et émouvante.

Cet échange épistolaire entre deux enfants qui grandissent et s'épanouissent chacun à leur façon est agréable à suivre. Leur relation hésite entre l'amitié et l'amour.

Jean Piat et Mylène Demongeot ont une jolie voix et une belle présence. Ils laissent peu de temps mort entre la lecture de leurs lettres ce qui fait parfois penser à de vrais dialogues.

Quelques passages moins passionnants et la mise en scène assez statique -les deux acteurs sont assis à leur bureau quasiment tout du long- m'ont néanmoins fait un peu piquer du nez par moments.

Je suis sorti du théâtre ému par le triste dénouement et avec l'envie d'écrire des lettres plus régulièrement pour partager des choses que ne permettent pas les autres modes de communication.

Note rapide
7,1/10
pour 10 notes et 7 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
60%
4 critiques
Note de 8 à 10
40%
Toutes les critiques
8 avr. 2017
7,5/10
77 0
Cette lecture est portée par 2 acteurs de renom.

La relation épistolaire des protagonistes dure toute leur vie. Ils se croisent, la vie les sépare, il y a des rendez-vous manqués, ils se retrouvent...

Ce spectacle est émouvant, il m'a beaucoup plu, j'ai vraiment passé un très bon moment.
19 mars 2017
7/10
83 0
Sur vos bons commentaires, je suis allée voir cette belle pièce. J'ai beaucoup aimé malgré quelques longueurs dues à la mise en scène statique.

J'ai été impressionnée par la qualité de jeu des deux comédiens.
Et la fin m'a beaucoup émue.
Un bon moment.
26 févr. 2017
8/10
95 0
Love Letters est une pièce où l'on s'assoit dans son fauteuil, on écoute avec délice cette correspondance.

La mise en scène est épurée et c'est tant mieux puisque l'on s'imagine ces liens, cet amour entre ces deux personnes. Deux vies bien différentes mais une amitié indéfectible. Même si cette relation peut parfois être pesante et difficile, on rêve tous de l'avoir un jour avec quelqu'un.

Les acteurs sont bons et touchants. On ressort de Love Letters un peu tristes mais avec des étoiles pleins les yeux.

Un grand classique à (re)découvrir.
3 févr. 2017
8/10
71 0
Un beau moment avec cette correspondance de toute une vie et la joie de voir deux monstres sur scène.

Mylène Demongeot et Jean Piat, je me souviens les avoir vu plus d'une fois quand j'étais enfant (Oui ça fait longtemps que j'aime le théâtre), alors le plaisir de les revoir maintenant, c'est déjà un plus.

Après j'appréhendais un peu la pièce de peur de tomber dans la guimauve mais non, l'échange auquel on assiste est un vrai bonheur de dynamisme même si les deux protagonistes restent assis à leur bureau la plupart du temps.

Il y a de la vie de ces échanges, on sent quelque chose palpiter.

Les deux comédiens sont évidemment superbes et élégants, on apprécie l'histoire de ces deux vies qui se déroulent devant nous, on les imagine tellement certains échanges sont précis.

Bref, un beau moment de théâtre.
9/10
52 0
Une simple amitié d’enfance, une amitié de mômes de 9 ans, entre Melissa et Andy, se transforme progressivement et chemine toutes leurs vies. En eux, entre eux.

Ils s’écrivent régulièrement pour des riens, pour des approches plus précises, pour être connectés en quasi permanence par des lettres, des cartes ou des dessins, comme on ne pouvait que le faire dans les années 1950.

La simple amitié devient amour-amitié aux premiers émois de l’adolescence et revêt, jusqu’à la fin, les habits somptueux d'un amour incroyablement profond et indéfectible. Se rapprochant parfois, restant éloignés souvent par leurs parcours, ils vont vivre tous les deux des vies parallèles mais si proches. L’une artiste, l’autre homme politique.

Un amour de rêve, un amour de désirs, un amour fusionnel, un amour plus fort que celui qui unit deux amants, tendant vers la sublimation et la spiritualité.

Écrit très adroitement par Albert Ramsdell Gurney et publié en 1988, ce texte est une partition souvent jouée tant il permet aux comédiens de montrer du bel ouvrage en centrant les émotions du jeu dans les brefs instants d’une correspondance épistolaire.

La mise en scène de Stéphanie Fagadau met en relief les moments d’insouciance puis d’instabilité éperdue de Melissa, laissant transparaître sa passion pour la vie et son désarroi de la vivre. De la même façon, elle nous montre l’ardeur amoureuse d’Andy dont il ne se désempare pas comme sa morale bourgeoise castratrice de tout désir hors-norme.

Les comédiens ont la part belle dans cette pièce mais le risque est grand de sombrer dans le pathos au miel collant, frisant les logorrhées de jérémiades façon soap opéra. Sans de bons comédiens, ça tombe à plat dans le ruisseau et file tout droit dans l’égout du dégout. Rien de tout cela ici, nous sommes servis ! Et comment !

Mylène Demongeot semble badiner avec Andy comme une enfant et une ado le feraient. Elle éprouve ensuite les joies et les souffrances de la femme, de la mère, gardant son éternelle jeunesse pour sa relation avec Andy. Jean Piat module son jeu avec une précision de loup. Des pointes piquantes de drôleries de l’enfant amoureux qui ne le sait pas encore aux colères de l’ado jaloux et meurtri jusqu’au renoncement de toute folie de l’homme rangé mais épris irrémédiablement par son premier amour. Ils incarnent tous les deux Melissa et Andy, avec une pudeur farouche, une intensité retenue et une sincérité émouvante.

Un beau spectacle à ne pas manquer, pour le texte, la mise en scène et les comédiens.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor