• Classique
  • Théâtre Le Ranelagh
  • Paris 16ème
top5 (1)

Le Cid

Le Cid
De Pierre Corneille
Mis en scène par Jean-Philippe Daguerre
  • Théâtre Le Ranelagh
  • 5, rue des Vignes
  • 75016 Paris
  • La Muette (l.9, RER C)
Itinéraire
Billets de 22,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Combats d’épées et musique sur scène (violon, alto, accordéon, guitare, caron et harmonica) accompagnent cette version fougueuse d’une des pièces les plus célèbres du répertoire classique français.

Chimène et Rodrigue s’aiment d’un amour fou. Cependant, une querelle de leurs pères ruine leur espoir de mariage. Pour sauver l’honneur de sa famille, Rodrigue doit venger son père et donc tue le père de Chimène.

Bien que toujours amoureuse, Chimène doit à son tour défendre son honneur en réclamant à Don Fernand, roi de Castille, la tête de son amant. La situation semble désespérée mais Rodrigue obtient la faveur du roi en sauvant le royaume de l’invasion de leurs ennemis : les Maures…

 

Note rapide
7,1/10
pour 10 notes et 9 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
5 critiques
Note de 4 à 7
50%
4 critiques
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
25 févr. 2018
8/10
26 0
Un soir à Provins, au théâtre on donnait,
Du Cid de Corneille, une version enjouée.
Même l’hiver, même la neige ne saurait arrêter,
Celui qui, de longue date, avait pris son billet.

Mais fébrile, impatient quand le rideau se lève,
Quelle ne fut ma surprise et croyant que je rêve,
De voir cette scène nue, sans décor qui déguise,
Une audace qui m’étonne et j’avoue me défrise.

Diantre, me dis-je, alors point de lieu à voir ?
La déception me guette jusqu’à m’en émouvoir.
Quelle mouche a piqué cette troupe théâtrale ?
Veut-elle se moquer ? La jouer déloyal ?

Que nenni, mon ami, calmez-vous je prie,
Ecoutez un instant, sur scène, ce qui se dit.
Tout ouïe, concentré, le regard vers les planches,
Je reste captivé et ma passion s’enclenche.

Comédiens, comédiennes fascinaient le public,
Ne faisant aucun son pour troubler leurs répliques.
S’il faut du talent pour jouer un auteur,
Magistral et grand est foncièrement le leur.

Rodrigue, Chimène, Don Diègue vous envoûtent,
Epaté, vous vous délectez de leurs joutes,
Distribution parfaite, prestations incroyables,
Cette pièce se veut, pour le moins, impeccable.

Que penser et que dire du personnage du Roi,
Hilarant, merveilleux, il a conquis mon choix.
Ajoutez à cela d’épiques combats d’épées,
Et l’absence de décor semble vite oubliée.

Au Ranelagh, jusqu’en mai, cette pièce est jouée,
En humble spectateur, je peux la conseiller,
Du classique, oui certes, mais de belle qualité,
Si vous sortiez déçu, je vous rembours… tant pis !
4 janv. 2017
9/10
46 0
« Le Cid » au Ranelagh : la musique, la fougue, la cape et l’épée en plein coeur.

La Compagnie « Le Grenier de Babouchka » récidive en présentant au théâtre du Ranelagh une version du « Cid » aux tons mordorés délicats, tous essayent d'en casser les codes. Ici, l'invention charmante du personnage du roi-clown incarné par Didier Lafaye, zozotant en collants blancs.

Mise en scène impeccable. La splendide musique accompagne efficacement notre imaginaire dans ce voyage divertissant à la rencontre de notre héritage culturel.
31 oct. 2016
6,5/10
39 0
Mais de quoi parle Le Cid ?
Il n’y a pas que Molière qui soit un classique. Le Cid de Corneille a lui aussi le droit de s’afficher sur les scènes des théâtres parisiens. La compagnie Le grenier de Babouchka a décidé de mettre une partie de sa troupe sur cette histoire d’amour où l’honneur est au cœur des conflits.

C’est en janvier 1637, que cette pièce a été jouée au théâtre du Marais. Pour sa seconde tragi-comédie, Corneille s'est inspiré d'une comédie espagnole, Las Macedades del Cid (Les enfances du Cid) de Guillen de Castro. Cette pièce connaît un vif succès auprès du public mais elle dérange beaucoup certains auteurs qui n’hésitent pas à la critiquer férocement. Plus les remarques sont critiques et plus le public court voir la pièce.

Les spectateurs n’avaient pas de dilemme pour aller voir la pièce contrairement à Rodrigue qui est partagé entre son amour pour la belle Chimène et sa volonté de venger l’offense faîtes par le père de Chimène, à son père. Ainsi naquit le dilemme cornélien. Car si Rodrigue venge son père, il perd Chimène et s’il ne venge pas son père, il père l’honneur de sa famille. Il n’a pas le choix, il doit tuer le comte de Gornas pour venger l’affront qu’il a fait à son père, Don Diègue.

Chimène aime Rodrigue du plus profond de son cœur. Elle est tout de même obligée de réclamer sa tête pour l’honneur de sa famille. Rodrigue va aller affronter des maurs qui envahissent son pays et s’en sort glorieux. Le roi et toute la cour l’admire. Mais elle veut sa vengeance. Elle va faire sa Salomné en réclamant sa tête. Personne n’est vraiment dupe et comprend qu’elle soit partagée entre les deux sentiments. D’ailleurs, lorsque Don Sanche revient de son combat avec Rodrigue, Chimène veut mourir si son amour est mort. Quelle cruche... Il est trop bon et humble pour tuer un poto ainsi Rodrigue. Elle est tombée dans le panneau et doit épouser le gagnant.

Tout fini bien vous me direz. C’est un peu le monde des bisounours. Et bien pas tant que cela, car Rodrigue et Chimène ne pourront se marier qu’un an plus tard. Un an pendant lequel Rodrigue va devoir aller chez les maurs pour les combattre sur leur terre. Il y a peu de chance qu’il puisse revenir même pour le bonheur d’un hymen.

Et qu’est-ce que j’en pense ?
J’ai vraiment adoré la mise en scène inventive et dynamique de Jean-Philippe Daguerre. La scène est coupée en deux. En fond de scène, deux musiciens pluri-instrumentalistes en costumes, qui vont jouer pendant presque tout le spectacle. Devant eux, un rideau noir transparent. Et sur le devant de la scène, toute l’histoire dans un décor très sommaire, avec aucun mobilier. Mais est-ce utile ? J’avoue que cela ne m’a nullement ennuyé car l’occupation de l’espace et les jeux de lumière sont largement suffisant.

L’espace est toujours occupé par les comédiens. Le début commence entre Rodrigue qui apprend à Chimère à se battre avec une épée avec quelques baisers échangés. C’est mignon tout plein. Le ton des costumes et des couleurs sont données. Tout ici sera alors de blanc et de rouge. Puis l’amour et la passion va déchirer tous les personnages de cette histoire.

Le ton est juste et joué dans le réel plaisir de la comédie. J’ai vraiment adoré les personnages d’Elvire et Léonor, les gouvernantes qui mettent une douce pointe d’humour. Malheureusement, on les voit assez. Après, j’avoue que je n’ai pas été insensible au charme du comte de Gormas qui mourut bien tôt des mains de Rodrigue, même si il a fait une apparition fantomatique à la fin. Et aussi à celui de Don Sanche, qui lui aussi est assez peu présent et qui aurait fait un très séduisant Rodrigue. Mais les goûts et les couleurs….

J’ai beaucoup aimé l’occupation de l’espace. Car au lieu de se contenter de la scène à proprement parlé, il occupe aussi un espace rajouté devant où l’on a pu voir un Rodrigue fier avec de la lumière sur la moitié du visage. Une belle image d’un héros réfléchissant, regardant devant, loin vers l’avenir. On pourrait presque croire une représentation royale. Et puis, il y a aussi ce roi Don Fernand, au premier balcon côté scène, qui y trône face public. Dans une tenue ridicule, avec des collants blanc et short bouffant, rouge, blanc et or, il écoute et donne ces ordres. Il ressemble à un bouffon, les grelots en moins. Mais pourquoi zozote t’il en postillonnant partout ? Corneille avait-il le sens de la farce à ce point ? Je pense que c’est une liberté du metteur en scène.

La petite chose qui m’a fait choisir ce spectacle, ce sont les combats d’épée. J’en garde des souvenirs émerveillés des échanges de fleurets dans Cyrano de Bergerac ou Troïlus et Cressida à la Comédie Française. Alors des tenus d’ « époque » et des épées, j’y vais les yeux fermés. Ces scènes ne sont pas faciles à faire. La première avec l’affrontement de Rodrigue et du père de Chimène était assez bien réussie même si je n’ai pas pu retenir un rire lorsque l’épée passe sous le bras pour signaler la mort. Par contre la deuxième, l’était beaucoup moins car il y avait un décalage entre le coup et la parade. Les parades étant réalisées avant que le coup soit donné, l’effet est plutôt comique que d’action. Mais j’ai bien aimé quand même car quand le cœur y est.

Les 1h45 de spectacle passent à toute vitesse, captivant aussi bien les enfants que les adultes à coup d’amour, à coup de je t’aime et à coup de fleuret. Une très belle interprétation qui redonne de belles lettres aux classiques et qui donne envie d’en voir d’autres.
13 oct. 2016
4/10
40 0
J'avais entendu beaucoup de bien du Cyrano de Bergerac monté par la Compagnie Le Grenier de Babouchka. J'avais loupé l'occasion cet été à Avignon, c'était donc un rendez-vous manqué, reporté, plutôt prometteur, d'autant que Le Cid est très (trop) rarement monté.
Quel pensum ! Quel massacre ! Quelle duperie !

Hormis les quelques scènes de duel plutôt bien orchestrées et visuellement très réussies, absolument rien ne m'a plu dans ce spectacle. La mise en scène poussive, poussiéreuse, qui se veut ingénieuse et légère nous permet à peine de réentendre ce superbe texte. Les effets qui cherchent le comique m'ont personnellement atterrée (le pire étant les défauts d'élocution et les concours de postillons du Roi), même si je dois reconnaître que les rires fusaient autour de moi.

Globalement, les comédiens surjouent, aucun d'eux ne nous émeut, à aucun moment, ce qui est pour le coup un énorme tour de force...
Et lorsque je lis sur le programme "vos enfants ne vous diront plus que le théâtre classique est ennuyeux", j'ai envie de répondre - car j'y étais avec les miens - "faites découvrir à vos enfants l'enregistrement de la mise en scène du Cid par Jean Vilar avec Gérard Philipe ou attendez que la pièce soit montée à la Comédie-Française pour ne pas les dégouter du théâtre classique !"
24 sept. 2016
6/10
66 0
Un bon moment de théâtre pour réviser nos textes classiques.

Le roi, s'exprimant avec la coquetterie d'un défaut de prononciation, est une bouffée de légèrete dans cette pièce. Des combats d'épée bien montés.

Un moment agréable.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor