La mort d'Agrippine

La mort d'Agrippine
Mis en scène par Daniel Mesguich
Avec Sarah Mesguich
  • Sarah Mesguich
  • Théâtre Déjazet
  • 41, boulevard du Temple
  • 75003 Paris
  • République (l.3, l.5, l.8, l.9, l.11)
Itinéraire
Billets de 27,00 à 40,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

La Mort d’Agrippine met en scène une conspiration dirigée contre l’empereur romain Tibère.

Si les conspirateurs semblent poursuivre le même objectif, la vengeance, ils sont animés par des destins différents voire opposés.

La Mort d’Agrippine unique tragédie d’Hercule Savinien de Cyrano de Bergerac avait fait scandale, à sa création par son athéisme et son épicurisme. Elle met en scène la liberté de pensée la plus radicale. La splendeur de cette oeuvre, pratiquement jamais jouée depuis, est aujourd’hui trop méconue.

Dans cette tragédie, tout n’est que feintes, mensonges et dissimulations qui débouchent sur une sanglante mise à mort.

Note rapide
Toutes les critiques
23 avr. 2019
6,5/10
3
Quelle aventure ! « Voir un Mesguich, c’est entrer dans un autre monde ! » m’avait-on prévenue. J’ai compris tout de suite. Il y a d’abord la seule pièce de Savinien de Cyrano de Bergerac (oui, l’original du 17ème) encore jouée aujourd’hui : « La Mort (d’)Agrippine ».

Un texte grandiloquent et semblable à l’écriture tragique : les alexandrins y sont, les rimes bien rythmées mais il faut s’accrocher car on n’y comprend pas grand-chose. Vengeance, honneur, guerre de pouvoir et tractations : on navigue étrangement entre les rois maudits (ringard mais culte !) et la série Game of Thrones, costumes fantastiques et dreadlocks à l’appui.

Malgré la voix off par laquelle Daniel Mesguich annonce les scènes à venir, la logique du texte reste opaque mais tant pis : il reste ici la langue, la sonorité des vers, leur diction et leur incarnation ; et quelle incarnation ! Le vertige du texte, est rempli par autre chose, par la mise en scène de Daniel Mesguich.

Sa direction d’acteur est singulière, elle aussi grandiloquente, pleine d’emphase et d’originalité…  Gare à qui sait se laisser surprendre et bercer par cet objet non identifié !

Car pour ne rien ménager au spectateur, Daniel Mesguich a imaginé un déroutant système de miroir : les personnages sont comme organisés par pair, habillés sensiblement pareil et souvent deux sur le plateau. Articulant en même temps la tirade de leur partenaire/adversaire, les personnages se diluent comme dans un chœur. Comme une vengeance pour toutes les vengeances, un roi pour tous les rois, une quête de pouvoir pour toute les quêtes de pouvoir. L’effet et la synchronisation sont troublants de réalisme et ont dû demander une préparation intense en répétition. On sent la minutie du metteur en scène exigeant car d’ailleurs la diction ne pourrait être meilleure. Tout résonne et tout pulse, tout se meut dans ces vers bien qu’on ne sache très bien qui s’attaque à qui et qui d’Agrippine, Tibère, Livilla ou Séjanus en sort véritablement gagnant.

Des costumes à la gestuelle en passant par le jeu d’acteurs, tous les éléments de cette « Mort d’Agrippine » participent à l’expérience d’une pièce à la fois, belle, étrange et surprenante.

C’est extravagant à souhait au point de se laisser prendre au jeu, qu’on aime ou pas, cette proposition et ce style de théâtre est à voir au moins une fois !
19 avr. 2019
8,5/10
21
Un texte puissant, sublime, outrancier même.
Une grande tragédie qui fit scandale en son temps.
Des Alexandrins qui exigent de la démesure.

C'est à ce monument que s'attaque Daniel Mesguich. Pour être à la hauteur, il fallait une mise en scène radicale et excessive.
Pari réussi haut la main!!!

C'est magnifique, violent, érotique, parfois too much mais qu'importe.
Car ce sont la mort, le mensonge et la folie qui sont au centre de la pièce.
Aucune tiédeur, aucun compromis dans ce théâtre là, et c'est tant mieux.

Les comédiens, tous sublimes dans leurs costumes décadents et somptueux, ont un engagement total et une présence physique incroyable.
Sur cette grande scène noire et nue, les tableaux, presque irréels à force de beauté, se succèdent.

Bien sûr, le spectateur doit fournir un effort pour rentrer dans cet univers, mais quand il y parvient, quelle récompense!
13 avr. 2019
10/10
1
Il est assez rare pour un créateur d'instaurer un style, preuve de son génie.

C'est ce que Daniel Mesguich a réussi à créer : son style reconnaissable d'entre tous. Ici, il en atteint l'apogée. Dans une brume de fumée, celle du mensonge et de la trahison, les lumières forment des découpes magnifiques traçant sur les visages des comédiens(e)s toutes les marques de la noirceur des âmes de ces personnages voués à la vengeance et à la cruauté. Tel un tableau de Rembrandt, les corps se dessinent dans un espace vidé de tout décor laissant comme seule vedette, LE TEXTE, très peu connu de Cyrano de Bergerac.

La voix off , reconnaissable d'entre toutes, celle de Mesguich, nous aide à suivre l'action et à en comprendre les enjeux. C'est envoutant. Comme est envoutant son principe de boucles musicales rythmant l'action de la pièce ou l'intériorité des personnages. La recherche de Daniel Mesguich sur " le double" est ici poussé à l'extrême puisque les personnages prennent tour à tour le texte de l'autre, leurs lèvres s'enchevêtrant les unes aux autres, les personnages analysant la parole de son adversaire... la prenant sienne... Le jeu des Miroirs , des diagonales en "transtav" sont saisissant. Le jeu de tous les protagonistes est excellent par la maîtrise de l'alexandrin, jamais redondant dans leur bouche, mais actuel et naturel.

Il est à noter que le travail corporel de Caroline Marcadé donne une dimension picturale à cette oeuvre dont la langue est atemporelle pour l'époque de Molière ou Racine. Courez voir cette somptueuse mise en scène au théâtre Dejazet.

Vous aimerez, n'aimerez pas, mais ne serez pas insensible. C'est LE THÉÂTRE.
31 mars 2019
4/10
2
Une diction exacerbée "oh secours les alexandrins", un jeu scénique fractionné qui m' a perdu.

Pour ainsi dire, j'ai compris pourquoi cette oeuvre de Cyrano de Bergerac n'a pratiquement jamais été jouée et reste une oeuvre méconnue. J'ai eu du mal à comprendre l'histoire, trop pollué par cette mise en scène... Je m'y suis perdue et trouvé la soirée bien longue.

Toutefois, deux points positifs : un décor d'apparence simple mais aidé par cette mise en scène travaillée (jeux de lumière) de Daniel Mesguich et l'énergie de cette troupe qui met du coeur à l'ouvrage avec conviction.
24 mars 2019
8/10
2
La mort d’Agrippine de Savinien de Cyrano de Bergerac 1619-1655, mise en scène par Daniel Mesguich.
Unique tragédie de Savinien de Cyrano de Bergerac, jouée à L’Hôtel de Bourgogne en1653. La pièce avait fait scandale par son athéisme, elle dénonce la noirceur du monde politique.
La salle est plongée dans la pénombre, la voix de Daniel Mesguich resonne. Il va nous guider tout au long de cette tragédie.
Nous sommes sous le règne de l’empereur Tibére (né 42av JC- 37 après JC).
Agrippine fille d’auguste désire venger la mort de son époux Germanicus.
Elle est persuadée qu’il a été empoisonné par ordre de Tibére…
Agrippine, Séjanus, Livilla vont tramer un complot contre Tibére mais ce n’est que tromperies et manipulations.

Le plateau est désert et dans l’obscurité, juste quelques fumeroles blanches. Tout à coup apparaît Agrippine dans un flamboyant costume baroque…
Un jet de lumière dévoile son visage et sa silhouette surgissant de l’ombre.
C’est magnifique.
Durant toute la pièce, nous avons l’impression d’être dans une galerie d’art baroque plongée dans la pénombre où seuls les tableaux seraient éclairés et prendraient vie.
C’est magique, quelle fabuleuse scénographie. Quel plaisir des yeux.

Dans cette tragédie nous côtoyons les mensonges, les dissimilations, les violences, la cruauté, le libertinage mais aussi l’attrait du pouvoir, de la vengeance et de la haine.
C’est un monde voué à la perdition. Un monde impitoyable.

Le texte en alexandrins est magistral et puissant. Les costumes d’une recherche et d’une grande beauté. Les comédiens sont pleins d’énergie, persuasifs et talentueux.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor