top5 (3)

Dans la peau de Cyrano

Dans la peau de Cyrano
  • Théâtre des Mathurins
  • 36, rue des Mathurins
  • 75008 Paris
  • Havre-Caumartin (l.3, l.7, l.8, l.9, RER A et E)
Itinéraire
Billets à 18,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas facile de passer du monde de l'enfance à celui des grands, surtout quand on est "différent".

La route est semée d'embûches. Mais une rencontre déterminante avec son professeur de théâtre, figure paternelle et bienveillante, guidera ses pas vers un nouvel essor, comme une nouvelle naissance.

Un spectacle drôle et poétique où un comédien seul en scène interprète une galerie de personnages hauts en couleur.

 

Note rapide
7,7/10
13 pour 13 notes et 13 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
5 critiques
Note de 4 à 7
38%
8 critiques
Note de 8 à 10
62%
Toutes les critiques
27 juil. 2019
6/10
0 0
Un adolescent inhibé joue dans un atelier de théâtre le rôle de Cyrano et se confond avec lui pour exprimer son attirance pour la jeune lycéenne dont il s'est éprise.

Les spectateurs ont ovationné le spectacle. Leurs rires fusaient de toutes parts. La performance de l'acteur est bien mis en valeur par l'interprétation de plusieurs personnages. Personnellement les mimiques relatives à chaque personnage m'ont paru bien répétitives.

J'ai moyennement adhéré au spectacle.
1 juil. 2019
8,5/10
8 0
L'intelligence du coeur !

Une rare combinaison de talent et d'empathie qui fait du bien ...

Nicolas Devort aime tous ses personnages et toutes leurs différences.
Avec beaucoup de pudeur et de délicatesse, il aborde des thèmes profonds, sensibles et difficiles.
Le rire et l'émotion se frôlent en permanence, sous le regard courageux du grand Cyrano.

Le théâtre comme thérapie ...une évidence !
9 mai 2019
8,5/10
0 0
C'est un spectacle intelligent et très frais qui m'a beaucoup plu.
Je trouve également qu'il s'en dégage beaucoup d'humanité et de sensibilité.
7 mai 2019
9/10
4 0
« Dans la peau de Cyrano » de et avec Nicolas Devort dans une mise en scène de Clotilde Daniault au théâtre des Mathurins, est un cours magistral sur la différence et la tolérance.

J’avais entendu beaucoup de bien sur ce spectacle : il est complètement justifié.
Un spectacle joué des centaines de fois par un comédien toujours aussi vif, joyeux, élégant, à l’énergie débordante, qui nous conte son histoire avec la fraîcheur d’une première fois.
Nicolas Devort nous offre une très belle peinture expressionniste de la vie d’un collégien, le jeune Colin, qui après son déménagement, fait sa rentrée dans un nouveau collège.
Nicolas Devort interprète, parmi la galerie de personnages de son histoire, un professeur de français, qui dirige un atelier théâtre dans l’optique de monter en fin d’année scolaire « Cyrano de Bergerac ».
Un professeur de français humain, à l’écoute de ses élèves, passionné par son métier, qui aime transmettre, qui captive son auditoire tout comme le fait admirablement Nicolas Devort. Un professeur qui réconcilierait plus d’un élève avec l’école, s’il le croisait sur sa route.
On ne s’ennuie pas une minute à suivre cette histoire.
Pourquoi raconter une histoire ? : Les histoires, comme les livres, sont porteuses de rêve, d’évasion, d’imagination ; une histoire pleine d’espoir pour construire sa vie.

Avec une très belle présence sur scène où le rire côtoie l’émotion et inversement, ce professeur nous donne une belle leçon de tolérance : une ode à la différence, à l’acceptation de l’autre sans se départir de sa volonté de se dépasser, de se défendre face à l’adversité et de ne pas subir le sectarisme des soi-disant bien-pensants.

Nicolas Devort nous accueille, via le professeur de français, dans sa classe et demande à ses élèves de se présenter.
Tour à tour une belle brochette de collégiens, à la jeunesse insouciante, vont égayer ce tableau et se produire sur le plateau de l’atelier théâtre où un personnage bien singulier, qui a plus d’un tour dans son sac, va leur faire connaître la grandeur de son histoire : Cyrano de Bergerac.
Il y a Adelaïde, à la plastique qui fait chavirer tous les cœurs, y compris celui de Colin. Maxence, celui qui deviendra ami avec Colin, leurs différences les réuniront. Benoît, le rigolo de la bande, la bonne humeur incarnée qui titillera le professeur et Gaël, le beau gosse de service, l’amoureux d’Adélaïde, au langage imagé.
Tous ces élèves vont cohabiter pendant toute l’année scolaire, ils vont apprendre à se connaître, à s’apprivoiser, à se détester, à s’unir pour un projet commun. Ils vont s’enrichir de leurs dialogues.
Chaque élève, chaque personnage, à sa chorégraphie, ce qui permet à Nicolas Devort, en un clin d’œil de passer de l’un à l’autre sans que nous soyons perdus dans l’histoire.
Dans les adultes, il y a aussi la psychologue qui n’a pas son pareil pour nous faire rire et passer les messages sur les différences à ce pauvre Colin qui outre son bégaiement doit faire avec le décès de son père, dur dur pour ce collégien, cabossé par la vie, en recherche d’identité.

Nicolas Devort nous offre un joli parallèle entre ce Cyrano complexé par son nez et Colin par son bégaiement. Un Cyrano dont le panache et le courage sont des exemples à suivre pour Colin qui doit apprendre à avoir confiance en lui, positiver le regard des autres, ne pas tenir compte des légèretés des comportements de ses camarades qui demain seront des adultes. C’est maintenant qu’il faut prendre le taureau par les cornes et s’imposer ; d’ailleurs sa tirade parodiant celle du nez pour répondre à un Gaël un peu trop mesquin est d’une drôlerie jouissive.

En son temps nous avions eu l’inoubliable Annie Girardot dans « Madame Marguerite », aujourd’hui nous avons le talentueux Nicolas Devort dans « Dans la peau de Cyrano ».
Une écriture qui nous laisse dans la réflexion en passant par le rire et l’émotion. Un spectacle rempli d’espoir, où la vie, point central, vaut la peine d’être vécue…ensemble.
Comédien, mime, danseur, il a tous les atouts pour nous raconter son histoire et nous captiver. Les expressions de son visage donnent de la vie à tous ces personnages qui dansent autour de la chaise, seul accessoire sur scène.
Avec une guitare, il s’accompagne pour une chanson d’hommage au père de Colin, une chanson où l’émotion nous gagne, une interprétation toute en nuance, d’une sensibilité à fleur de peau.
Un spectacle, un travail d’une finesse comparable à de la dentelle, rien n’est laissé au hasard, chaque pièce du puzzle s’emboîte avec précision.

La mise en scène rythmée de Clotilde Daniault est d’une fluidité, d’une légèreté, donnant priorité à la poésie de l’Histoire. Elle met en avant l’énergie que distille Nicolas Devort avec enthousiasme dans la construction de son Cyrano.

Ne ratez pas ce spectacle, à voir aussi en famille, j’avais à côté de moi un enfant qui disait à sa maman pendant le spectacle, dans les noirs, « c’est bien maman ! ». A la sortie son sourire faisait plaisir à voir !
29 avr. 2019
7,5/10
3 0
Nicolas Devort fait partie de ces artistes atypiques qui possède aussi bien le talent d’écriture, de mettre en scène et de jouer.

Dans son seul en scène, il interprète une pléthore de personnages plus attachants les uns que les autres. D’un simple changement de position, de gestuel, de nuance dans la voix, il incarne sept autres sans que jamais on ne puisse se perdre dans l’histoire. Et pourtant, ils se croisent, se bagarrent, discutent entre eux, s’embrassent… Une incroyable prestation de précision qui montre la prouesse du comédien. Puis le récit, très bien écrit et construit permet de suivre l’évolution de Colin au départ très timide qui finit par trouver du courage. Un grand bravo pour la scène du nez reprise et corrigée avec des références au bégaiement.

Une façon élégante parmi d’autres proposées qui aborde des sujets sensibles comme le handicap, la mort d’un parent, l’homosexualité, la violence parentale, le regard des autres, la solitude… Des thèmes qui parlent beaucoup aux jeunes qui apprennent à se construire. La délicatesse de l’écriture s'affiche grâce à l’élégance par lesquels les thèmes sont abordés sans oublier l'indispensable touche d’humour. Les rires des enfants raisonnent assez souvent dans la salle.

Un spectacle drôle, émouvant et intelligent qui séduira autant les adultes que les enfants. Chacun a besoin à un moment ou à un autre de la bravoure d’un Cyrano.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor