Cyrano de Bergerac (Herson-Macarel)

Cyrano de Bergerac (Herson-Macarel)
De Edmond Rostand
  • Théâtre Montansier
  • 13, rue des Réservoirs
  • 78000 Versailles
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Il faut avoir l’optimisme chevillé au corps pour monter cette grande pièce de troupe qu’est Cyrano.

Avec sa jeune compagnie, La Jeunesse aimable, Lazare Herson-Macarel a décidé de faire vivre ce festin « de mots, d’intelligence, d’énergie vitale », une véritable fête populaire au sens premier du terme, qui rassemble quarante-cinq personnages, du bourgeois au marquis, du tire-laine au pâtissier, des poètes aux soldats espagnols.

 

Note rapide
7,8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
23 nov. 2017
8/10
2 0
Pour Lazare Herson-Macarel, Cyrano est « l’oeuvre la plus importante du monde ». Nous étions donc faits pour nous entendre ! Je dois lui dire un grand merci, car avec ce spectacle il me rappelle que Cyrano peut se monter avec 3 planches de bois, un violoncelle et un batteur. J’ai trop en tête la version de Denis Podalydès et j’avais jusqu’alors du mal à me faire à l’idée qu’un jour je verrai un autre Cyrano que celui-ci ,mais j’ai fait la démarche et cela me permet de me rouvrir les yeux. Donc merci, monsieur Herson-Macarel.

Car il faut bien le reconnaître, sa version de Cyrano est également très intelligente. Les scènes collectives, particulièrement, fonctionnent très bien, et tout le début du spectacle est dynamique à souhait, nous permettant de bien rentrer dans l’atmosphère proposée. Cette scène initiale, qui a donc lieu dans un théâtre, mêle les comédiens aux spectateurs et fait vivre les échanges depuis la salle, ce qui crée une dimension supplémentaire : nous aussi, on se retrouve avec l’envie de huer Montfleury au même titre que les autres. J’ai également beaucoup apprécié la manière dont la scène de la balade était menée, avec inventivité et poésie.La mort de Christian reste également un moment phare marqué par une belle scénographie. De manière générale, la mise en scène de Lazare Herson-Macarel m’a totalement convaincue.

Ce qui m’a laissée un peu plus de marbre, c’est sa direction d’acteur. D’abord, il faut reconnaître que si je n’avais su le texte par coeur, j’aurais probablement manqué quelques échanges : doit-on en imputer à l’acoustique de la salle, la présence de ces hauts murs de bois sur scène absorbant le son, ou des problèmes de diction des comédiens ? Sûrement un peu des trois. De plus, si Roxane (Morgane Nairaud) a des petits accents hystériques, j’avoue que je préfère le personnage avec plus de nuances et la jouer constamment surexcitée fait perdre un peu en poésie. De même, il ne semble avoir gardé de Cyrano (Eddie Chignara) que l’aspect intellectuel, l’homme à la singulière faconde, mais moins l’amoureux transi et le poète passionné. Difficile également pour le comédien, dont le physique se rapproche de Michel Vuillermoz, d’arriver à vaincre la superposition évidente qui se faisait dans mon esprit. En revanche, tant son Christian – charmant Joseph Fourez – que son Ragueneau – bouillonnant David Guez – ont su me convaincre.
19 nov. 2017
7,5/10
26 0
La Comédie Française avait misé sur une mise en scène classique. Lazare Herson-Macarel lui choisit une mise en scène très minimaliste et ô combien ingénieuse.

Quelques tables, quelques marches en bois, deux grandes structures amovibles avec structure apparente et cela suffit à créer les décors pour les 5 actes. Tout se glisse, se porte, se déplace. La table devient estrade, les marches deviennent des bancs... Rien ne se perd, tout se transforme. On ne vous cache rien. D'ailleurs, en fond de scène, on voit les portants avec les costumes et les comédiens se changent devant nous. Très vite, notre regard ne fait plus attention. Il se porte sur le devant de la scène, sur l'histoire. 

Les comédiens déplacent le tout avec simplicité et naturel. Tout s'assemble avec une logique imparable. Deux surfaces hautes glissent sur la scène et les tables se chargent de gourmandise. C'est très malin et on a une impression de magie. Des tableaux se font certains plus étonnants que d'autres. Comme cette magnifique scène à la fin de l'acte 4 où les gascons vont se faire réduire en charpie. Une lumière crée doucement une ambiance assez sombre, une fumée sort du fond de scène, les comédiens font face au loin et réalisent un hakka. La pression monte doucement, rappelé par le rythme de la batterie. Puis les murs s'effondrent. C'est magnifique et le public se prend au jeu. Un beau moment de théâtre qui mérite quelques applaudissements. 
Les lumières de Jérémie Papin assisté de Léa Maris sont un élément indispensable de toute la pièce. Toujours au bon endroit pour souligner là où l'on doit regarder. Les ambiances sont créées avec beaucoup de discrétion et d'ingéniosité. Qui s'accompagne aussi d'un autre travail intelligemment réalisés : les costumes. Les costumes sont un mélange hétéroclite de matière, de couleurs, de style… En effet, la pièce est censée se dérouler au 17ème, alors qu’elle a été écrite au 19ème et qu’elle se joue au 21ème. Alors n'est-il pas normal de trouver le mélange de tout cela? Cyrano porte une veste en cuir longue avec un pantalon en jean troué et un à sweat à capuche. Christian porte une veste en cuir avec des fermetures éclairs et des dentelles. Plus on attarde notre regard, plus on découvre les détails et la richesse de la créativité d'Alice Duchange, assistée de Selma Delabrière.

C’est dans une mise en scène enchanteresse que le texte inaltérable raisonne au plus profond du cœur de chaque spectateur. Et vous aussi, lorsque vous partirez du théâtre, vous sortirez avec panache.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor