Vania, une même nuit nous attend tous

Vania, une même nuit nous attend tous
  • Théâtre de Belleville
  • 94, rue Faubourg du Temple
  • 75011 Paris
  • Goncourt (l.11)
Itinéraire
Billets à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

« En vous tous vit le démon de la destruction » ; ne sommes-nous pas les enfants trop gâtés d’une société en perdition, ne sachant plus à quel rêve se raccrocher ?

Dans Vania, Tchekhov raconte l’effondrement du monde extérieur et la réponse très « égocentrée » de l’individu qui résiste au changement.

Les personnages témoignent, chacun à leur façon, de leur angoisse et de leur impuissance à agir face au bouleversement du monde. 

Note rapide
8,8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
22 oct. 2019
9/10
0 0
Super belle interprétation d'Oncle Vania (Tchekhov), pleine de vie et d’échos !

En bref, on assiste impuissant, à un huis clos familial, hyper pesant. Vania bosse avec Sophia pour son beau-frère le Professeur Sérébriakov. Il est amoureux d’Elena, la (jeune) 2nde femme du Professeur. Il habite avec sa mère (Maria). Le Professeur fait beaucoup de crise, donc un médecin est souvent là. Sophia est amoureuse du médecin. Tout cela se passe à la compagne.

J’ai eu la chance d’assister à une conférence après la pièce, des comédiens, du metteur en scène et d’une psychiatre (qui les avait aidé à titre d’aide à la dramaturgie).

Ils nous ont expliqué comment ils ont créé le spectacle, et notamment :

- Les liens familiaux entre les personnages : ils sont tous affiliés. Et n sentait les liens familiaux entre les personnages. Ils ont raconté a posteriori que pour créer ces liens familiaux, ils ont du se créer des souvenirs communs, du coup ils sont partis 1 semaine en résidence, et se sont tous racontés une histoire commune. Ca se sent vachement lorsque le Professeur montre un film de sa 1ère femme qui est morte, on sent tout le deuil familial de chacun, et les souvenirs qu’ils ont tous.
- La psychiatre a insisté sur le fait que Tchekhov est le premier à mettre en scène des personnages aux vies minuscules (et non minables) mais les personnages ne sont pas du tout les héros. C’est exactement ce que j’ai aimé dans la pièce : le fait que cette pièce fait beaucoup d’échos à pleins de situations sociales un peu pesantes, en huis clos.
- Sur les personnages, j’ai beaucoup aimé le Professeur, qui est un homme moderne, qui croit comprend que la propriété ne lui permettra plus de vivre aisément, et que le monde change. Il veut vendre la copropriété et placer l’argent. Il est totalement détaché de la terre // versus Vania, qui est un homme du passé, qui veut tout faire comme avant, et continuer de cultiver.
- Il y a toujours ce thème intéressant chez Tchekhov qui est que l’oisiveté est mère de tous les vices. C’est ce qui sort de la bouche de Maria, lorsqu’elle explique à son fils que la vie c’est le travail, et que les générations précédentes prenaient sur elles et travaillaient, au lieu de se laisser aller à une vie oisive, et pour Tchekhov sans but.
- J’ai beaucoup aimé enfin Elena, personnage plein de vie alors que la pièce est plutôt plombante. Je pense notamment à la danse « Far l’Amore » et également quand elle explique à sa belle fille qu’elle a été séduite par l’aura du professeur, par sa position sociale et son charisme, mais qu’en fait elle a rapidement compris son erreur.

Très bonne pièce, je recommande vivement !
8,5/10
2 0
Après avoir vu l’adaptation d’Oncle Vania par Julie Deliquet au Vieux Colombier, je ne pensais pas pouvoir trouver aussi bien. Alors autant vous dire tout de suite que j’ai été plus qu’agréablement surprise par la beauté de ce spectacle. Ils montrent la vie, des moments finalement assez banals, comme chez Tchekhov, mais tout en finesse que cela paraît presque extraordinaire. Et comme disait Hitchcock, ici même si l’on nous montre la vie il n’y a pas une seule seconde d’ennui !

Vania permet de questionner la place de l’individu dans la société. Le docteur Astrov qui lui pense aux générations futures en plantant des arbres pour remettre un peu de verdure sur Terre. Il refuse de rester les bras croisés à ne rien faire comme Vania par exemple qui passe son temps à manger, boire et dormir. « Ceux qui vivront dans cent ans, deux cents ans et à qui nous frayons la voie, s’ils viennent à penser à nous, est-ce qu’ils penseront du bien de nous ? » nous dit Astrov. C’est donc bien un avertissement face à ce qu’il risque de se passer si nous ne faisons aucun effort.

On voit bien ici à quel point le texte de Tchekhov résonne encore aujourd’hui.

Il est tout de même difficile de ne pas songer au travail de Julie Deliquet, d’autant qu’une des comédiennes, Magaly Godenaire, fait partie du Collectif In Vitro. Le ByCollectif a également choisi d’inviter le public à sa table en proposant un dispositif tri-frontal, encore plus immersif que le bi-frontal, les comédiens sortant de tous les côtés et se fondent dans le public.

Pour la petite anecdote : j’ai eu la chance de voir une représentation unique, celle du 12 juillet, et ce jour-là pendant la représentation, l’alarme incendie s’est déclenchée plusieurs fois,sans incendie dans le théâtre. Je dois dire que les comédiens ont extrêmement bien géré ces moments assez inattendus. Lors de la deuxième alarme, Nicolas Dandine, qui interprète le professeur Sérébriakhov, entre et nous interpelle en nous disant « Quoi, on ne peut pas être tranquille dans cette maison ». Ils ont ainsi joué avec les aléas du spectacle vivant.

Nous avons donc vécu ensemble un beau moment que je ne suis, comme je pense tout le public et tous les comédiens, pas près d’oublier. Un grand bravo à eux pour avoir joué dans ces conditions. J’espère pouvoir le revoir dans d’autres afin d’en profiter plus encore !!
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor