UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE

UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE
De Ettore Scola
Mis en scène par Lilo Baur
Avec Laetitia Casta
  • Laetitia Casta
  • Roschdy Zem
  • Théâtre de l'Atelier
  • 1, place Charles-Dullin
  • 75018 Paris
  • Anvers (l.2)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Le 6 mai 1938 à Rome, alors que Hitler rencontre Mussolini à Rome lors d’un défilé marquant l’entente fasciste de l’Allemagne et l’Italie, une rencontre inattendue a lieu dans un immeuble déserté de ses habitants partis pour assister à cet événement historique. Antonietta, femme au foyer et mère de six enfants, frappe à la porte de Gabriele, un chroniqueur sportif célibataire, afin de récupérer son perroquet qui s’est échappé de sa cage et réfugié sur le rebord de la fenêtre de ce voisin inconnu.

Contre toute attente, l’épouse modèle et admiratrice du Duce, garante de la bonne tenue idéologique de son foyer, et le journaliste cultivé, fraichement licencié en raison de son homosexualité et séparé de son compagnon, finissent par se livrer l’un à l’autre. Dans un silence fragile car souvent rompu par la concierge sympathisante du régime qui observe de loin la rencontre avec suspicion, et par sa radio qui relate la rencontre des deux dictateurs, Gabriele exprime la douleur liée à sa sexualité dans une société virile et misogyne, tandis qu’Antonietta avoue son désarroi de femme non instruite et d’épouse trompée. La qualité de l’écoute de l’une répond aux attentions de l’autre.

 
38

L'AVIS DE LA REDACTION : 8,5/10

Antonietta et Gabriele sont voisins, pourtant il n’y avait presque aucune chance qu’ils se rencontrent. La perruche qui s’échappe de la cuisine de l’une pour aller se poser sur le balcon de l’autre en décide autrement, en ce jour très particulier de 1938 à Rome, où Hitler rencontre Mussolini devant une foule enthousiaste. Ne restent dans l’immeuble que ces deux personnages et la concierge suspicieuse.


Mais le contexte historique et géographique n’est qu’une circonstance de cette rencontre entre deux solitudes. Car ce que la pièce explore c’est la condition des femmes et celle des homosexuels. Ce n’est pas un hasard si au départ Scola voulait faire un film sur les mêmes thèmes dans les années 70. Dans les années 60-70, cette condition est à peine meilleure que dans les années 30. En France, les femmes n’ont le droit à un compte en banque qu’en 1965, à la contraception en 1967, à l’avortement en 1974 ; quant à l’homosexualité elle est dépénalisée … en 1982 !

Antonietta est seule au milieu d’une petite foule formée par son mari, qui ne lui parle que pour lui donner des ordres et ses six enfants. Gabriele est seul depuis que le fascisme a décidé que les homosexuels étaient indésirables, qu’il a été licencié de la radio et qu’il a dû se séparer de son compagnon. D’abord méfiante, Antonietta va se laisser emporter par la fantaisie triste de Gabriele. Pour la première fois depuis très longtemps un homme la regarde vraiment, lui donne un livre et même la sert à table. Pour la première fois elle va douter du bien fondé de ce qu’on lui a inculqué.

C’est la grande force de la pièce : la rencontre avec l’altérité, montrer qu’on ne peut détester l’autre en raison de ce qu’il est quand on l’a rencontré vraiment. « Moi, je ne crois pas que le locataire du 3ème étage soit un antifasciste, tout au plus c’est le fascisme qui est anti-locataire du 3ème étage ! » s’exclame Gabriele. Si la mise en scène de Lilo Baur rencontre quelques difficultés à faire exister le hors-champ (la présence des enfants au début de la pièce, la rue en contrebas qu’Antonietta voit de sa fenêtre), en revanche sa scénographie, cinématographique, avec un décor évolutif, des plateaux tournants, évoque bien les changements de plans et de points de vue.

Laetitia Casta est magnifique de sensibilité, aux prises avec ses contradictions et s’avouant à elle-même autant qu’à Gabriele sa condition d’esclave.
Roschdy Zem campe un Gabriele tout en retenue jusqu’à ce qu’il craque et crie qui il est vraiment. La parole est difficile pour Antonietta, qui n’a pas reçu d’éducation et pour Gabriele, pour qui parler équivaut à une condamnation. "A une ignorante, on peut tout faire, parce qu’il n’y a pas de respect » constate amèrement Antonietta.
 
L’écho dans notre époque est immense, dans le monde tellement de femmes doivent lutter pour s’éduquer, exercer une profession ou simplement exister. Et partout où l’homosexualité est criminalisée, les droits des femmes sont bafoués, l’un ne va pas sans l’autre. Pendant quelques heures Antonietta et Gabriele, vont s’écouter, se respecter, se prendre comme ils sont.
Comme un pied de nez à la haine.

À voir, sans aucun doute !
 
Nathalie Tregouet
 
Note rapide
7,7/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
67%
1 critique
Note de 8 à 10
33%
Toutes les critiques
19 déc. 2023
7,5/10
0
Mi figue mi raisin !

Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas complètement dans cette adaptation du chef d'oeuvre d'Ettore Scola.

Un démarrage un peu hésitant, une alchimie entre les deux personnages qui ne prend pas vraiment, une mise en scène moins convaincante que celle, magistrale, de la Puce à l'oreille.
Une langue qui ne nous emmène pas en Italie.

Alors, malgré notre envie de rentrer dans l'histoire, malgré notre désir d'oublier le film, nous sommes restés un peu en dehors.

Bien sûr, il y a de très jolis moments, surtout dans la deuxième partie.

Mais l'on ressort frustrés, en se disant que cette très belle affiche n'a pas tenu toutes ses promesses.

Dommage !
9 déc. 2023
8,5/10
0
Antonietta et Gabriele sont voisins, pourtant il n’y avait presque aucune chance qu’ils se rencontrent. La perruche qui s’échappe de la cuisine de l’une pour aller se poser sur le balcon de l’autre en décide autrement, en ce jour très particulier de 1938 à Rome, où Hitler rencontre Mussolini devant une foule enthousiaste. Ne restent dans l’immeuble que ces deux personnages et la concierge suspicieuse.

Mais le contexte historique et géographique n’est qu’une circonstance de cette rencontre entre deux solitudes. Car ce que la pièce explore c’est la condition des femmes et celle des homosexuels. Ce n’est pas un hasard si au départ Scola voulait faire un film sur les mêmes thèmes dans les années 70. Dans les années 60-70, cette condition est à peine meilleure que dans les années 30. En France, les femmes n’ont le droit à un compte en banque qu’en 1965, à la contraception en 1967, à l’avortement en 1974 ; quant à l’homosexualité elle est dépénalisée … en 1982 !

Antonietta est seule au milieu d’une petite foule formée par son mari, qui ne lui parle que pour lui donner des ordres et ses six enfants. Gabriele est seul depuis que le fascisme a décidé que les homosexuels étaient indésirables, qu’il a été licencié de la radio et qu’il a dû se séparer de son compagnon. D’abord méfiante, Antonietta va se laisser emporter par la fantaisie triste de Gabriele. Pour la première fois depuis très longtemps un homme la regarde vraiment, lui donne un livre et même la sert à table. Pour la première fois elle va douter du bien fondé de ce qu’on lui a inculqué.

C’est la grande force de la pièce : la rencontre avec l’altérité, montrer qu’on ne peut détester l’autre en raison de ce qu’il est quand on l’a rencontré vraiment. « Moi, je ne crois pas que le locataire du 3ème étage soit un antifasciste, tout au plus c’est le fascisme qui est anti-locataire du 3ème étage ! » s’exclame Gabriele. Si la mise en scène de Lilo Baur rencontre quelques difficultés à faire exister le hors-champ (la présence des enfants au début de la pièce, la rue en contrebas qu’Antonietta voit de sa fenêtre), en revanche sa scénographie, cinématographique, avec un décor évolutif, des plateaux tournants, évoque bien les changements de plans et de points de vue.

Laetitia Casta est magnifique de sensibilité, aux prises avec ses contradictions et s’avouant à elle-même autant qu’à Gabriele sa condition d’esclave.
Roschdy Zem campe un Gabriele tout en retenue jusqu’à ce qu’il craque et crie qui il est vraiment. La parole est difficile pour Antonietta, qui n’a pas reçu d’éducation et pour Gabriele, pour qui parler équivaut à une condamnation. "A une ignorante, on peut tout faire, parce qu’il n’y a pas de respect » constate amèrement Antonietta. L’écho dans notre époque est immense, dans le monde tellement de femmes doivent lutter pour s’éduquer, exercer une profession ou simplement exister. Et partout où l’homosexualité est criminalisée, les droits des femmes sont bafoués, l’un ne va pas sans l’autre. Pendant quelques heures Antonietta et Gabriele, vont s’écouter, se respecter, se prendre comme ils sont.
Comme un pied de nez à la haine.

À voir, sans aucun doute.
9 déc. 2023
7/10
1
Un spectacle politique sur la condition féminine et l'homosexualité face à un système coercitif et viriliste ou le droit à la différence et l'intimité n'existe pas.

La mise en scène est astucieuse, les cloisons des appartements tournent sur elles-mêmes pour nous transporter chez Antonietta /Gabriele/ la terrasse comme une rumba que Gabriele apprécie tant.

Laetitia Casta et Roshdy Zem nous livrent une belle interprétation mais la complicité ne transparait pas, chacun campant dans son texte, les yeux lointains.

Nous sommes bouleversés par le sujet mais il nous aura manqué des émotions sur scène.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor