Train train, è pericoloso sporgersi

Train train, è pericoloso sporgersi
De David Talbot
Mis en scène par Gaëlle Lebert, David Talbot, Sandrine Molaro
Avec Gaëlle Lebert
  • Gaëlle Lebert
  • David Talbot
  • Sandrine Molaro
  • Aurélie Boquien
  • Comédie Bastille
  • 5, rue Nicolas-Appert
  • 75011 Paris
  • Richard-Lenoir (l.5)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

"Le train à destination de Destination va partir", annonce au micro un homme en uniforme de la société nationale des chemins de fer.

Un train de nuit, le dernier, avec un seul petit arrêt d’une minute à Maturité. Elles sont trois, elles ne se connaissent pas et s’apprêtent à faire le voyage ensemble.

 

Le temps pour elles de se raconter, de boire, de tricoter, d’assassiner, d’écouter de vieux disques sur un électrophone, de danser, de regarder la vaste rigolade qui file au dehors. La rencontre de trois femmes et un homme dans un compartiment de seconde classe où l’on peut encore ouvrir les fenêtres (même si « il est dangereux de se pencher vers l’extérieur »), nous raconte les bienfaits et dangers de l’échange et de la parole, l’éloge du rêve et de la lenteur, la nécessité d’une fraternité complice et joyeuse : la vie mêlée, absurde, drôle, excessive, contradictoire.

 

119

La critique de la rédaction : 5/10. Cette pièce a un petit quelque chose que les autres n'ont pas. Elle est étrange, absurde, semble cacher de nombreux doubles sens.

Pourtant, je n'ai pas été pris. Sûrement parce que le rythme pèche, les dialogues ne sont pas assez percutants et l'histoire ne prend pas vraiment. Les moments de flottements se multiplient.

Dommage car le jeu des acteurs est bon, ils rendent leur personnage attachant. La mise en scène est elle assez originale, ajoute du mystère à Train Train.

Je me suis ennuyé. J'aurais aimé aimer.

Note rapide
6,9/10
pour 4 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
13 avr. 2017
7,5/10
14 0
Dans ce voyage absurde et coloré, où même la destination n’est qu'un mirage, le spectateur se laisse dériver dans un périple humain, la banquise de ses rêves en pleine dérive… On se laisse bercer par la voix du fantasque Chef de bord, lui au moins a l’air de savoir où l'on va ! « Train-Train » est une grande bouffée d’oxygène artistique. Cette création décalée nous ouvre la voie d’un monde parallèle, qui ne serait ni meilleur ni parfait, mais l’envers du miroir aux alouettes de nos illusions, transpercé de trous qui font mal. La vérité peut-être ?
30 janv. 2017
7,5/10
25 0
Trois femmes aux existences éloignées se retrouvent dans le compartiment d’un train qui les mènera à Destination en passant par Maturité. Il y a Bruna (Gaëlle Lebert), aux longs cheveux noirs, à la féminité impeccable et à la voix des italiennes du Sud dont on se demande parfois si elles sont hommes ou femmes et qui craint la confrontation avec son père à Destination ; il y a Sabine (Sandrine Molaro), dite ça, qui attend un homme qui a « perdu sa mobilité », qui ne viendra pas et préférera se débarrasser d’elle sans même lui parler ; il y a Marie Douceur (Aurélie Boquien), pas si douce que ça, qui, enceinte, peut-être du contrôleur du train, sera hissée dans le compartiment malgré elle. Ces trois-là sont orchestrés par un personnage masculin, Wilhem (David Talbot) tantôt « contrôleur », tantôt « couchettiste », tout dépend de la casquette et du patron.

On suit, tout au long du voyage, le rapprochement de chaque personnage et leurs conversations, où ils nous livrent peu à peu des pans de leur existence, de leurs failles et de leurs attentes.
L’ambiance parfaitement réussie et maîtrisée, au rythme lent et déstructuré, porte la pièce de bout en bout dans une espèce d’interzone où l’auteur, David Talbot, nous entraîne à travers le fil conducteur de la question du genre. Se mêlent alors les genres et les rôles pour ne plus laisser place qu’à une montée de la cruauté et de la folie des personnages. Tout se mélange dans cette pièce et pourtant le train poursuit son chemin jusqu’à Destination, nous emportant de métaphore en métaphore et de symbolisation en symbolisation.

La mise en scène, très ingénieuse, pleine de trouvailles, avec une bande sonore qui fait quasi un quatrième personnage, mêle, elle aussi, les genres et les registres et ne laisse rien au hasard. C’est une mise en scène du détail et de l’infinitésimal.
Le jeu des comédiens, très travaillé, frôle l’excellence et nous embarque ailleurs.
Enfin une pièce innovante à l’humour subtil d’où, même si on ne rit pas à gorge déployée, on sort époustouflé et grandi.
22 nov. 2016
7,5/10
50 0
Une pièce très originale dans sa mise en scène avec des comédiens très efficaces. Les interventions sont parfois surprenantes, parfois drôles, parfois intenses.

De nombreux sens cachés, et de nombreux maux sont exprimés là... "c'est plus profond qu'il n'y parait"...
Une belle surprise pour ma part.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor