top5 (1)

Splendour

Splendour
De Géraldine Maillet
Mis en scène par Catherine Schaub
Avec Elsa Zylberstein
  • Elsa Zylberstein
  • Théâtre de Paris
  • 15, rue Blanche
  • 75009 Paris
  • Trinité (l.12), Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 20,00 à 30,00
Evénement plus programmé pour le moment

29 novembre 1981, Natalie Wood se noya en face de l’île de Santa Catalina tandis que son mari, Robert Wagner, et son amant Christopher Walken, s’enivraient sur le pont d’un bateau nommé « Splendour ». Etait-ce un assassinat, un accident, un suicide ?

Pour la légende du grand cinéma, Natalie Wood fut l’héroïne emblématique de West Side Story et de Splendour in the grass (La Fièvre dans le Sang). C’était aussi une femme fragile, nymphomane, bouleversante de talent et d’intensité.

De la splendeur au drame : telle fut son étrange et tragique destin…

 

Dans cette pièce-opéra tirée de son livre, Géraldine Maillet a choisi de revisiter l’existence de cette actrice à l’instant de sa mort. Flux de pensées, Hollywood et ses mirages, les hommes de passage, les triomphes, la solitude, les petites joies et les grands désespoirs…

Une descente aux Enfers à travers le sexe, l’alcool, le glamour. En passant par le cœur d’une femme glorieuse et perdue.

 

L'unique actrice de Splendour, Elsa Zylberstein, avait été récompensée pour son talent en 2009, lorsqu'elle a gagné le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa prestation dans le film "Il y a longtemps que je t'aime".

Cette pièce a été touchée par le syndrome de la tête d'affiche.

 

685

L'avis de Pierre (rédaction AuBalcon) : Splendour est une pièce pas désagréable mais qui ne m’a fait ni chaud ni froid. Malheureusement, je n'ai pas été entièrement pris par l'histoire de Natalie Wood, actrice américaine au destin tragique.

J'aurais aimé ressentir plus d'empathie, plus d'émotions en la voyant et l’entendant, découvrir une femme plus qu’une star superficielle.
Il est toujours question de faire l'amour avec telle ou telle personnalité, de baiser, de jouir. Ses récits d’aventures -plus ou moins- amoureuses sont accompagnés de trop peu de réflexions sur sa carrière, sa montée en puissance, sa vie. Ou le problème vient-il du fil conducteur trop ténu pour m’y accrocher et me laisser porter ?
J’ai également été gêné par les décors. Ceux-ci font trop penser aux images d'écrans de veille des ordinateurs des années 90.

J'ai tout de même aimé plusieurs passages. Le moment où cette femme, éternelle insatisfaite, se compare à Marylin Monroe comme à un idéal de réussite. Elle essaye de passer du rang de vedette au mythe. C’est également intrigant lorsqu’elle se met à danser dans un accès de folie…

Si vous êtes un admirateur d’Elsa Zylberstein vous passerez un bon moment malgré tout car vous la verrez dans tous ses états. Et quoi de mieux qu’un seul en scène pour découvrir l'étendue de son talent ?

 

Note rapide
5,9/10
pour 8 notes et 7 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
7 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
30 mars 2015
6,5/10
150 0
La vie de Natalie Wood revue et revisitée par Géraldine Maillet. Elsa Zylberstein crée un personnage bouleversant, qu'elle habite avec passion... La mise en scène abuse un peu trop de la vidéo, dans un décor minimaliste...

Mais quel dommage de donner de la star cette image si négative : mauvaise fille, mauvaise mère, mauvaise épouse (même si elle a beaucoup d'excuses !), et actrice plus ou moins ratée, surtout jalouse de la réussite des autres !
Était-ce vraiment cela, Natalie Wood?
26 nov. 2014
4/10
195 0
Splendour, c’est le nom que Richard Wagner a donné au bateau en le débaptisant et changer le nom d’un bateau, ça porte malheur…

Malheur pour Natalie Wood et sa fin tragique, noyée, après une vie particulièrement chaotique et riche en excès en tout genre. Juste antithèse de la célèbre rengaine ‘Amour, gloire et beauté’ ou le coté sombre d’une actrice.

Malheur pour Elsa Zylberstein qui s’est totalement laissée submerger par la psychose de l’actrice qu’elle incarne mais qui se regarde jouer.

Malheur pour le décor 2.0 de la salle Réjane (c’est la seconde fois que ce type d’artifice sert et je ne suis toujours pas convaincue, voir Sahar et Jeremy).

Malheur pour nous, pauvres spectateurs polis, qui ne quittons pas la salle pendant le spectacle (oui, il y a vraiment des malotrus) et regardons Elsa Zylberstein naviguer entre l'hystérie et la nymphomanie…

La pièce dure environ une heure et on aurait préféré explorer d’autres facettes de la vie de Natalie Wood.
16 nov. 2014
4,5/10
174 0
Je rejoins l'avis de Pierre de la rédaction.

C'est trop linéaire dans l'hystérie, du coup, beaucoup de cris et pas assez d'émotion. Je pense que ça vient plus de la mise en scène et de cette partie de vie choisie de Natalie Wood que d'Elsa Zylberstein qui s'investit totalement dans son rôle.

Je ne suis pas rentrée dedans. Pourtant, avec une vie pareille, il y avait de quoi faire en profondeur dans la psychologie du personnage.
13 nov. 2014
7/10
184 0
Elsa Zylberstein est totalement habitée par Nathalie Wood. Totalement submergée par ses émotions, ses travers, elle lui redonne vie et ce n'est pas chose aisée.

La mise en scène la met également bien en valeur car tout est centré sur son jeu. Ce décor bien que dépouillé est habillé uniquement de films vidéo. Ce choix permet de faire plusieurs flash back sur la vie de cette actrice, profondément russe comme elle aimait le déclarer. Je me suis laissée totalement prendre par son interprétation.
6 nov. 2014
7/10
112 1
Dans la salle Réjane du Théâtre de Paris, Elsa Zylberstein plonge dans les eaux troubles du mystère Natalie Wood.

Splendour trace le parcours chaotique d’une idole du cinéma, ravagée par les excès en tout genre et profondément seule. S’attardant sur les derniers instants de la star de West Side Story et Splendour in the grass, la pièce de Géraldine Maillet s’avère habile dans sa construction dramatique, naviguant dans un entre-deux fascinant.

Cependant, bien que l’actrice soit superbement dirigée par Catherine Schaub, la metteur en scène (qui avait déjà signé l’horripilant Ring) se noie dans une utilisation abusive de la vidéo. Loin d’accompagner judicieusement les propos, cet excès gâche l’ensemble du tableau qui aurait mérité un écrin peut-être plus simple.

N’hésitez tout de même pas, l’interprétation de Zylberstein est à tomber par terre !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor