top5 (2)

Palace

Palace
De Jean-Michel Ribes
  • Théâtre de Paris
  • 15, rue Blanche
  • 75009 Paris
  • Trinité (l.12), Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 28,00 à 73,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

D'absurdes petites scènes se suivent et ne se ressemblent pas dans les pièces de ce grand hotel.

 

Cette série télé née en 1988 raconte les histoires du personnel loufoque de l'hôtel et de ses clients parfois mécontents. Valérie Lemercier, François Rollin, François Morel, Valérie Benguigui, Eva Darlan y ont joué. 

"Ni souvenirs, ni nostalgie, simplement l’envie de laisser s’échapper sur scène la folie, le rire et l’émotion de ce Palace qui ne m’a jamais quitté, tout comme ceux avec qui je l’ai inventé."

Jean-Michel Ribes.

Une véritable percée de non-sens à l’audace joyeuse !

 

Jean-Michel Ribes est le directeur du Théâtre du Rond-Point depuis 2001. C'est lui qui a réalisé Palace et qui l'adapte au théâtre.

185

La critique de la rédaction : 7/10. Une comédie à l’humour complètement absurde !

Les mini-scènes s’enchaînent dans le hall de ce Palace. Nous découvrons des personnages extravagants qui chantent, dansent et puis discutent.
Dans ce monde coloré, on peut commander des rêves, retrouver une tongue dans sa soupe, parler de sa richesse sans complexe...

Plusieurs passages sont hilarants. Hélas les « sketchs » sont assez inégaux et le rire laisse parfois la place à l’attente de la prochaine situation amusante.

Les procédés deviennent répétitifs dans la dernière demi-heure.

En tout cas ce spectacle atypique est très bien joué !

Note rapide
Toutes les critiques
3 déc. 2019
8/10
0
Il me semble que Palace est à la télévision ce que Le père Noël est une ordure est au cinéma. On peut le voir et le revoir dix fois et retrouver intacte le même plaisir jubilatoire.

Les représentations ont commencé le 18 septembre au Théâtre de Paris et il ne faut pas vous en priver.

Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gourio ont adapté la série culte pour lui donner un second souffle sur la scène d'un théâtre. C'est réussi parce que ceux qui n'ont pas suivi les épisodes du petit écran ne peuvent pas se douter que cela a existé sous une autre forme.

Certes la caméra permettait de jouer avec les différents plans et sans doute d'oser des effets spéciaux supplémentaires. Il y avait aussi toute une "politique" d'invités qui ajoutait du piquant. Ce Palace a peut-être glissé vers la comédie musicale mais il a conservé son esprit de folie, d'insolence et d'absurdité. L'humour demeure irrévérencieux. Mais la poésie n'est pas absente, notamment dans la scène du bain vapeur.

On y joue, on y chante et on y danse avec fantaisie, humour et néanmoins rigueur parce que les chorégraphies sont très travaillées. Les costumes sont superbes et multiples (250 ont été nécessaires), les coiffures et maquillages irréprochables et les éclairages à la hauteur de la situation.

Le décor nous semble familier. Tout y est, le double escalier majestueux, la porte à tambour, la réception. Les répliques cultes ont été conservées : Appelez-moi le directeur, Je l'aurai, je l'aurai, Soyez palace chez vous.

Je ne sais pas si celle-ci est d'origine mais elle est bien trouvée : l'avenir, je préférais celui d'avant.

Palace était une série télévisée française humoristique en six épisodes de 90 minutes, créée par Jean-Michel Ribes sur le modèle de l'émission italienne Grand Hotel et produite par Christian Fechner. Elle a été diffusée à partir du 29 octobre 1988 sur Canal+, puis en 1989 sur Antenne 2 et rediffusée régulièrement sur Antenne 2, jusqu'en 1992 sur M6, de 1992 à 1998 sur Monte-Carlo TMC, de 1998 à 2001 puis de 2005 à 2011 sur Comédie !, et sur Paris Première depuis 2011.

L'audience a été énorme et ceux qui l'ont suivi se souviennent forcément avec émotion de Valérie Benguigui, Jean Carmet, Darry Cowl, Jacques François, Philippe Khorsand, Jacqueline Maillan, Marcel Philippot, Claude Piéplu pour ne citer que quelques-uns de ceux qui nous ont quitté, selon la formule consacrée.

Jean-Michel Ribes n'a pas rappelé les comédiens qui auraient pu reprendre leur rôle. Je pense à François Rollin, Valérie Lemercier, Ged Marlon, François Morel, Eva Darlan et même Marie-Pierre Casey. Il a fait appel à des comédiens danseurs qui ne font pas oublier les créateurs des rôles mais qui sont véritablement excellents.

Ils déploient l'énergie qui convient pour faire résonner la folie et le rire sur la scène et témoigner qu'il y a une place pour le non-sens au théâtre pourvu qu'il soit finement interprété.

Je me demande néanmoins après coup (et alors que j'ai passé une très bonne soirée) si la venue d'un invité exceptionnel, différent chaque soir, n'ajouterait pas du piquant. J'aimerais bien que Pierre Arditi, Jean-Marie Bigard, Michel Blanc, Alain Chabat, Christian Clavier, André Dussollier, Roland Giraud, Gérard Lanvin, Chantal Lauby ou Dominique Lavanant surgisse le temps d'une scène pour donner à la soirée un caractère exceptionnel, sans que le public ne soit informé du nom du "guest" du jour.

Les musiques sont bien senties. Notre oreille entend souvent une familiarité avec un air connu. Comme à la toute fin avec Parle plus bas de Dalida. Ce n'est en rien gênant, bien au contraire car cela inscrit la pièce dans l'histoire.

C'était un défi. Il est gagné et il fait du bien car le résultat est joyeux, ce qui n'est pas si fréquent au théâtre.
4/10
1
J’ai du me pincer pour croire que j’entendais vraiment ce que j’entendais. Ce n’est pas mon humour (mais est ce l’humour de quelqu’un ?)

L’absurde est du mauvais absurde, le dadaïsme du dadaïsme de pacotille et le politiquement incorrect tombe à plat.
Même la grande scène de prise d’otage des locataires du Palace par les prolos de « guinguette » qui est une idée qui aurait pu fonctionner, fait Plouf.
30 oct. 2019
8/10
1
Un spectacle très divertissant avec beaucoup d'esprit, d'humour, d'absurde. ... On retrouve bien l'esprit de la série télé. .. Je recommande sans hésiter ce spectacle enthousiasmant et qui donne le sourire et de l'énergie.
3 oct. 2019
6/10
4
Vous avez forcément entendu parler de l’adaptation scénique de Palace, et pour cause : le spectacle a été annoncé il y a plus d’un an et les billets sont en vente sur le site du spectacle depuis la saison dernière. Avec pareille communication, on avait droit de s’attendre à quelque chose de grand, et j’y allais avec envie : j’ai même passé mon après-midi à revoir ces épisodes que nous regardions en famille lorsque j’étais petite, et j’étais déjà dans l’ambiance avant même d’entrer dans la salle. Mais le pari de reprendre cette série culte n’est pas entièrement réussi.

Car Palace, c’est avant tout la série télévisée créée par Jean-Michel Ribes, diffusée dès 1988 et accueillant quelques-uns des plus grands acteurs de l’époque. On pouvait en effet y retrouver Jean Carmet, Pierre Arditi, Jacqueline Maillan, mais c’est aussi l’émission qui a lancé la carrière de Valérie Lemercier, inoubliable Lady Palace ! Tournée – comme son nom l’indique – dans un palace, c’est un enchaînement de conversations entre clients riches, ponctués par des séquences régulières, telles que les Brèves de comptoir ou Soyez Palace chez vous !

On ne va pas se mentir, il y a des choses qui fonctionnent, et qui fonctionnent même très bien : et du côté de la forme, notamment, la promesse est tenue. Les intermèdes animés par les grooms sont plutôt réussis et ils n’y sont pas allés à l’économie sur ces parties : ils font vraiment le show ! Chanteurs et danseurs créent l’illusion pendant les changements de décor et c’est plutôt impressionnant ! J’ai même ma petite Madeleine quand résonne pour la première fois la musique de la série. La magie prend. Cependant, j’ai regretté que certaines parties soient en play-back car c’est extrêmement visible et ça gâche l’engouement créé par ces parties live très entraînantes ! Ceci étant, ça permet aussi à certains comédiens qui ne connaissent pas les paroles de se fondre tranquillement dans la masse – mais on ne nommera personne !

Mais c’est plutôt le fond qui m’a posé problème. Pourtant, au début, j’étais vraiment emballée. J’ai beaucoup ri pendant les premières minutes du spectacles. Les sketchs choisis sont courts et entre-coupés de vannes qui s’enchaînent de manière très fluide. Et puis ce sketch au spa plombe un peu l’ambiance. Calme plat dans la salle. Difficile de repartir après ce raté. Le rythme s’empâte un peu. On est moins sur les échanges que sur des enchaînements de sketch. Or les passages choisis, je les connais. Si on peut oublier certains bons mots qui font les beaux jours des brèves de comptoirs et peuvent animer le spectacle sans problème, c’est plus difficile avec une saynète entière. Je les ai en mémoire, incarnés par les comédiens d’alors. Même mis au goût du jour – les migrants font leur apparition dans les discussions des clients – quelque chose ne prend pas. Est-ce la comparaison qui leur nuit, ou est-ce le sketch en lui-même qui a vieilli ? Difficile à dire.

Alors se pose la question : pourquoi donner sur scène cette série chère à nos coeurs ? Le spectacle risque d’avoir du mal à se positionner et à trouver son public : ceux qui connaissaient la série préfèreront ne pas prendre le risque de la voir rendue ici en demi-teinte, et les plus jeunes y verront une proposition vieillotte pas vraiment destinée à leur génération. Alors à ces deux générations-là, je n’ai plus qu’un conseil à donner : la série est disponible sur Youtube, alors faites-vous plaisir !

On a un peu envie de dire : tout ça pour ça…
3 oct. 2019
3/10
3
Un spectacle bien joué par des acteurs presque tous bons même très bons, dans un décor amusant sans être original, mais avec un texte déphasé d'une nulleté déconcertante, d'un humour de caniveau qui ne fait plus rire personne même margot!

Heureusement quelques scènes sont réussies deux ou trois au grand maximum. C'est bien peu pour deux heures de spectacles.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor