top5 (1)

ON VA FAIRE LA COCOTTE

ON VA FAIRE LA COCOTTE
  • Lucernaire
  • 53, rue Notre-Dame-des-Champs
  • 75006 Paris
  • Notre-Dame-des-Champs (l.12)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

AVOIR UN AMANT SANS TROMPER SON MARI

Émilienne, la jeune épouse de Trévelin découvre que son mari la trompe.

Elle décide alors de prendre sa revanche et de devenir pour un soir « une cocotte »… On peut se demander comment Feydeau fait pour demeurer à ce point le chantre de nos folies, pourquoi diable ses pièces, dont on peut maintenant dire qu’elles sont d’un autre siècle, continuent-elles à nous amuser ?

C’est que Feydeau touche à la seule question qui nous taraude inlassablement : la sexualité.

Comment l’image de notre sexualité est-elle passée du libertinage joyeusement subversif du XVIIIe siècle à cet écartèlement entre désirs et ordre moral du XIXe, pour aboutir à la marchandisation consensuelle et consommatrice de notre époque ? Serait-ce qu’à travers toutes ces tentatives de les codifier les rapports entre les sexes aient si peu changés ?

 

 

175

L'AVIS DE LA REDACTION : 8,5/10

J'ai la femme dans le sang !

Après le formidable "Dindon" de Philippe Person cet hiver, Feydeau est à nouveau à l'honneur au théâtre du Lucernaire pour notre plus grand plaisir.
Quand on aime !

Pièce inachevée du maître du vaudeville, c'est encore et toujours l'infidélité qui est le ressort de ce tourbillon désopilant.
Sauf que ....Sauf que cette fois ci, une bonne dose de féminisme, inhabituelle chez l'auteur, vient surprendre et moderniser cet univers que nous apprécions tant.

Emilienne - géniale Caroline Maillard - revendique en effet un droit à l'égalité, et pas seulement une vengeance.
C'est cela qui a interpellé Jean Paul Tribout, le très inspiré metteur en scène de cette réjouissance.

Les femmes sont donc à la fois féminines et en voie de se libérer.
Les hommes résistent comme ils peuvent et s'accrochent à leurs prérogatives "Nous, nous ne vieillissons pas, nous mûrissons".

La scénographie d'Amélie Tribout est absolument sensationnelle, mais chut ! nous vous laissons le plaisir de la découverte.

Joliment accompagnés par l'accordéon de Dario Ivkovic, présent juste ce qu'il faut, les comédiens et comédiennes se régalent et nous régalent.
Claire Mirande est une savoureuse Olympe, Julie Julien une cocotte incarnée.
Quand à Jean Paul Tribout, il est un parfait Alcide, dérouté au milieu de tous ces jupons.

Les costumes de Julia Allegre et les lumières de Philippe Lacombe ajoutent encore à la réussite de ce spectacle où le rythme ne faiblit jamais.

Parfaitement inratable !

Sylvie Tuffier

Note rapide
8,7/10
pour 6 notes et 6 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
6 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
28 avr. 2023
8/10
0
Mise en boites, attention couples fragiles, des hauts et des bas dans la vie de couple, voilà déjà le décor !

Trévelin a bien de la chance, il a une charmante femme qui ne dédaigne pas le devoir conjugal, mais voilà, Monsieur est volage et court le jupon ! Emilienne par un malheureux hasard, découvre son infortune, son amie Olympe elle aussi, est bien désespérée, son jeune mari n’est pas plus fidèle que Trévelin !

Alors les deux femmes décident de se révolter, les demi-mondaines, les grues, les cocottes n’ont qu’à bien se tenir, Emilienne et Olympe partent en guerre, la jolie Blanche, comédienne et « amie » de Trévelin elle aussi commence à voir rouge !

Une comédie drôle et bien menée par le malicieux Jean-Paul Tribout, Caroline Maillard est une piquante et drôle Emilienne, Claire Mirande est une Olympe amusante et déterminée, Julie Julien est une Blanche sexy, le charmant Samuel Charle campe un Thomas bien embarrassé par toutes ces femmes !

Au moins la musique adoucit les mœurs (bien légères…) grâce à Dario Ivkovic.

Une pièce inachevée de Feydeau, la fin est laissée à un autre écrivain, c’est à vous de deviner lequel et vous ne regretterez pas la leçon de drague de ces dames !
26 avr. 2023
9/10
3
C'est la dernière pièce inachevée à la mort de Georges Feydeau que le toujours jeune Jean-Paul Tribout a terminé d'écrire d'une plume légère dans l'esprit de l'auteur. L'adaptation qu'il en a faite est parfaite.

C'est drôle et frais à ravir.

On ne voit pas passer le temps tant le rythme est soutenu.

La mise en scène est explosive dans un décor astucieux fait de caisses de bois transformées en boite à diable où les personnages entrent et ressortent avec une fantaisie acrobatique dans un tourbillon de folie.

Aux côtés de l'espiègle Jean-Paul Tribout la pétillante et pétulante Caroline Maillard mène la danse.

La charmante Claire Mirande, la pulpeuse Julie Julien et le dynamique Samuel Charle complètent la distribution.

Ce délicieux vaudeville est une comédie de mœurs du début du siècle dernier qui fait réfléchir sur la condition féminine de cette époque.

A voir absolument sans tarder !
24 avr. 2023
8,5/10
2
J'ai la femme dans le sang !

Après le formidable "Dindon" de Philippe Person cet hiver, Feydeau est à nouveau à l'honneur au théâtre du Lucernaire pour notre plus grand plaisir.
Quand on aime !

Pièce inachevée du maître du vaudeville, c'est encore et toujours l'infidélité qui est le ressort de ce tourbillon désopilant.
Sauf que ....Sauf que cette fois ci, une bonne dose de féminisme, inhabituelle chez l'auteur, vient surprendre et moderniser cet univers que nous apprécions tant.

Emilienne - géniale Caroline Maillard - revendique en effet un droit à l'égalité, et pas seulement une vengeance.
C'est cela qui a interpellé Jean Paul Tribout, le très inspiré metteur en scène de cette réjouissance.

Les femmes sont donc à la fois féminines et en voie de se libérer.
Les hommes résistent comme ils peuvent et s'accrochent à leurs prérogatives "Nous, nous ne vieillissons pas, nous mûrissons".

La scénographie d'Amélie Tribout est absolument sensationnelle, mais chut ! nous vous laissons le plaisir de la découverte !

Joliment accompagnés par l'accordéon de Dario Ivkovic, présent juste ce qu'il faut, les comédiens et comédiennes se régalent et nous régalent.
Claire Mirande est une savoureuse Olympe, Julie Julien une cocotte incarnée.
Quand à Jean Paul Tribout, il est un parfait Alcide, dérouté au milieu de tous ces jupons.

Les costumes de Julia Allegre et les lumières de Philippe Lacombe ajoutent encore à la réussite de ce spectacle où le rythme ne faiblit jamais.

Parfaitement inratable !
22 avr. 2023
8,5/10
1
Très jolie surprise avec cette pièce inachevée de Feydeau en deux actes de 1913, Jean -Paul Tribout nous offre une adaptation dynamique digne des plus grandes pièces de Feydeau, car oui comme dans toute bonne pièce de boulevard, il y a la terrible mécanique de précision des entrées / sorties des comédiens et des portes qui claquent ! Enfin des portes, il n'y en a pas sur le plateau mais on vous laisse découvrir ce qui les remplacent. C'est astucieux et original à souhait !

C'est donc une comédie avec des maris qui trompent leurs femmes mais pas que... Les femmes sont mises en avant avec talent avec un argument qu'on n'avait pas encore entendu dans les autres pièces de Feydeau.

Jean- Paul Tribout joue Mr Trevelin, bourgeois bien établi qui estime naturel d'avoir une cocotte et que sa femme reste sagement à la maison, il va beaucoup nous faire rire quand il va devoir se justifier sans s'emmêler les pinceaux devant sa femme. Il a pour épouse Emilienne de 20 ans sa cadette, jouée avec force talent par Caroline Maillard, qui s'imagine quelquefois être une 'cocotte', un peu envieuse de la liberté de ces femmes d'un milieu social alors qu'elle est dévouée et dépendante de son cher époux. Son amie Olympe, jouée par Claire Mirande, débarque énervée, elle vient de découvrir que son mari la trompe et par la peine occasion révèle à Emilienne que son cher époux la trompe aussi. Il va y avoir vengeance...

Sur scène, les personnages se croisent ou se cachent selon un rythme soutenu avec moults quiproquos. Le rythme est rapide et maitrisé avec précision, l'effet comique est garanti. L'histoire pétille et les comédiens qui sont tous excellents semblent prendre autant de plaisir que les spectateurs. Dario Ivkovic rythme cette comédie fort plaisante avec un accordéon et cela nous réjouit.

Une belle sortie qui conviendra aussi bien à une soirée entre ami qu'en famille.
22 avr. 2023
9,5/10
1
Un Feydeau bouillonnant et très drôle, au rythme échevelé d’une mise en vie astucieuse, aux délices plein de surprises d’une interprétation d’excellence.

« Émilienne, la jeune épouse de Trévelin découvre que son mari la trompe. Elle décide alors de prendre sa revanche et de devenir pour un soir ’’une cocotte’’ »

Avec cette dernière pièce inachevée de Feydeau dans laquelle une forme de condensé des idées majeures de la dénonciation sociale du grand vaudevilliste resplendit de vigueur et de verve, Jean-Paul Tribout nous gatte. C’est succulent, sa mise en scène très inventive nous ravit.

Toute en beauté façonnée, une construction de caissons figure les espaces de jeu. Même Dario Ivkovic s’y tient debout pour jouer de son accordéon et de sa bonne mine rieuse ! Les personnages vont et viennent, entrent et sortent de ces caisses-refuges ou ces caisses-carcans comme pour figurer les secrets qui s’y cachent avant d’y être surpris ou les pièges dans lesquels elles et ils se trouvent emprisonnés.

Comment ne pas penser au symbolisme que suggère ce dispositif ? Menteries éhontées de la morale bourgeoise, place de relégation faite aux femmes dans le couple et la société, soumission des petites gens au rang des moins que d’autres…

Mais tels ces petits diables qui sortent de leurs boites, chers aux enfants, nous pouvons imaginer sans peine les allusions bienvenues au redressement de situations, aux niques affligées au pouvoir dominant. Quelle belle idée de traverser ainsi de ludique l’écriture de Feydeau qui ne demande que ce type d’écrin à ses sarcasmes et son ironie revancharde et vengeresse.

Car Émilienne, ce n’est pas pour dire, mais elle dépote le cocotier. Elle renverse la table. Elle s’amuse comme une Amazone qui fait la guerre. Elle démontre avant l’heure par la preuve que la femme est l’avenir de son émancipation !

La scénographie de Amélie Tribout, les lumières de Philippe Lacombe, les costumes de Julia Allègre et la musique live de Dario Ivkovic composent une esthétique d’ensemble soignée et cohérente qui donne au spectacle des atours aussi beaux qu’efficaces.

Pour ce savant élan feydolien, un exemple du genre de mon point de vue, il fallait une distribution impeccable, nous l’avons ! Caroline Maillard est tout simplement remarquable dans son incarnation d’Émilienne. Elle compose avec Jean-Paul Tribout, le magnifique Trévelin, un couple crédible et convaincant. Claire Mirande, Julie Julien et Samuel Charle sont eux-aussi criant de vérité et de drôlerie. La sincérité et la clarté des jeux, leur vivacité et leur justesse contribuent à l’interprétation impressionnante de cette troupe très inspirée et qui s’amuse autant que nous. Chapeau bas mesdemoiselles et messieurs !

Un Feydeau mémorable. Une très bonne surprise de la saison. Un spectacle incontournable.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor