Moi et François Mitterrand

Moi et François Mitterrand
De Hervé Le Tellier
Mis en scène par Benjamin Guillard
Avec Olivier Broche
  • Olivier Broche
  • La Pépinière Théâtre
  • 7, rue Louis-le-Grand
  • 75002 Paris
  • Opéra (l.3, l.7, l.8, RER A)
Itinéraire
Billets de 25,00 à 32,00
Evénement plus programmé pour le moment

Je vous prie de croire cher monsieur à l’assurance…

Hervé écrit au Président. En 1983, le secrétariat de Mitterrand lui répond par une lettre type. Mais pour Hervé, une vraie amitié naît. Hervé Le Tellier, membre de l’Oulipo, invente l’histoire d’un homme ordinaire qui refait l’Histoire.

Hervé, homme simple, vient de rompre avec Madeleine. Il a besoin de se confier et c’est au Président de la République qu’il choisit de s’adresser, directement. Nous sommes en 1983, le secrétariat de Mitterrand lui répond par une lettre type : « Vos remarques seront prises en considération… » Mais pour Hervé, une vraie correspondance débute, une amitié naît.

À l’Élysée, sans relâche, il raconte sa vie, ses moments maussades, ses exaltations, ses vacances à Charleville-Mézières. Il prodigue ses conseils. Le Président répond. Irrésistiblement naïf et sincère, Hervé le sait : il est l’ami du Président. C’est l’histoire drôle et poignante d’un type banal, second couteau à vie, qui côtoie – croit-il – les maîtres du monde.

 

200

La critique de la rédaction : 6,5/10. Amusante cette correspondance entre un illuminé et François Mitterrand.

Seul en scène, Olivier Broche joue très bien. Il interprète un homme au look suranné qui nous raconte son histoire empreinte d’Histoire avec passion, vocabulaire et naïveté. Nous rions de sa facilité à se confier sur sa vie sentimentale ou sa santé au Président de la République… dont les réponses sont peu loquaces.

Cet échange épistolaire se moque gentiment de notre tendance à trop compter sur les hommes politiques pour changer nos vies et résoudre tous nos problèmes.

Hélas, j’ai trouvé la redondance entre les différentes scènes un peu lassantes voire frustrantes tant les possibilités de réponses et de rebondissements étaient infinies.

La mise en scène et en lumières rigolotes sont finalement peut être les seules à nous surprendre. Jusqu'à la jolie fin.

À voir si vous appréciez le comique de répétition !

Note rapide
6,3/10
16 pour 16 notes et 14 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
11 critiques
Note de 4 à 7
81%
3 critiques
Note de 8 à 10
19%
Toutes les critiques
1 avr. 2017
5/10
9 0
Sentiment mitigé à la sortie de Moi et François Mitterrand.

C’est l’histoire d’un homme simple, avec des problèmes de cœur, d’emploi, qui s’évade de sa vie en inventant une correspondance avec 4 présidents de la République successifs, lui écrit, le secrétariat lui répond par une lettre type, dont ni le texte ni la signature ne varieront au fil des années.
Ecrire des lettres pleines de non sens, obtenir des réponses, un bel exercice Oulipien (Hervé Le Tellier est membre de l’Ouvroir), on lira avec plaisir les Lettres de Non Motivation de Julien Prévieux sur une variation proche. J’aime bien l’exercice.

Explorer la vie, les sentiments, les soucis d’un homme simple, explorer la façon dont il se construit, pas à pas, une fenêtre ensoleillée, le rêve éveillé qui lui permet de s’imaginer une influence qui n’existe pas, c’est touchant, parfois poignant, et Hervé Broche le rend bien, il donne un être enthousiaste, et transparent, désarçonné devant les tracas de la vie sans jamais perdre son espoir ni son optimisme.

Le mélange des deux… je suis moins fan. Le passage répétitif de l’éternelle même lettre a fini par me lasser, peut-être manquait-il plus de variation dans le temps, peut-être, simplement, le mélange n’est-il pas, au fond, trop fin ?
Bref j’ai savouré la première partie François Mitterrand, apprécié Jacques Chirac, commencé à m’ennuyer à Nicolas Sarkozy.
5 mars 2017
7/10
47 0
Au début était un livre.

Hervé le Tellier, auteur, chroniqueur, membre de l'Oulipo a publié un livre en mars 2016 chez JC Lattès nommé : "Moi et François Mitterrand". Puis le texte est devenu une pièce mise en scène par Benjamin Guillard qui s'ouvre comme une conférence dans un bureau quasi présidentiel. Sur le mur du fond, un grand portrait officiel de François Mitterrand.

Hervé Laugier envoi une carte d'Arcachon au président pour le féliciter de son élection. A sa grande surprise, il va recevoir une lettre de l'Elysée."Je n'en fais pas une affaire d'Etat et n'en tire aucune gloire personnelle, mais à partir de 1983, François Mitterrand et moi avons entretenu une correspondance assidue" A partir de ce jour, il ne va pas arrêter de correspondre avec les présidents pour leur parler de ses problèmes, de son chagrin d'amour, la perte de sa chatte Tchoupette, la précarité de l'emploi...

François répond toujours. En plus, à chaque fois qu'il lui fait part d'un problème, il se résout presque à chaque fois. Il lui en est très reconnaissant ce qui mérite bien une lettre et un peu plus de familiarité. Puis, il a une réponse où il détecte l'"affection" dans le "style inimitable de François".

De François à François
Puis François Mitterrand est parti pour laisser la place à Jacques (Chirac) puis à Nicolas (Sarkozy) et à François (Hollande). Il a toujours continué à leur écrire mais leurs réponses n'étaient pas l'égal de l'écriture mitterrandienne.

Il n'était pas toujours d'accord avec les choix politiques mais c'était important de communiqué avec eux. Hervé était persuadé d'avoir créé une relation particulière avec les présidents. Mais les missives étaient toujours les mêmes, la même réponse bureaucratique. Il est là le ressort comique. Le personnage ne se rend absolument pas compte que c'est la même lettre. Cela le rend à la fois pathétique et très attachant.

Une cohérence dans l'histoire?
Pour montrer les faits, il montre via un rétroprojecteur les courriers qu'ils reçoit et d'autres éléments comme la brochure de Funêtre. Un emploi qu'il a occupé à un moment et il a proposé au président de lui faire un prix pour refaire le double vitrage de l'Elysée.
Et puis, derrière lui un mur avec un rideau rouge sur lesquels sont les portraits officiels des présidents. Bien entendu, ils n'ont pas la même taille et ne sont pas toujours droits. D'ailleurs, c'est souligné grâce à la magnifique lumière qui change aussi selon les lectures.

La vraisemblance se fait surtout grâce au jeu très précis d'Olivier Broche. Ancien membre des Deschiens de Deschamps-Makeïeff, il habite son personnage avec force, fougue et passion. 1h10 seul en scène où il n'arrête pas de courir, de bouger, de se dépenser pour nous convaincre de son histoire. J'ai totalement cru en l'histoire et j'ai apprécié l'absurde de l'échange.

Une pièce de théâtre qui saura surprendre et prêter à sourire en cette période électorale.
28 févr. 2017
7/10
24 0
Un seul en scène comique, touchant et pathétique à la fois.

Formidable interprétation d'Olivier Broche, ancien de la troupe des "Deschiens". Quelle diction et présence! ;-)
Un Monsieur ordinaire et solitaire entretient des années durant une correspondance (imaginaire... juste fantasmée!) avec les Présidents de la République qui se succèdent.
C'est un spectacle fin, intelligent, amusant, qui nous a fait davantage sourire, voire grincer des dents, que nous esclaffer.

Le texte est bien écrit, en finesse. Il est juste dommage qu'il s'essouffle parfois par trop de répétition dans les "ressorts" de l'intrigue.
26 févr. 2017
4/10
19 0
Très répétitif, on a l'impression d'entendre la même blague durant toute la pièce.

Quelques passage drôle mais pas hilarant.

Dans la salle, certains avaient l'air de s'éclater. Mais j'en voyais beaucoup comme moi qui étaient lassés de la seule est unique blague de toute la pièce.

Ce qui est sympa c'est que ce personnage peut vous rappeler des personnes que vous fréquentez : les mythomanes qui se persuadent de leur mensonge.

Je ne recommande pas.
24 févr. 2017
6/10
32 0
L'idée était originale.

Cependant, le côté répétitif de cette pièce, sur lequel se fonde son aspect comique, devient au bout d'un moment lassant.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor