Maya, une voix

Maya, une voix
  • Théâtre Essaïon
  • 6, rue Pierre-au-Lard
  • 75004 Paris
  • Rambuteau (l.11)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

C’est l’histoire d’une petite fille qui, suite à un traumatisme, a perdu sa voix et qui, grâce à une rencontre, va la retrouver. La voix de cette petite fille afro-américaine, c’est celle de Marguerite Annie Johnson, plus connue sous le nom de Maya Angelou.

Mère, artiste et militante aux côtés de Martin Luther King ou encore Malcolm X, Maya a inspiré le monde entier à travers ses poèmes et ses livres.

Elle est aujourd’hui une des femmes les plus emblématiques de notre ère.

Note rapide
8/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
3 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
18 juin 2019
8/10
4 0
C'est l’histoire d’une voix, celle de Marguerite Annie Johnson – plus connue sous le nom de Maya Angelou –, qui est racontée ici. Une voix muette, étouffée par le malheur, qui finalement s’élargit, grandit et enfin jaillit. C’est une voix qui s’élève et qui se fait entendre.

Maya, au théâtre de l’Essaïon, c’est la voix d’Ursuline Kairson, qui interprète l’écrivaine et poétesse américaine. Elle est merveilleusement entourée de quatre autres comédiennes chanteuses dont l’énergie remplit la salle et qui vont interpréter les différents personnages qui ont jalonné la vie de Maya : sa famille, ses employeurs, ses amis…
Cette comédie musicale résulte d’un travail d’équipe longuement mûri, et l’aboutissement est très réussi.

C’est touchant, drôle et prenant, on est captivé par l’histoire intime de ce personnage pourtant si connu.
La mise en scène d’Éric Bouvron est précise, rythmée et très complète. Une jolie manière de découvrir cette poétesse américaine assez peu connue en France.
Une pièce sur l’importance de la parole !
A voir.
14 juin 2019
8/10
1 0
Sur scène, cinq femmes chantent et jouent la vie de la petite Maya. Elle est très complice avec son frère, et tous deux sont ramenés à St Louis, ils vivaient chez leur grand-mère dans une petite ville de l’Arkansas.

Ils retrouvent leur mère, chanteuse dans un cabaret, elle vit avec un autre homme. Celui-ci abusera de la fillette et Maya traumatisée par ce viol et obligée de témoigner contre lui au Tribunal, décidera de ne plus prononcer une parole, croyant que c’est à cause d’elle que Freeman a été retrouvé mort…

Maya, ne parle plus, mais elle est employée comme bonne à tout faire, et puis un jour la rencontre avec Mrs Flower va sans qu’elle s’en doute, changer sa vie.

Elle ne dit pas un mot soit, mais elle lit, et dévore les livres que lui prête cette femme, qui a compris toute l’intelligence et la sensibilité de la jeune fille. Il faut écrire, écrire ce qu’elle ressent. Ses poèmes vont aussi lui attirer les foudres de sa grand-mère mais Mrs Flower veille ! Maya est en route pour la gloire !

Eric Bouvron a mis en scène, de façon ludique et intense, la vie de Maya, Ursuline Kairson est l'interprète idéale, une voix chaleureuse. Les cinq artistes jouent les différents rôles, c’est toujours émouvant, drôle, dynamique.

Bien entendu, Bill Clinton ça me disait quelque chose… mais Maya Angelou rien du tout ! et c’est là l’importance du théâtre, nous faire découvrir des personnes, des vies, des oeuvres.
1 juin 2019
8/10
30 0
Maya, celle qui a dit oui !
A plusieurs reprises, elle a dit ce « mot puissant ».
Dont une restée célèbre outre-atlantique.

Peut-on refuser au nouveau président élu Bill Clinton de lire un poème lors de sa cérémonie d'investiture en 1993 ?
C'est à cette occasion que nous la découvrons, Maya Angelou, née Marguerite Johnson en 1928 à Saint-Louis, Missouri.

A ma grande honte, je dois vous avouer que je ne connaissais pas Miss Angelou, auteure, chanteuse, danseuse, poétesse, puis activiste et militante pour les droits civiques des noirs au pays de l'Oncle Sam, ayant côtoyé Malcom X, ayant coordonné la section new-yorkaise de l'organisation de Martin Luther King.
Shame on me !

Grâce à Eric Bouvron, Molière 2016 du meilleur spectacle privé pour Les cavaliers, d'après Kessel, grâce à Eric Bouvron donc, nous allons faire connaissance avec cette femme engagée.

Et surtout, nous allons découvrir l'enfance de la petite Marguerite.
L'enfance. La période qui fonde ce que vous allez devenir, les années essentielles qui façonnent la personnalité, le caractère.
Et parfois qui engendre un profond traumatisme. (Je n'en dirai pas plus, je vous laisse découvrir...)
Une profonde blessure psychique qui vous rend muet pendant de longs mois.
C'est ce qui nous sera conté. La petite Maya va décider de se réfugier dans le plus total des mutismes.

La voix qui disparaît à cause d'un adulte, la voix qui revient grâce à une autre rencontre, bienveillante, charismatique et permettant la mise en route de la résilience.

On le sait, Eric Bouvron aime voyager. Une nouvelle fois, nous sommes invités à remonter le temps, et à quitter Washington DC pour le Missouri.

Cinq comédiennes-chanteuses vont nous la raconter cette histoire-là. Et de bien jolie manière.
Une histoire musicale.

Parce que toute l'enfance de Maya Angelou a baigné dans la musique.
Celle des champs de coton, celle des premiers standards de jazz, celle des blues aux douze mesures lancinantes, celle que chantaient les prisonniers enchaînés à leur co-détenus des chain-gangs.

Dès le début, nous sommes mis dans le bain.

Les cinq femmes pénètrent sous la voûte en pierre du plateau de l'Essaion et prennent place chacune sur une chaise haute.
Julie Delaurenti donne la pulsation en tapant sur ses cuisses. Avec Tiffany Hofstetter, Audrey Mikondo, Vanessa Dolmen, elles entament une première chanson, les cinq voix résonnent amplement, avec une grande homogénéité.

Et bien entendu, la voix de celle qui va interpréter l'héroïne de ce spectacle.
Ursuline Kairson.
Dont le timbre suave, rond, généreux, dont la tessiture étendue, dont le sens du rythme vont bientôt nous enchanter.

Miss Kairson, née à Chicago, est une authentique Show-woman, qui a participé à de nombreuses comédies musicales, en compagnie de Leonard Berstein, excusez du peu, Mickey Ronney, Cab Calloway.
Chez nous, elle a été la vedette de nombreuses revues au Paradis Latin, avant de revenir à ses premières amours : le Gospel.

Le talent est là, le métier également.
C'est un véritable régal que d'écouter ses interprétations a capella des chansons composées par Nina Forte, et de nombreux standards de blues et de jazz.

Les quatre autres filles, outre chanter elles aussi, interpréteront de nombreux personnages, aussi bien féminins que masculins.
Le procédé fonctionne à la perfection, toutes font en sorte de toujours nous permettre parfaitement de suivre ce qui se déroule sur scène. Nous ne sommes jamais perdus.

C'est un bien joli spectacle musical qui certes permet de découvrir (ce fut donc mon cas) l'existence et la destinée de cette femme militante des droits civiques américains, mais c'est également un spectacle qui parle d'espoir.
Des souffrances vécues, certains parviennent à tirer une volonté, une force et une énergie capables de soulever des montagnes.

Direction le Missouri, avec cette escale à l'Essaïon !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor