• Classique
  • Théâtre 14 Jean-Marie Serreau
  • Paris 14ème

Lucrèce Borgia

Lucrèce Borgia
De Victor Hugo
Mis en scène par Henri Lazarini, Frédérique Lazarini
Avec Frédérique Lazarini
  • Frédérique Lazarini
  • Adrien Vergnes
  • Sandra Emond
  • Clément Héroguer
  • Louis Ferrand
  • Hugo Givort
  • Didier Lesour
  • Fabrice Josso
  • Emmanuel Dechartre
  • Kelvin Le Doze
  • Théâtre 14 Jean-Marie Serreau
  • 20, Avenue Marc Sangnier
  • 75014 Paris
  • Porte de Vanves (l.13)
Itinéraire
Billets à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Dans l’inconscient collectif, Lucrèce Borgia est une créature débauchée, cruelle, incestueuse, sanguinaire, bref, un monstre. Mais tous ceux qui ont écrit sur elle – au cinéma Abel Gance, Christian-Jacque, Walerian Borowczyk – au théâtre Mérimée, Alexandre Dumas, Victor Hugo, ont su tempérer ce portrait terrifiant en la peignant soit comme une amoureuse sincère et désintéressée, soit comme une mère infortunée qui attire la pitié.

Dans le malheur, cette âme difforme retrouve une réelle et lumineuse beauté.

La tragédie grecque n’est pas loin : la pureté du sentiment qu’éprouve Lucrèce la contraint à se taire et cause fatalement sa perte et celle de l’être aimé.

Mais, en fait, la pièce de Victor Hugo relève du pur mélodrame : sentiments exacerbés, situations dramatiques, personnages impétueux, émotions poussées au paroxysme qui depuis le XIX° siècle enchantent le public populaire – le vrai public pour moi. Musset lui-même n’a-t-il pas clamé : « Et vive le mélo où Margot a pleuré » ?

  

Note rapide
6,5/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
1 juil. 2017
6,5/10
48 0
Je ne connaissais pas le théâtre 14 et le fait d'assister à cette pièce m'a permis de le découvrir. J'y allais également car j'avais vu l'année dernière à la Villette l'adaptation par David Bobée de ce texte d'Hugo avec Béatrice Dalle.

Ici, pas de comparaison possible. La mise en scène d'Henri Lazarini est très dépouillée avec des fonds rouge sang et une musique opressante qui accentue l'effet dramatique de ce qui va se jouer. A l'inverse, celle de David Bobée était sombre et noire et le bassin d'eau central avait un rôle important aussi bien au niveau des chorégraphies que dans le déroulé de la pièce. J'avais beaucoup aimé le spectacle de la Villette. J'ai également bien aimé celui d'Henri Lazarini et de sa fille Frédérique. Frédérique Lazarini joue le rôle de Lucrèce. Je l'avais vu dans une autre pièce dans le XXème arrondissement et j'aime la suivre dans ses choix de metteur en scène ou d'actrice. Elle incarne Lucrèce avec toute la fougue qu'on lui connait et sait aussi faire preuve de plus de douceur en particulier face à Gennaro, qui se trouve être son fils dans la vraie vie; Dommage que le reste de la distribution ne soit pas au diapason. Belle interprétation du duc Alfonse d'Este par Emmanuel Dechartre, par ailleurs directeur du Théâtre 14. Je n'ai pas vu le temps passer. C'était l'avant dernière représentation. Et en sortant, le personnage de Lucrèce m'imprégnait encore; J'aime particulièrement ce personnage de Victor Hugo par sa démesure et sa complexité.

Je serai donc moins dure que les autres critiques d'Au Balcon dans la mesure aussi où j'ai vécu à Palaiseau et suivi l'évolution de Frédérique depuis qu'elle est comédienne et participe au sein du théâtre de la Mare au Diable à certaines de leur création dont Baby Doll de Tennessee Williams que j'avais vu la-bas il y a plusieurs années maintenant.
25 juin 2017
6/10
18 0
Cette Lucrèce est assez décevante.

Pour les comédiens : entre la bande de jeunes premiers qui oscille entre le sur jeu et les ânonnements de débutants et une Lucrèce dont la voix varie au niveau de la tonalité d'un chanteur de death métal jusqu'à l'ingénue peu crédible, on a un peu de mal... Heureusement le duc de Ferrare sauve la mise dans la seconde partie de la pièce : Emmanuel Dechartre, le directeur du théâtre 14.

On rajoute à cela, un décor inexistant et une mise en scène réduite à son minimum (alors que la scène d'introduction laissait penser le contraire), on finit par trouver le temps long.
2 juin 2017
7/10
22 0
Quelle déception cette Lucrèce ! Si j'osais j'écrirais qu'elle a "empoisonné" ma soirée !

Mise en scène minimaliste, pas de décor, un fauteuil ou deux, tout est dans les costumes.
Là où ça fâche, c'est le jeu des acteurs. A la limite Dechartre s'en tire mieux que les autres dans le rôle du Duc de Ferrare.

Le texte d'Hugo est là heureusement, mais mal joué ça devient vite patronnage ou amateur.
1h40 on voit hélas le temps qui ne passe pas assez vite !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor