• Classique
  • Comédie Française - Salle Richelieu
  • Paris 1er
top5 (1)

La Puce à l'Oreille

La Puce à l'Oreille
De Georges Feydeau
Mis en scène par Lilo Baur
Avec Serge Bagdassarian
  • Serge Bagdassarian
  • Cécile Brune
  • Jérémy Lopez
  • Nicolas Lormeau
  • Anna Cervinka
  • Élise Lhomeau
  • Alexandre Pavloff
  • Sébastien Pouderoux
  • Thierry Hancisse
  • Comédie Française - Salle Richelieu
  • 2, rue de Richelieu
  • 75001 Paris
  • Palais Royal (l.1, l.7)
Itinéraire
Billets de 15,00 à 50,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Pour sa cinquième mise en scène à la Comédie-Française, Lilo Baur se saisit de « La Puce à l’oreille », pièce rocambolesque de Feydeau qui n’y a pas été montée depuis 1978. Elle rassemble tous les ingrédients qui ont fait la réputation du maître du vaudeville : situations burlesques et quiproquos enchâssés auxquels il ajoute le thème du sosie et un imparable stratagème pour faire disparaître les couples adultères.

« La Puce à l’oreille » signe en 1907 le retour triomphal de Feydeau au vaudeville. D’une construction redoutable assortie d’une incroyable fantaisie, c’est « un feu d’artifice allumé au-dessus d’une fourmilière » comme le souligne la critique de l’époque qui s’emballe également pour l’adresse avec laquelle y est renouvelé le thème du sosie.

L’objet principal de la confusion à venir est un colis ouvert « par mégarde » par l’épouse de M. Chandebise : des bretelles envoyées depuis l’hôtel du Minet-Galant. Piquée, Raymonde se persuade qu’elle est trompée. Elle fait appel à son amie Lucienne pour rédiger une missive donnant rendez-vous à son époux dans ce même hôtel. Bien mal en a pris à la complice car la lettre écrite de sa main tombe dans celles de son propre mari, qui se pense à son tour outragé…

Tous se retrouveront au Minet-Galant où le garçon de l’hôtel, Poche, est un sosie du mari de Raymonde. La Puce à l’oreille exploite plus que jamais d’ingénieuses ressources scéniques : un « escalier de secours » et surtout un stratagème pour faire disparaître à la moindre alerte les couples adultères.

Note rapide
8,7/10
pour 10 notes et 9 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
10%
9 critiques
Note de 8 à 10
90%
Toutes les critiques
2 mars 2020
9/10
0 0
Dans un chalet enneigé des années 60, Raymonde de Chandebise est persuadée que son mari la trompe. Avec l’aide de son amie Lucienne, elle va tenter de démasquer le coupable en organisant un RDV coquin à l’hôtel du Minet-Galant… mais rien ne va bien sûr se passer comme prévu! Car son mari a un sosie… employé de l’hôtel…

Tous les ingrédients du vaudeville sont en place! Des portes qui claquent, des lits qui tournent, des quiproquos et rires en pagaille, le tout dans un rythme échevelé!

C’est parfaitement calé, et derrière la légèreté et les gags, toute la technique de la troupe peut se déployer!

Comédie française La puce à l'oreille cinéma
Quelle distribution en effet! Entre l’excellent Serge Bagdassarian qui passe en un instant du rôle du mari à son sosie (sacré performance en coulisses pour gérer le changement de costume!) avec la même justesse, le drôlissime docteur ( Alexandre Pavloff ) ou encore le neveu affublé d’un tic de prononciation qui ne prononce que les voyelles (Jean Chevalier), tous sont parfaits dans leur rôle.

On ne rit sans doute plus aujourd’hui exactement aux mêmes répliques qu’à la création. Côté misogynie, il y a quand même des choses qui ont bougé, et cela fait du bien d’en rire!

Des scènes très « cinématographiques », une implication des corps, un engagement physique, un Feydeau virevoltant, réglé comme un coucou suisse, qu’il serait dommage de manquer, que vous passiez par Paris, ou par une salle de cinéma!
24 nov. 2019
10/10
4 0
Un décor planté dans les années soixante, des musiques qui surgissent d'une mappemonde-bar, des acteurs virevoltant et savamment orchestrés dans une mise en scène parfaite : cette pièce m'a réjoui.

Je garderai plein de très bons moments en mémoire, peut-être plus que tout cette musicalité qui courre tout au long de la pièce, accentuée par le "phrasé" du cousin (ici il n'est pas un neveu), là par le double jeu de Chandebise (dont la voix se modifie suivant le rôle), par les explosions.

C'est un grand moment que de voir ce spectacle !
11 oct. 2019
10/10
0 0
Attention : Cette pièce est très loufoque. Le jeu des acteurs et décor sont bons.

À voir en urgence.
29 sept. 2019
9,5/10
12 0
De l'importance des portes !

Durant 2h15 d'un rythme endiablé, la Troupe du Français nous embarque sans un seul temps mort dans la folie du maître du Boulevard.

Sur le plateau, dans un décor 60's digne de Blake Edwards, les portes claquent à tout bout de champ, les répliques fusent, les cascades s'enchaînent. Rien de plus difficile à jouer que cette partition là, où chaque frénésie doit être parfaitement chorégraphiée !

Fantastique travail de toute l'équipe, intense travail sur le corps de la part des comédiens ...

D'hilarantes trouvailles renforcent encore le comique des situations, et les rires en cascade qui fusent ne laissent aucun doute :

C'est parfaitement réjouissif !!
28 sept. 2019
10/10
6 0
« La puce à l’oreille » de Georges Feydeau mise en scène par Lilo Baur à la Comédie Française est un pur régal à servir à toute heure !

Quand on respecte l’esprit, les codes et la mécanique de Feydeau, cela fonctionne quelle que soit l’époque et quand il est mis en scène par le génie de Lilo Baur c’est la merveille des merveilles : on jubile devant tant d’inventivité !
Mon Dieu que j’ai aimé cette représentation, cette musicalité jouée par une éblouissante troupe à l’unisson, où tout fonctionne sans la moindre fausse note sur des musiques réjouissantes au son du coucou, tombant par magie aux moments opportuns, de Mich Ochowiak.

Dans Feydeau vous avez toujours la mise en situation comme pour un feu de camp regroupant une bande de copains.
Dans un premier temps vous apportez les brindilles puis les branches pour allumer le feu (acte I), ensuite devant de feu de joie qui étincelle, qui crépite, vous faites la fête (acte II) ; puis vient le moment de se séparer, de mettre en veille le feu, ou tout simplement de l’éteindre (acte III).

C’est exactement ce qui se passe avec « La puce à l’oreille ».
Raymonde Chantebise soupçonne son époux Victor-Emmanuel (cela tombe bien, un clin d’œil pour la Savoie…) de la tromper. Par une belle matinée ensoleillée, elle confie à sa meilleure amie Lucienne Homenidès de Histangua qu’elle a ouvert un colis destiné à son mari et a trouvé une paire de bretelles lui appartenant. C’en est trop, elle doit en avoir le cœur net et par un stratagème, elle organise un rendez-vous dans l’hôtel de Minet-Galant, d’où provient le colis, afin de l’y confondre et savoir avant tout avec qui.

Toute personne cocue, depuis la nuit des temps, veut toujours savoir pourquoi, avec qui et comment.
Georges Feydeau ne déroge pas à la règle et a concocté une comédie où les entrées et les sorties sont réglées comme du papier à musique. Une partition qu’il faut jouer sincèrement si l’on veut que les effets escomptés fassent mouche et c’est admirablement le cas !
Ses répliques acerbes sur cette bourgeoise bien pensante sont intemporelles, elles traversent les siècles sans jamais se démoder.
Il a l’art et la manière de mettre en contact des personnes qui ne devraient pas se rencontrer et entraînent les spectateurs dans un tourbillon de rires. L’avantage pour le public et cela aussi est une raison de son succès, c’est que le spectateur a toujours une longueur d’avance sur le pauvre malheureux qui se fait prendre dans les mailles du filet.
Comme souvent, Feydeau aime apporter de la couleur dans ses personnages avec un accent sud-américain, un accent chantant, jaloux de préférence, et cette fois-ci, il complète cette folie avec un sosie.
Notre Victor-Emmanuel, bourgeois de son état va devoir faire face à son sosie, un pauvre valet de l’hôtel, ivrogne pour pimenter la sauce, au nom de Poche.

Avec tous ces ingrédients, la mayonnaise va vite monter dans les rideaux et telle une locomotive lancée à cent à l’heure va entraîner dans son sillage tous les personnages dans une folie délirante jusqu’à l’issue fatale ou non : à vous de le découvrir.

Dans un décor d’Andrew D Edwards, mis en lumières avec brio par Fabrice Kebour, toujours à l’image de la grandeur du superbe travail des ateliers de la Comédie Française, Lilo Baur a transposé l’action dans les années 60, à la montagne, à la période de Noël, moment festif du regroupement familial et de la réconciliation.
Dès la première scène, je me suis retrouvé en enfance, j’avais l’impression d’assister à un épisode des « Saintes chéries ». Tout y était, les couleurs, les très beaux costumes d’Agnès Falque, confectionnés par les petites mains des ateliers qui font comme toujours un travail remarquable.
Sa mise en scène est irréprochable, rythmée à souhait (2h15 sans entracte : chapeau pour les comédiens !) aidée par Joan Bellviure, tous les comédiens sont excellents, il n’y a pas de « petits » rôles, tous sont mis en valeur, tous ont une présence indispensable au bon déroulement de l’action, tels des engrenages qui s’entraînent les uns les autres sans jamais s’enrayer dans une fluidité parfaite.
Comment ne pas fondre devant cette neige qui tombe sur ce décor amenant son lot de skieurs de fond. Comment ne pas rire aux éclats avec cette scène complètement loufoque de l’hôtel de l’acte II avec sa fanfare ou celle avec le boxeur qui ne parle pas un mot de français. Quelques entorses de Lila Baur qui s’intègrent parfaitement dans l’esprit de Feydeau sans le dénaturer.
Oui, un acte II époustouflant digne de Feydeau porté au sommet de sont art.

Je ne veux pas faire de favoritisme, mais par l’ampleur de leurs rôles respectifs, leurs présences sur scène, forcément on s’attache plus à des personnages que d’autres.
En premier lieu Serge Bagdassarian dans Chantebise et Poche, un comique tout en retenu, un jeu délicat, une opposition entre les deux personnages très juste et savoureuse.
Jérémy Lopez, espiègle à souhait, remporte énormément de succès avec son accent déclenchant les fous rires en cascade. Son jeu très dynamique, accentue le rythme endiablé de la mise en scène.
Le beau brun ténébreux qui fait chavirer le cœur de ses dames, et on les comprend, joué tout en charme par le malicieux Sébastien Pouderoux, entouré par les deux divines ingénues Anna Cervinka et Pauline Clément aux cœurs tendres.
Un docteur qui n’est pas en reste dans son analyse de la santé de ses patients joué coquinement par Alexandre Pavloff.
Sans oublier le neveu Chantebise, au défaut de prononciation jubilatoire, joué par Jean Chevalier.
Complètent cette brillante distribution : Thierry Hancisse, Cécile Brune, Bakary Sangaré, Nicolas Lormeau, Elise Lhomeau, Birane Ba, et les comédiens de l’académie : Camille Seitz, Aksel Carrez, Michaël Pelissier et Nicolas Verdier.

Une puce à l’oreille qui vous réservera beaucoup de surprises et qui vous mettra de bonne humeur, jouée dans le cadre magique de la salle Richelieu de la Comédie Française : à ne pas rater pour l’entretien du bon fonctionnement de vos zygomatiques.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor