Irma rit rose

Irma rit rose
De Irma Rose
Mis en scène par Jean-Claude Cotillard
Avec Irma Rose
  • Irma Rose
  • A la Folie Théatre
  • 6, rue de la Folie-Méricourt
  • 75011 Paris
  • Saint Ambroise (l.9)
Itinéraire
Billets de 17,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

C'est l'été, les vacances. Entre leur mère dépressive, leur grand-mère dépravée et Simone, la Tata Ch'ti, les ados Melchior et Balthazar parlent déjà d'inviter leur pote slameur à Noël.

La grand'mère va prendre les choses en main avec un réveillon sans sapin et sans faux semblants. C'est sûr, Noël va revenir mais avec tout ça, on ne sait pas à quelle heure on bouffera la dinde.

 

"Hé, t'chiot là, j'ai mis d'l'pommade à bronzer là, pis toi tu m'envoies plein d'sable. T'es en train d'm'transformer en escalope panée là. "

Note rapide
7,3/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
25%
3 critiques
Note de 8 à 10
75%
Toutes les critiques
1 avr. 2017
8/10
13 0
Irma rit Rose, c’est d’abord un spectacle truculent, qui enchaine les caricatures et les bons mots sur un rythme échevelé, on suit la vie de Stéphanie, célibataire, celle de son amie Noémie, surtout… voilà Melchior et Balthazar, les enfants, Paul, le mari, Simone, la tante, tout un petit monde qui va converger pour un réveillon fédérateur, avec le pote slameur, la fiancée décérébrée…

Irma Rose donne beaucoup plus que ça, en fait. Avec un trait simple et fin, sans jamais tomber dans l’exagération, sans jamais tomber dans le travers de se moquer pour se moquer, elle analyse le monde dans lequel nous vivons tous les jours. Voilà la novlangue de nos politiciens, qui font dire aux mots le contraire de ce qu’ils signifient. Voilà comment les femmes vivent une mammographie forcément faite par UN radiologue. Voilà la répartition inéquitable des rôles entre les hommes et les femmes. Voilà la diversité dans la société, et comment vivre dans un multi pot qui n’est pas vraiment un melting pot. Voilà deux ados maugréant.
Bien sûr, ces sujets ont déjà été traités. Bien sûr Irma Rose reprend des bons mots déjà entendus, mais que ferait Noémie si elle se disputait avec Paul le soir du réveillon, l’inspiration, c’est aussi la culture.
L’originalité de son spectacle, mis en scène par Jean-Claude Cotillard, son caractère attachant, vient de la façon dont elle donne vie à chacun des personnages (15 personnages, et un chien), elle est Noémie, la mère, elle tourne la tête, elle est Balthazar, le timide, Melchior, le roublard. Une mimique, une position, une voix, on sait qui s’exprime.
C’est un spectacle énergique, qui fait du bien au cœur, on rit, on ne se moque pas (sauf d’Hildegarde, mais on connaît tous l’effet Hildegarde). C’est un spectacle insolent, qui dit les choses comme elles sont, avec une humilité insolente, son coup de projecteur met en évidence, on rit, et on hoche la tête, parce que… ben oui, c’est comme ça. Ou ça serait bien si c’était comme ça. Parce que le slameur africain n’est au fond pas si différent de la tante Ch’ti, avec un phrasé différent, ils osent dire les choses, mettre les pieds dans les plats.
C’est un spectacle familial, fédérateur, j’aurais adoré y emmener Baroudeur, mais le jeudi à 20h30, quand on n’a pas 8 ans, c’est quand même un peu tard.
10 mars 2017
8/10
66 0
Ah ! Ce que ça fait du bien de rire !
Comme c'est bon de se laisser aller et de s'abandonner aux propos souvent hilarants de Irma Rose !
Oui, Irma nous fait rire ! Et pas qu'un peu.

Elle et tous les personnages qu'elle incarne dans son seule-en-scène.
Car il y en a du monde sur scène, pendant cette heure et quart.

C'est Stéphanie qui va ouvrir le feu, et qui sera le fil conducteur de la soirée.
Stéphanie, c'est l'archétype de la blonde un peu (beaucoup) nunuche qui balance ses états d'âme et ses angoisses existentielles.
Enfin.... Existentielles..... Je me comprends.....

Elle va nous inviter à découvrir le registre de langue « Edulc'horrible. » ou l'art de rendre édulcorées les pires monstruosités.
Enfin..... Edulcorées...... Je me comprends....

Vont suivre de vrais caractères plus ou moins déjantés.
Voici la tante, une philosophe ch'ti au franc-parler irrésistible. (Faut-il rappeler que la comédienne a suivi les cours du Conservatoire supérieur d'art dramatique de Lille ? )

Puis, nous faisons la connaissance d'une famille redoutable...
Deux ados jumeaux en admiration pour le slameur Mamadou, venu passer le réveillon de Noël en quasi-sociologue dans une famille babtou.

Car, oui, il va être beaucoup question de Noël, dans ce spectacle.
Notre Stéphanie déteste Noël, et les Père qui vont avec, ceux en plastique crasseux, suspendus au balcon de certaines maisons...
Comble de malheur, nous sommes le 24 décembre...

La galerie des personnages se poursuit.
Le père, Paul, qui refuse d'être appelé par ses jumeaux « Paulo » ou « Daron »...
La mère, à l'accent prout-prout et au tic gestuel irrésistible. (Je vous laisse découvrir, le running-gag est excellent...)
Et Ernest.
Le chien.
Irma Rose peut tout faire. Même les chiens.

Melle Rose a une sacrée vis comica.
Pour dégager, ça dégage ! Pour donner, elle donne !
Et nous, nous recevons son texte très écrit, et cette évidente puissance comique.

Un texte qui fait très souvent mouche : sans avoir l'air d'y toucher, elle pointe d'un doigt accusateur les petites et grandes absurdités de nos sociétés à la fois agitées et modernes.
Toutes ses incarnations disent des choses justes et finalement sensées, toutes les revendications sont justifiées et légitimes.

Avec un grand thème récurent : la répartition on ne peut plus inéquitable des tâches et des conditions de vie hommes/femmes.
Un point culminant qui m'a déclenché un sacré fou-rire : la copine rebeu qui accompagne Simone pour une mammographie, et qui explique au toubib le même concept d'écrabouillement d'une glande appliqué à une « testiculographie »...
Hilarant.

Irma Rose n'a pas son pareil pour les incarner ces personnages. Ils sont drôles, touchants, justes, jamais méchants.
D'un geste, d'une simple position, d'un placement, d'un changement de voix, d'accent, on sait exactement qui s'exprime.

La mise en scène de Jean-Claude Cotillard est à cet égard plus qu'efficace. Nous ne sommes jamais perdus, au milieu de ce tourbillon.

Oui, c'est un tourbillon de rire salutaire qui s'empare de la folie-théâtre, grâce à Melle Rose.
Et par les temps qui courent, ça ne se refuse pas, et ça se déguste !
5 août 2015
9/10
82 0
Sa performance scénique est d'une justesse rare, dans son discours comme dans ses gestes.

Pendant une heure dix, Irma Rose relève le défi d’interpréter seule 12 personnages différents et 1 chien. Et l'on ne s’y perd jamais ! A chaque prise de parole, on reconnaît tout de suite le personnage qu’elle fait intervenir.

Mention spéciale pour Simone, la tata Ch’ti, dont l’accent est imité avec tendresse. Irma Rose provoque un rire franc. Elle plaît cette Irma. Cette jolie Cht'i.
27 juil. 2015
6,5/10
254 0
Avec cette affiche amusante où le visage d'Irma Rose s'affiche de manière drôlement nunuche on ne sait trop à quoi s'attendre en allant voir ce seul en scène. Irma rit rose, c'est un titre qui d'emblée annonce la couleur, loin de toute forme cynique du rire jaune, le spectacle est plutot joyeux, la comédienne pleine de talent virevolte d'un personnage à l'autre avec aisance.

Elle nous narre une réunion de famille entre la tante du nord et son accent ch'ti, la mère en pleine dépression face à un mari qui n'en fiche pas une, les ados nonchalents qui invitent leur pote musulman. Évidemment les esprits se confrontent, et malgré la musique qui arrive un peu trop tôt les engueulades ne tardent pas à éclater.

Bien que sympathique, la pièce ne suscite pas d'intéret ni de grands émois. Le récit rapportant les aléas d'une famille et de ce qu'implique la réunion de ses membres nous rappellent vaguement des points communs avec nos expériences personnelles. Bon, soit, et alors ?
Étrangement, la pièce souffre du format seul en scène, bien que l'interpétation des personnages soit juste, on ressent une certaine frustration à ne pas voir en vrai cette famille et l'on s'ennuie vite d'être limité à la narration d'une seule personne.

Ça reste donc dans l'ensemble une déception pas dramatique mais à éviter tout de même.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor