Fragments de femmes

Fragments de femmes
  • Théâtre de la Contrescarpe
  • 5, rue Blainville
  • 75005 Paris
  • Place Monge (l.7)
Itinéraire
Billets de 4,00 à 20,00
À l'affiche du :
7 septembre 2018 au 3 janvier 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRE
    • 21:30
Réservation de tickets

Trois comédiennes. Vingt-cinq monologues-témoignages. Une infinité de femmes…

Elles parlent d’amour, de leurs envies, de leurs aspirations, de l’enfance, de la famille, de la maladie et de la mort, en un mot : de la vie.

Une sensibilité féminine, parfois drôle, parfois émouvante au service d’une vision universelle et tout simplement humaine.

Note rapide
8/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
25%
3 critiques
Note de 8 à 10
75%
Toutes les critiques
20 sept. 2018
9/10
1 0
Pour bien commencer cette rentrée théâtrale, j'ai décidé de me rendre au Théâtre de la Contrescarpe pour la pièce Fragments de Femmes, que j'avais déjà pu voir lors de la dernière représentation estivale en juillet, et que j'avais tout simplement adoré. Aussi, je profite de cette reprise pour écrire quelques mots au sujet de cette pièce, espérant vous donner l'envie d'aller découvrir à votre tour cette pépite théâtrale.

Sur scène, 3 comédiennes, mais aussi quelques cubes lumineux, et des paires de chaussures... et surtout, 25 tableaux s'enchaînant, en solo, en duo ou en trio, mettant en scène des portraits et points de vue de femmes sensibles, fortes, battantes et courageuses, des moments de vie tantôt drôles tantôt touchants - ou même les deux à la fois.

Tout au long du spectacle, ce sont des femmes anonymes qui défilent et nous parlent de leurs rêves, de leurs envies, de leurs doutes, de leurs amours, de leurs bonheurs mais aussi de leurs peines... dans des situations auxquelles on s'identifie très souvent, des récits sincères et vrais qui nous captivent, et cela avec une écriture intelligente, touchante, tendre, poétique, et dans une mise en scène astucieuse où, dans le public, on se sent concernés et pris dans ces confessions de femmes comme si l'on était leur psy, notamment grâce aux diverses interactions.

Un coup de cœur pour la pièce Fragments de Femmes, écrite par Fabien Le Mouël. Pour prolonger l'instant, le texte de la pièce est également en vente à la sortie. Pour ma part, je me le suis procuré avec plaisir, et notamment pour pouvoir relire certains passages qui me parlaient beaucoup. Mais le mieux est encore de voir le spectacle en live sur scène : alors, n'hésitez pas, et profiter des offres de spectacles dans les salles parisiennes intimistes qui valent vraiment le détour.
2 mai 2018
6,5/10
11 0
J’ai beaucoup aimé ce trio : la blonde Cécile Théodore, la brune Solène Gentric et Alix Schmidt avec son petit air d’Arielle Dombasle. Des femmes très différentes pour raconter parfois la même scène, pour montrer les goûts et les formes mais surtout l’universalité des thèmes et des situations. Ce sont autant de fêlures de femme que d’histoire, et l’on se reconnaîtra certainement dans certains de ces personnages : c’est la magie du théâtre qui opère. Cependant, et ce sera là ma réserve, pourquoi les femmes sont-elles ainsi reléguées à des êtres fragiles ? Les hommes ne le sont-ils pas tout autant ? Et n’y a-t-il que des moments tristes, des moments de défaite et de drame qui valent la peine d’être associés aux femmes ? C’est peut-être parce que je suis jeune et prête aux épreuves que je suis mauvaise spectatrice mais je suis un peu chafouine qu’on me raconte ces brisures comme si c’était le lot des femmes que de souffrir d’amour et de douter.

A quand des fragments d’hommes pour raconter les mêmes combats, les mêmes défis et les mêmes peurs ? Avec la même sensibilité et la même écriture entre humour et profondeur, Fabien Le Mouël pourrait toucher tout aussi juste dans le texte et la matière en serait, à mon avis, autrement plus intéressante.

Pas convaincue par le parti pris mais ravie de l’interprétation charmante de ce trio tout en nuance !
5 avr. 2018
8,5/10
15 0
Voici 25 ‘fragments’ présentés par 3 comédiennes qui proposent des tranches de vie féminines sur des thèmes universels qui peuvent tous nous parler : amour, maladie, famille,... bref la vie ! Oui vous me direz, des spectacles comme ça ; il y en a plusieurs en ce moment à Paris… Et moi-même, je me suis dit on verra si c’est vraiment différent…

Je vous arrête de suite ! Il faut aller voir ce spectacle ! Ce qui fait la différence avec les autres shows reprenant les mêmes thèmes, c’est d’abord la finesse de l’écriture de l’auteur Fabien Le Mouël. L’auteur possède une sensibilité qui permet aux fragments d’osciller avec bonheur entre humour et gravité, entre émotion et drame. Certaines scènes peuvent nous faire croire qu’on parle d’un sujet mais en fait la chute révèle qu’on parle d’autre chose, ainsi j’ai beaucoup apprécié certaines fins qui nous révélaient qu’il y avait un double sens.

Evidemment, même un texte excellent ne se suffit pas, il y a aussi une mise en scène efficace et sobre de François Rimbau qui met en lumière tout le talent des 3 comédiennes.

Parlons-en des comédiennes ! Elles donnent corps aux fragments, passant en un instant du rire aux larmes en restant toujours juste. Elles ont une belle présence sur scène et on sent une chouette complicité entre elles. Et la configuration de la salle des Feux de la Rampe permet une proximité bienvenue avec elles pour partager ces textes.

Il y a Alix Schmidt, la plus récente recrue du trio qui passe sans difficulté du drame au fou rire. Son monologue sur la femme qui parle anglais est ‘absolutely fabulous’ !

Solène Gentric possède un regard qui ‘parle’, elle vous transperce jusqu’au cœur ! Le monologue qui m’a frappé c’est celui qui commence par ‘mon corps se souvient’ un choc pour moi vu comment le texte glisse du souvenir de l’être aimé vers… chut… je ne dirai rien !

Last, but not least : Cécile Théodore qui joue sur un registre plus discret que ses comparses mais qui n’en demeure pas moins efficace.

Dernier point positif, l’affiche que je trouve superbe.
4 avr. 2018
9/10
15 0
Voilà un théâtre qui parle au cœur.
A chaque réplique, le drôle côtoie l’émouvant, le sensible flirte avec le dramatique. « Fragments de Femmes » est une ode à la vie dans tout ce qu’elle peut avoir d’heureux ou de sombre. Une heure dix de poésie brute dans un escarpin de velours.

A l’origine est « Brèves de Femmes », un livre écrit par Fabien Le Mouël, lequel tente l’audacieux exercice, avec son regard masculin, d’utiliser le pronom « elle » pour dépeindre le monde. Lorsque le chemin de l’auteur croise celui de François Rimbau, qui deviendra son metteur en scène, l’idée d’adapter ce texte sur scène sonne comme une évidence. Vingt-cinq monologues-témoignages naîtront de la réinterprétation du livre. Grâce à des mots choisis avec une minutie d'horloger, Fabien Le Mouël parvient à faire de son œuvre de départ un concentré d’émotions.

En restituer toute la force sur les planches pourrait apparaître dès lors comme un idéal impossible à atteindre. Pourtant, François Rimbau y parvient avec une certaine maestria. Empreinte de simplicité et sobriété, la mise en scène est précise et offre un véritable écrin tourné vers la mise en valeur des trois comédiennes : Alix Schmidt, Solène Gentric et Cécile Théodore.

Trois femmes, trois styles, trois talents. Les trois comédiennes ont une belle présence sur scène (et en salle !). Avec naturel et élégance, il ne leur faut pas longtemps pour envoûter le public et faire en sorte qu’il les suive à travers les histoires.
Trois femmes, trois styles, trois talents … mais qui se complètent. Face au jeu puissant et passionné de Solène Gentric (et je ne vous parle pas du regard) répond celui de Cécile Théodore distillant une nuance plus réservée. Quant à Alix Schmidt, elle paraît se promener d’un registre à l’autre passant du rire aux larmes en un claquement de doigts. Transmettre tant de sentiments contradictoires d’un monologue à l’autre pourrait laisser penser qu’il leur est nécessaire de surjouer ou craindre que cela sonne faux. Pas du tout. A aucun moment. Une justesse particulièrement impressionnante. Un sentiment conforté par le caractère intimiste de la salle du théâtre des Feux de la Rampe, laquelle se prête pleinement à ce type d’exercice.

J’aime à penser que le théâtre est là pour véhiculer des émotions, toucher l’âme ou interpeller le spectateur. « Fragments de Femmes » en est une parfaite illustration.

Sans conteste, mon coup de cœur théâtral de ce « début » d’année.
A voir sans hésitation !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor