Don Quichotte

Don Quichotte
De Miguel de Cervantes
Mis en scène par Jérémie Le Louët
  • Théâtre 13-Seine
  • 30, rue du Chevaleret
  • 75013 Paris
  • Bibliothèque François-Mitterrand (l.6, l.14, RER C)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 31,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Alonso Quijano a lu trop de romans de chevalerie.

Il en devient fiévreux et fou. Il change de nom, se fait chevalier errant et part sur les routes, accompagné de son écuyer Sancho Panza, cherchant la gloire et luttant contre l'injustice.

Dans cette quête d’idéal, il confond théâtre et réalité, et devient, jusqu’à la transe, un fanatique de la fiction chevaleresque. 

 

À travers une mise en abyme vertigineuse, les Dramaticules confrontent le rêve et la réalité, l’illusion et la désillusion, l’hommage et la satire...

 

Note rapide
6,8/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
1 oct. 2016
6,5/10
44 0
« Y a‑t‑il un seul d’entre vous qui soit encore capable de se battre pour quelque chose ? » Voilà le dernier cri que pousse l'aventurier à la triste figure au public. Attend t'il une réponse? Il laisse le silence planer. J'ai l'impression de me prendre une claque. Me montre t'il du doigt? Sait-il que mes combats sont vains?

C'est peut-être pour cela que Don Quichotte revient sur le devant de la scène. Longtemps oublié car trop compliqué à créer. On a trouvé l'adaptation au Lucernaire sous le nom de Farce Epique, au théâtre de la Boussole avec Don Quichotte ou presque et actuellement au Théâtre 13 sous le nom simplement de Don Quichotte. La société est dans une période de désenchantement. Les politiques prônent un retour à la sécurité, à la privation de liberté, au cloisonnement de chacun, au renfermement sur soi, au rejet de l'autre. Ils incitent les gens à laisser leurs bas-instincts et éviter surtout de réfléchir. On divise les gens pour mieux diriger. On interdit, on juge, on infiltre des policiers dans les rassemblements, les manifestations... On fait des lois pour au mieux surveiller nos mails, nos sms, nos connections sms....

Don Quichotte alors revient plus fou et en colère sur scène. Il a grandit avec l'esprit des chevaliers, l'idée de justice, d'égalité, de défense des pauvres.... Est-ce fou de vouloir avoir foi dans les hommes? Est-ce stupide de croire que l'on peut favoriser le "mieux vivre ensemble"? Est-ce cela alors de voir des géants lorsqu'il y a des moulins? Est-ce cela de voir des armées lorsqu'ils y a des moutons et des chèvres?

Jérémy Le Louët oublie parfois son personnage mais jamais l'envie d'un monde meilleur le quitte. Il n'hésite pas à ruer dans les brancards du public qui se lève à son ordre pour que tous ensemble soit crié : "Je ne suis pas un mouton". Mais le cri de révolte tourne court car il est interrompu par un prêtre qui nous dit de nous taire et de l'écouter, lui qui a la voie céleste.

Un message bien précis est passé pendant ces deux chaudes heures 15 de spectacle. Ce n'est pas une forme classique qui a été choisie. Le contemporain est passé par là et ainsi tout va partir en vrille. D'un côté des techniciens, sur les côtés les costumes et les décors et au milieu la scène, fond noir avec des indications au sol comme au cinéma. On ne nous cache rien. Le cheval et l'âne sont en bois avec un mécanisme de vélo pour les faire avancer. Les buissons et les rochers sont en cartons. La rivière, un tissu bleu qu'un comédien actionne avec ses mains. La lune est un carton maintenu par un technicien éclairé avec une poursuite. Cela peut sembler étrange comme description mais vous ne savez pas qu'elle est la mise en scène.

Que se passe t'il sur scène? Et bien, il y a une mise en abîme du théâtre où l'histoire de Don Quichotte se mêle à la vie. Tout part dans tous les sens, tout se mélange, tout s'entremêle. Les adaptations cinématographiques ont été légions et cela a inspiré Jérémie Le Louët pour intégré la vidéo. Les plans en noir et blanc très cinématographiques s'intègrent à merveille et ont un rendu splendide. J'adore les gros plans réalisés. Il y a tellement de recherche dans la mise en scène, dans les décors, dans la lumière, dans le son, les costumes... Par exemple, la première scène il y a Don Quichotte avec Sancho Pancha derrière une table avec un micro. Sancho est un avec un tee-shirt de foot, il traduit les questions en espagnol. Mais Don Quichotte/Jérémy répond en français aux questions qui portent autant sur la compagnie, sur sa carrière que sur le personnage. C'est vraiment juste et précis. Cela donne tout de suite le ton de tout ce qui va suivre. Si vous y allez, vous savez ce qui vous attend.

Une pièce qui pousse à réfléchir, à agir ou à lire. Avez-vous envie de monter sur le dos de Rocinante ? Avez-vous envie de combattre des moulins ?
24 sept. 2016
7/10
48 0
J'ai beaucoup aimé le parti pris de l'adaptation entre tradition et modernité.

Spectacle débridé où les idées ne manquent pas avec un plateau toujours en mouvement. Les acteurs sont tous très bons avec une mention spéciale pour la seule femme Dominique Massat. Quelle présence, quelle voix !
19 sept. 2016
7/10
40 0
On n'est plus à Grignan dans le cadre merveilleux du château et en plein air, mais dans un théâtre fermé, certes confortable, en dehors de la chaleur (j'ai enlevé mon pull...) et les fumigènes que je déteste !
Autrement, le spectacle en lui-même, sorte de "monthy Python", c'est bien joué, drôle, inventif, que demandez de mieux ? Une délirante pochade qui a bien fait rire.

2 h c'est quand même un peu long.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor