Comme une pierre qui…

Comme une pierre qui…
De Greil Marcus
Mis en scène par Marie Rémond, Sébastien Pouderoux
  • Comédie Française - Studio Théâtre
  • 99, rue de Rivoli
  • 75001 Paris
  • Louvre-Rivoli (l.1)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

En 1965, Bob Dylan écrit ce qui deviendra l’une des plus grandes chansons rock du xxe siècle, Like a Rolling Stone. Quarante ans plus tard le critique et professeur d'histoire des civilisations Greil Marcus lui consacre, sous le même titre, un livre décryptant la folle aventure de cette composition. À partir de cet ouvrage, Marie Rémond et Sébastien Pouderoux, pensionnaire de la Troupe, font sonner le « bordel joyeux du rock » et s’interrogent sur les ressorts de la création : le doute, l’aléatoire, le mystère et la poésie. « Il y avait dans son comportement quelque chose qui vous mettait au défi de le définir, de le cataloguer et de l’ignorer, et c’était impossible », dit Greil Marcus à propos de Dylan.

« À sa manière de chanter et de bouger, on ne pouvait pas deviner d’où il venait, par où il était passé, ni où il allait – bien que sa façon de bouger et de chanter vous donnât inexplicablement envie d’en savoir plus. » En pleine crise identitaire américaine sur fond de guerre du Vietnam, Dylan semble transformer sa rage en interrogation existentielle, « capable de voir au coeur des choses, la vérité des choses. Non pas métaphoriquement, en fait, mais réellement voir, comme voir dans le métal et le faire fondre, la voir telle qu’elle était avec des mots forts et une lucidité féroce ».

Réalise-t-il alors que ces six minutes trente-quatre de musique changeront définitivement la face du rock ?

Note rapide
8,3/10
pour 5 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
4 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
6 juin 2017
9/10
24 0
How does it feel, how does it feel?
...
To be at the studio theater
Like a complete unknown, see Comme une pierre qui

Super, Génial, Fantastique!
On s'y croirait vraiment dans ce studio d'enregistrement, en ce jour de juin 1965 où naquit le tube planétaire de Bob Dylan '"Like a Rolling stone"".

Une découverte inoubliable, une chanson magnifique, des comédiens musiciens incroyables (ou des musiciens comédiens, je ne saurais dire), une mise en scène remarquable.

"And I'll tell and speak it and think it and breathe it' Bob Dylan
10 sept. 2016
8/10
39 0
Vendredi 18 septembre 2015 – 18h30 – Studio-Théâtre, Paris Ier.
Mercredi 16 juin 1965 – début de matinée – Studio A de Columbia Records, New-York City.
Grâce au talent de Marie Rémond et Sébastien Pouderoux, je viens de faire un saut dans le temps et l’espace. Al Kooper (Christophe Montenez) se trouve à moins d’un mètre de moi. Oeil hagard, teint blafard, l’un des benjamins de la troupe communique son angoisse et son stress, confirmant ici l’étendue de son talent. Il patiente depuis bien plus longtemps que moi, semble-t-il, tellement désireux de faire partie de l’aventure. Tout comme lui, je vais avoir la chance de rencontrer… Bob Dylan « himself ».

Face à Al Kooper, Mike Bloomfield (Stéphane Varupenne) paraît tellement sûr de lui, tellement pro déjà, tellement « dans son élément ». Tellement capable, surtout, d’échanger avec Sébastien Pouderoux qui campe un Bob Dylan totalement autiste.

En plus des trois acteurs déjà cités, Marie Rémond a fait appel à Gabriel Tur, qui était élève-comédien au Français la saison passée, ainsi qu’à Hugues Duchêne, élève-comédien cette année. L’un à la batterie et l’autre au clavier parachèvent l’harmonie du groupe, tant d’un point de vue scénique que musical. Tous les cinq sont coachés de la régie par le producteur Tom Wilson (Gilles David), autre ressort comique du spectacle. Car on rit beaucoup, en visionnant cette session d’enregistrement. Et au final, on regrette que la pièce ne dure qu’une heure : on aurait aimé qu’elle soit proportionnellement aussi longue que le tube qu’elle nous fait revisiter…
26 oct. 2015
8/10
154 0
Une très belle surprise que cette pièce, qui confirme qu'un vent de nouveauté souffle bel et bien sur la Comédie française d'Eric Ruf !

L'ambiance du studio d'enregistrement est parfaitement restituée, avec une utilisation de la scène, de la salle et même de la régie des plus astucieuses.
Le jeu des comédiens est au diapason, avec une mention particulière pour Sébastien Pouderoux en Bob Dylan imprévisible, et Stéphane Varupenne en guitariste blasé qui finit par exploser.

La création musicale tâtonne, se met progressivement en place à mesure que la pièce progresse, et le spectateur retient son souffle lorsque la bonne version de la chanson semble prendre forme sous ses yeux.
Un hymne à la création artistique, au grand talent mais aussi au petit miracle de l'instant providentiel, qui permet de concrétiser d'un coup ce qui s'esquissait jusqu'alors. Un très beau moment.
23 sept. 2015
8/10
122 0
Dylan is Dylan !
Même à la Comédie Française !
Surtout à la Comédie Française, en ce moment, et jusqu'au 25 octobre prochain.

Marie Rémond et Sébastien Pouderoux ont en effet adapté le livre de Greil Marcus, qui revient sur la création en studio de la célébrissime chanson du grand Bob "Like a Rolling Stones".

Pendant une heure, les comédiens français, outre leur talent habituel, nous prouvent qu'ils sont d'excellents musiciens.
Stéphane Varupenne, Christophe Montenez, Gabriel Tur, Hugues Duchêne, Gilles David et Sébastien Pouderoux en personne dans le rôle du folk singer nous emmènent comme si on y était dans le studio A de la Columbia Records assister, le 15 juin 1965, à l'enregistrement du tube.

Les méandres de la création sont semés d'embûches mais également de fou-rires.
Car ce spectacle est très drôle !
Querelles d'égo, "pains" musicaux, incompréhensions mutuelles, coupures de courant et blagues potaches provoquent le rire des spectateurs.

Mais si l'on rit franchement, on ne peut, une fois sorti du Studio-Théâtre, que réfléchir sur la notion de création artistique : qu'est-ce que créer, qu'est- ce que fabriquer du plaisir pour les autres, qu'est-ce que laisser une trace - et quelle trace - dans l'humanité ?
Avec cette petite constatation qui peut paraître assez paradoxale "A quoi ça tient, tout de même !?"

Et puis, cette fabrication d'une "petite " chanson, avec certes au départ un grand texte, mais avec des petites mains pour le mettre en forme dans la douleur et dans le rire, cette fabrication-là n'est-elle pas le symbole de toute création artistique en général et théâtrale en particulier ?

Mention spéciale à Stéphane Varupenne, en band-leader parfois dépassé par les événements, qui prouve une fois de plus l'étendue de son talent et de sa palette de jeu.

Une très très très belle heure de spectacle.
A great Bob story !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor