Casanova, le pardon

Casanova, le pardon
Mis en scène par Jean Louis Tribes
  • Lucernaire
  • 53, rue Notre-Dame-des-Champs
  • 75006 Paris
  • Notre-Dame-des-Champs (l.12)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 35,00
À l'affiche du :
19 juin 2019 au 28 août 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 19:00
Achat de Tickets

Dresde, un soir de l’hiver 1770. L’aventurier séducteur Giacomo Casanova, 45 ans, à la réputation sulfureuse, rend visite à sa mère, la toujours séduisante actrice Zanetta Farussi.

Elevé par sa grand-mère, le célèbre Vénitien s’est toujours senti abandonné et dédaigné par sa ravissante génitrice.

Au cours d’une nuit de tempête, ces deux âmes blessées en quête d’éternel amour, se cherchent, se découvrent, et règlent leurs comptes comme on joue sa fortune sur une table de jeu.

Tandis que planent sur eux la mélancolie des choses finissantes et l’ombre de la mort.

 

Note rapide
5,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
11 juil. 2019
5,5/10
1 0
Un soir de l’hiver 1770, à Dresde, le célèbre Giacomo Casanova, déjà âgé de 45 ans, rend visite à sa mère la comédienne à la réputation sulfureuse Zanetta Farussi, elle-même âgée de 65 ans. Ce n’est pas elle qui l’a élevé mais la grand-mère de celui-ci, il en conçu une certaine amertume. La rencontre de ces deux-là ne peut que provoquer des étincelles et donner lieu à quelques règlements de compte.

Cette rencontre imaginée par Christian Rome entre la mère et le fils est le prétexte à un choc entre deux personnalités fortes. Casanova est connu pour ses frasques et pas seulement amoureuses. Zanetta moins connue du public était une comédienne qui a joué dans de nombreux théâtres européens et connue pour sa beauté.

Pour incarner Zanetta, le choix de Marie-Christine Adam est un choix pertinent. J’apprécie cette comédienne et c’est d’ailleurs son nom qui m’a décidé à venir voir cette pièce au Lucernaire. Par moment, elle s’enflamme quand Zanetta évoque son passé et semble ne pas jouer le texte mais le vivre. La robe rouge qu’elle porte lui confère grâce et une belle allure qui lui sied parfaitement. Face à elle, Alain Sportiello a fort à faire pour nous proposer un Casanova qui nous fasse rêver. N’a pas la prestance du célèbre séducteur, qui veut.

J’ai apprécié l’ambiance feutrée par les lumières de Jacques Rouveyrollis et les décors de Noémie Rocher mais l’histoire est sans surprise, on s’attend à la confrontation, on pressent quel drame se noue et l’intrigue est un peu faible à mon gout ce qui amoindrit l’intérêt pour l’histoire.
Afficher les 2 commentaires
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor