Camille contre Claudel

Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

La plume d’Hélène Zidi se révèle d’une beauté inouïe.

Les mots habillent Camille Claudel aux différents âges de la vie : jeune, elle est entourée de bonheur et d’amour, à l’âge mûr, Camille est nourrie des désillusions d’un amour trahi, vieille femme, elle ressemble à un album de souvenirs couleur sépia.

La narration fleure les émotions romantiques comme les exprimait si subtilement George Sand, des ondes de poésie rimant avec les petits plaisirs simples de la vie façon Colette, des ombres peuplées de turbulence intérieur à la Françoise Sagan.

 

Interprété par l’auteure Hélène Zidi et sa fille Lola Zidi, avec la voix de Gérard Depardieu, Camille contre Claudel est l’histoire d’une femme éperdument amoureuse de la vie; c’est aussi le destin d’une artiste brisée sur les récifs de sa passion pour Rodin…

 

Théâtre du Roi René, Paris

 

Note rapide
9,3/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
4 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
Il y a 13 heures
9,5/10
0 0
Quelle soirée qu'une soirée en la compagnie d'Hélène et Lola Zidi !

Elles font revivre Camille Claudel dans tout ce qu'elle a eu de vivant et de flamboyant, mais aussi dans tout ce qu'elle a connu de sombre. Le spectateur perçoit autant sa joie que sa détresse.

Et parce que ces états psychologiques correspondent à des moments différents de la vie de l'artiste, Hélène Zidi a eu cette idée très juste, non seulement de montrer les deux âges de Camille, mais surtout de la faire dialoguer avec elle-même, en s'appuyant sur la ressemblance physique qu'elle a avec sa propre fille, elle aussi comédienne.

On découvre, très différentes, Camille âgée, à presque 80 ans, internée en asile psychiatrique, assise à cour (on a envie de dire "effondrée") tandis que Camille à vingt ans, jeune et fringante apparait à jardin. Tout semble les opposer. Au fil du spectacle la première rajeunira alors que la seconde vieillira, jusqu'à atteindre un âge d'équilibre où elles apparaitront comme des jumelles.

L'essentiel de ce qu'on sait déjà de la biographie de la sculpteuse est bien entendu repris dans la pièce. L'abandon de sa famille, alors qu'elle manifeste encore de l'affection pour son frère, se plaignant à voix basse : La vie est mal faite mon p'tit Paul. C'est horrible (...) Ton dieu laisse mourir une innocente au sein d'un asile. La violence et l'égoïsme de Rodin. L'enthousiasme de la jeune femme dont on savait qu'elle était surdouée.

Nous sommes sans doute encore nombreux à avoir encore en mémoire le film que Bruno Nuytten a tourné en 1988, et qui fut nominé au Oscar. Gérard Depardieu y interprétait Auguste Rodin. Sa voix lui reste associée et Hélène a eu raison de lui demander d'intervenir dans son spectacle, et c'est une chance qu'il ait accepté généreusement de le faire.

La ressemblance entre la mère et la fille est un atout. Mais plus encore le niveau de leur interprétation. Elles sont chacune Camille et ce qui est le plus touchant c'est de constater l'influence de l'une sur l'autre, si bien qu'à la fin on peut croire assister à un certain apaisement. Camille se serait réconciliée avec elle-même. Elle prend sa revanche et existe à part entière alors que jusque là elle était (trop) sous influence de son maître.

Sa vie est une épopée. Une tragédie. Il est rassurant de l'entendre douter de refaire les choses de la même manière s'il lui était possible de recommencer sa vie. Comme il est juste d'avoir confirmation de notre intuition, que Rodin, qualifié d'odieux personnage, n'aura jamais aimé qu'elle.

On n'oublie pas que rien ne peut se rejouer mais on apprécie d'y croire un moment. C'est en quelque sorte comme si on réhabilitait sa mémoire. Nous sommes dans son atelier et je ne peux m'empêcher de penser à quelques oeuvres que j'ai eu la chance d'admirer de près au musée Soumaya de Mexico, qui abrite la plus belle commotion de sculptures de Rodin au monde.

Etude pour la tête du Destin de l'Age mur, et l'Implorante, de la même composition (1893-1898) qui semble être Camille elle-même ...

Les Causeuses 1894-1896
Chaque scène est émouvante. Camille (jeune) finit par se rendre aux arguments de son homologue (âgée) : Camille, si tu n'es pas vigilante, Rodin s'emparera de ton travail. Elle finit par le reconnaitre : Rodin m'a tout pris, ma jeunesse, et puis mes idées, mon talent (...) Tu avais raison depuis le début Camille, je suis si fière, j'aurais du t'écouter.

Les relations, ou plutôt l'absence de relations, avec sa mère sont clairement établies. En quelque sorte aussi Hélène Zidi réussit à les rendre apaisées et on sort du théâtre avec une certaine sérénité, comme si Camille était totalement lavée et réhabilitée. Le soliloque est devenu un vrai dialogue.

On retiendra le portrait d'une femme qui aura tout sacrifié pour son art, mais cette fois en pleine conscience. Une femme intègre, engagée, qui se sera battue jusqu'à la fin, et non une soumise incarcérée dans un asile.

Elle nous donne une leçon. Puisse-t-elle inspirer d'autres destins, ... que l'on souhaite malgré tout plus heureux.

Après avoir connu un grand succès en Avignon Camille contre Claudel est repris dans le théâtre fondé à Paris par Hélène Zidi, et qui porte le même nom que celui d'Avignon, le Théâtre du Roi René.
Afficher le commentaire
9 déc. 2018
10/10
0 0
Une pièce magnifique sur le destin tragique d’une femme de talent, un génie que personne n’a cru et que l’on a laissé mourir dans l’indifférence générale. Le tout écrit et mis en scène par une femme tout aussi talentueuse que celle dont la pièce parle et interprétée par un due mère-fille magnifique pour interpréter la même personne à 2 moments de sa vie. Simplement bravo.
9 nov. 2018
9/10
6 0
Après un succès mérité à Avignon Hélène et Lola Zidi, mère et fille à la ville et Camille et son double à la scène sont réunies pour jouer au théâtre du Roi René à Paris Camille contre Claudel. Elles nous font revivre le combat d’une vie de cette femme en avance sur son temps qui s’impose dans un milieu d’homme. C’est la sculptrice qui à l’âge de 79 ans se dédouble pour nous faire voyager dans le temps et régler ses comptes avec le passé. C’est une Tragicomédie écrite avec beaucoup de tendresse, d’émotions, d’humour et d’amour. Le texte est ciselé avec précision, délicatesse et virtuosité par Hélène Zidi. La double interprétation de cette artiste, au destin brisée par sa passion pour son Maître, est touchante, criante de vérité et de détresse. Toujours à la recherche de l’amour absolu elle est aussi éperdue de liberté et d’épanouissement artistique. La gravité de la voix off de Gérard Depardieu apporte toute la dureté du personnage de Rodin envers sa muse. Les lumières, le décor, la musique et la chorégraphie mettent en valeur l’excellent jeu des deux brillantes, passionnées et passionnantes comédiennes.

Avec toute leur énergie, leur fougue et leur générosité elles nous offrent un spectacle vivant prenant et incontournable …
28 oct. 2018
8/10
7 0
Hélène Zidi imagine un nouveau contexte qui ne manque pas d’originalité pour nous conter la vie de Camille Claudel. Hélène Zidi donne vie à deux Camille :
*L’une a 20ans, débordante de vitalité, en pleine recherche de création artistique. Une jeune femme amoureuse, ayant succombé au charme de Rodin. Et ne vivant que pour son art et son amour.
*La deuxième est âgée. On retrouve Camille au centre d’aliénés, délaissée par sa famille, ne pouvant plus s’adonner à sa passion, crevant de froid et de faim.
Sur le plateau, quelques sculptures, une table de travail, nous sommes dans l’atelier de Camille.
Nous assistons à la rencontre entre ces deux femmes qui ne sont qu’une. L’ainé avertit et essaie de protéger la benjamine contre les méfaits et les déboires futurs. Mais la jeunesse n’en fait qu’à sa tête depuis que le monde est monde…
Les deux comédiennes sont fusionnelles, on ressent leurs complicités. Leur amour pour Camille est fort et leur révolte grande.
Les deux Camille vont dialoguer, s'aimer, se disputer... Nous parcourons la vie de Camille, ses joies et ses souffrances jusqu'à son anéantissement.
Hélène Zidi nous émeut en interprétant Camille Claudel vieillie, emprisonnée dans cet asile, ayant perdu tout espoir de revivre un jour sa passion, déçue et révoltée contre l’abandon familial et le vol ou le plagiat de son œuvre.
Lola Zidi est séduisante, pleine d’entrain et de jeunesse. C’est une Camille passionnée, insoumise et décidée à réussir sa vie d’artiste et de femme libre.
La voix de Gérard Depardieu profonde et émouvante vient sublimer la pièce.
Bel hommage à Camille Claudel.
Afficher le commentaire
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor