Critiques pour l'événement La Dégustation
13 févr. 2019
8/10
5 0
Voilà une comédie sympathique, sentimentale, drôle, Ivan Calbérac sait créer des personnages forts.

La distribution est excellente, Isabelle Carré est émouvante, Bernard Campan sensible, Mounir Amamra est drôle, on rit de ses réflexions sur la vie, ses systèmes D, Eric Viellard et Olivier Claverie ne sont pas en reste.

Une comédie à voir en couple à la Saint Valentin, et même toute l’année !
10 févr. 2019
10/10
0 0
Un moment de plaisir avec une belle distribution.

Une pièce qui nous charme, émeut et fait rire avec intelligence. Rare aujourd’hui.

Profitons du charme de ces comédiens. A voir très vite pour ressortir du théâtre très heureux.
Bravo.
9 févr. 2019
8/10
3 0
« La dégustation » de et mise en scène par Ivan Calbérac au théâtre de la Renaissance ou comment apprendre à valser.

En effet, cette dégustation à laquelle nous assistons est une valse à trois temps où trois personnages vont apprendre à danser en rythme. On jouera la partition de la valse lente jusqu’à celle de la valse viennoise, valse de l’amour, du bonheur de ne faire plus qu’un les yeux dans les yeux en passant par la valse musette pour nous distraire.
Ils seront en cela guidés par deux autres personnages qui auront leur grain de sel à fournir pour pimenter un peu l’action.

Dans un très beau décor d’Edouard Laug définissant à merveille l’état d’esprit de notre héros joué par Bernard Campan nous allons être témoin, au fil de l’intrigue, de rencontres surprenantes aux secrets douloureux.
Dans cette petite boutique en forme de cave à vin, lieu de passages des initiés, notre caviste à la vie bien réglée et bien tranquille, noyant son passé dans les effluves, va se laisser surprendre par l’arrivée d’une femme bien sous tous rapports, d’une générosité bienveillante envers son prochain, qui sera perturbée par l’irruption d’un jeune chien fou à l’avenir incertain.
Mais ne doit-on pas aider son prochain comme le prodigue la religion ?
Et voilà notre héros embarqué dans une aventure qu’il n’aurait certainement pas imaginée et qui va bouleverser sa vie.
Les deux satellites qui gravitent autour de notre caviste sont son docteur et son voisin libraire, séparé de sa boutique par une très fine cloison ; ce qui permet de précipiter son arrivée dès qu’il entend un bouchon sauter…
Un docteur qui connait toute la vie de son caviste, porteur de bons conseils pour le choix de ses vins. Conseils qu’ils peuvent échanger chacun dans leurs domaines et appliquer quand l’humeur est de la partie.

Une comédie romantique qui nous fait comprendre qu’il faut toujours laisser son cœur ouvert à l’inconnu, inconnu qui peut sauver une existence qui semblerait perdue. Il faut savoir lâcher prise, combattre sa solitude et ses blessures, éviter de fuir sa vie, sa destinée, accepter l’autre : vivre !

Dans une mise en scène rythmée juste ce qu’il faut, Ivan Calbérac laisse libre cours aux émotions que nos deux âmes en égarement vont s’offrir, vont partager.
Bernard Campan, en bougon de service, donne parfaitement le change à cette femme qui est sur le point de finir vieille fille mais qui dans un sursaut voudrait bien changer le cours de sa vie. Isabelle Carré nous donne naturellement avec générosité toute sa palette de comédienne que nous aimons et illumine par la douceur de son jeu le cœur en jachère de notre caviste.
Une très belle complicité qui n’a pas pris une ride depuis leur dernière rencontre.
Beaucoup d’humour dans des dialogues très drôles, même si parfois nous aurions pu faire l’économie de quelques clichés, qui emportent les spectateurs dans des rires salutaires : Isabelle Carré est désopilante dans la scène de la dégustation. Elle est d’une candeur désarmante face à ses partenaires masculins.
Le jeune trublion de cette rencontre est joué par Mounir Amamra, un jeune tout en émerveillement face à ces deux personnalités, qui ne faiblit pas et relance pour notre plus grand plaisir continuellement l’action : le carburant de cette comédie.
Pour donner de l’épaisseur à cette histoire et aux personnages, il fallait deux comédiens rompus à la scène, à la comédie.
Olivier Claverie à la voix chaude, rassurante, d’un calme olympien, temporise la situation et la fait progresser à sa manière. Un clin d’œil généreux qui met en confiance.
Quant à Eric Viellard dans le rôle du libraire dragueur sur le retour, il est cette petite pique qui vient saler, pimenter à ses dépends la rencontre de nos deux « tourtereaux ».

Une comédie qui fait passer une bonne soirée, laissant sur nos visages, en quittant le théâtre, de beaux sourires.
8/10
7 0
... Un spectacle sympathique et chaleureux, Une charmante comédie sentimentale jouée par une distribution au point, entrainée par la brillante Isabelle Carré.
9 févr. 2019
8,5/10
3 0
Tendre et plein d’humour.
Quel bonheur de retrouver sur scène Isabelle Carré toujours aussi émouvante et naturelle en compagnie de Bernard Campan, couple mythique du film « Se souvenir des belles choses » de Zabou Breitman en 2002.
Aujourd’hui nous retrouvons Isabelle carré, Bernard Campan entourés de Mounir Amamra, Eric Vielard et Olivier Claverie chez un caviste pour une succulente dégustation.

Jacques (Bernard Campan) est un caviste célibataire, indépendant quelque peu secret et un peu bourru. Jacques est un grand connaisseur et amateur de vins, son existence tourne autour de sa cave…
Hortense (Isabelle Carré), jeune bourgeoise catholique très engagée, débarque dans son magasin. Elle désire une bonne bouteille pour accompagner le repas hebdomadaire qu’elle offre à ses SDF. Elle a un souvenir succulent du vin de messe mais quel est son non.
Survient un jeune délinquant en liberté conditionnelle Steve (Mounir Amamra). Steve, poursuivi par la police ferme le rideau de fer et demande asile Jacques le tenancier.
Ce sont trois êtres bien différents, ils vont apprendre à se connaitre et créer des liens profonds et solides.
Nous découvrons les secrets douloureux de chacun. Ces secrets qui une fois dévoilés seront plus faciles à vivre et à dépasser.
Hortense de par son dévouement, sa charité chrétienne et son charme convaincra Jacques de s’occuper de Steve.
Steve par sa clairvoyance et sa logique rapprochera Hortense de Jacques…
La dégustation des grands crus n’est pas innocente dans cette intrigue.
Les vapeurs d’alcool dérident les langues et les esprits…

N’oublions pas Eric Viellard qui campe le voisin libraire, vieux beau dragueur qui accourt dès que le bruit du tire -bouchon se fit entendre..
Ainsi Olivier Claverie médecin attitré de Jacques, bon vivant plein d’humour.

Le texte est plein de finesse et d’humour, les jeux de mots et les quiproquos font vraiment rire la salle de bon cœur.
Les personnages sont émouvants, avec leurs faiblesses et leur générosité.
Les comédiens talentueux nous entrainent dans cette attendrissante comédie avec brio. Bravo.
6 févr. 2019
9/10
0 0
Excellente pièce de théâtre !

Nous avons passé une excellente soirée ... les acteurs sont très attachants.
3 févr. 2019
8/10
1 0
Tout est parfait dans cette délicieuse dégustation !

Le duo Bernard Campan / Isabelle Carré est formidable.
Nous avons passé un super moment, drôle et émouvant... et nous verrons notre cave à vin de quartier d'un autre oeil.