Volpone

Volpone
De Ben Jonson
Mis en scène par Carine Montag
Avec Joyce Brunet
  • Joyce Brunet
  • Walter Hotton
  • Jérôme Sétian
  • Arnaud Bruyère
  • Olivier Banse
  • Frédéric Roger
  • Jean Siffermann
  • Martin Verschaeve
  • François Lis
  • Anne-Fanny Kessler
  • Café de la Gare
  • 41, rue du Temple
  • 75014 Paris
  • Hotel de Ville (l.1, l.11)
Itinéraire
Billets de 11,50 à 21,50
À l'affiche du :
16 octobre 2021 au 27 mars 2022
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRE
    • 15:00
Achat de Tickets

Venise, XVIIème siècle. Faire semblant d'agoniser quand on est riche, célibataire et sans héritier ?

Enfin un moyen sûr pour cet homme cynique de recevoir de magnifiques cadeaux ! Mais rira bien qui rira le dernier...

 

Cette comédie grinçante et loufoque du dramaturge anglais Ben Jonson se joue de la soif de l'argent et de la perversion des rapports humains.

 

 

Volpone ou Le Renard fut jouée pour la première fois à Londres en 1606. C’est l'une des comédies les plus brillantes et exubérantes de Ben Jonson, poète et dramaturge dont la réputation fut équivalente à celle de Shakespeare en son temps.

Cette pièce donne libre cours au génie satirique de l’auteur pour montrer les effets de la soif de l'argent, et notamment la perversion des relations entre les individus. Volpone est une farce, une grande farce sur le pouvoir de l'argent, pour lequel les hommes sont prêts à tout donner : leur or, leur honneur, leur femme.

 

L’avis de la rédaction : En pleine nature, dans un cadre atypique, le Théâtre de Verdure est un lieu magnifique, hors norme. Le public est véritablement plongé dans la pièce, dont l’action se joue autour de lui, à 360°.

Tout démarre en présence d’un riche homme et de son valet qui manigancent des plans pour extirper de l’argent à des gens peu scrupuleux. Les jolis décors et leurs costumes nous font immédiatement voyager dans le Venise du XVIIème siècle…

Méchants ou gentils, vénaux, intéressés, les personnages sont toutefois sympathiques, charismatiques. Leurs traits de caractère grossis les rendent très amusants.

Nous avons trouvé cette pièce classique divertissante, idéale pour faire découvrir le théâtre aux enfants. Malheureusement, nous ne l’avons pas découverte en entier. Nous avons subi les aléas du théâtre en plein air, car les acteurs ont été interrompus par l’orage après 50 minutes de représentation.

 

Note rapide
7,5/10
pour 9 notes et 6 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
56%
4 critiques
Note de 8 à 10
44%
Toutes les critiques
1 nov. 2021
8/10
1
Vu au café de la Gare : très plaisant, bien rythmé avec des comédiens qui se font plaisir.
Peu de moyen suffisent à nous faire passer un bon. C'est très appréciable !
Et dire que cette joyeuse satyre est écrite par un contemporain de William Shakespeare et que nous le connaissons à peine.
22 oct. 2021
7,5/10
1
Vu avec beaucoup de plaisir au café de la gare : mise en scène, costumes, intrigues, comédiens, tout est fait pour partager un bon moment autour de ce texte remarquable.
4 sept. 2015
7/10
180
Il est bien normal qu’une pièce de Ben Johnson, ami et rival de Shakespeare soit joué dans son jardin au Bois de Boulogne. Volpone ou le Renard se joue en plein air dans espace à 360°. Direction une satire sociale dans le Venise du 17ème siècle.

Volpone surnommé le Renard est un homme très envié car il possède une très grande fortune et n’a pas de descendance. Il attire la convoitise de beaucoup qui lui offre de très beaux présents en espérant être l’heureux héritier. Aidé par son fidèle et rusé serviteur, Mosca, il feint la mort pour mieux voir les oiseaux de proie. Se succèdent à son chevet l’avocat Voltore, le puissant Corbaccio, le vieux Corvino et la Saumure, femme du monde trop bavarde.

Mosca, va dire à chacun d’entre eux suite à la réception du présent : « Vous êtes l’héritier désigné sur son testament. Vous êtes son préféré ». Il va également déjouer les tentatives de meurtres qu’ils vont subtilement essayer de faire à dose de poison ou d’étouffement. Corbaccio, homme très jaloux et possessif, va même jusqu’à offrir sa douce et tendre épouse qui se refuse à Volpone. Très bien pour elle, pour la peine elle va connaître un pire châtiment en compagnie du fils de Corvino. Rien ne doit se mettre sur le chemin de l’enrichissement de Volpone et Mosca quitte à mentir à un juge. Mais les juges sont-ils des gens plus honnêtes ?

Carine Montag a très bien utilisé l’espace que propose le Jardin Shakespeare en faisant dérouler l’histoire sur les 360°. L’espace principale situé en face des sièges des spectateurs est la chambre de Volpone. Un peu plus devant les buissons deviennent tribunal. A l’opposé, au-dessus des arbustes, une fenêtre imaginaire où apparaît l’épouse de Corbaccio, qui regarde Volpone qui a emprunté l’identité d’un autre pour admirer la belle. Dans les arbustes aux alentours se cachent et cours nos personnages hauts en couleurs qui se rendent d’un endroit à un autre. Un grand espace très bien habité et tout à fait en cohérence avec l’histoire.

Tout comme les costumes d’ailleurs qui sont portés à ravir par les neuf comédiens (Frédéric Roger, Olivier Banse, François Lis ou Emmanuel Guillon, Pascal Lifschutz, Jérôme Sétian, Joyce Brunet, Martin Verschaeve, Jean Siffermann, Anne-Fanny Kessler). Le jeu par contre est assez inégal. Par chance, les rôles principaux de Volpone et Mosca sont très bien interprétés avec fougue et justesse. L’ensemble est très drôle car il montre jusqu’à où l’avidité des hommes peut les pousser. Les jeux de mots et les bonnes piquent se succèdent avec grande élégance pour le plaisir du public qui rit ensemble. Une osmose du bien-être se crée entre tous les inconnus venus s’émerveiller de la magie du théâtre dans un lieu bien particulier.

Un spectacle surprenant et très orchestré par une compagnie qui a le talent du jeu et de la mise en scène. Ce qui fait qu’il est très agréable de voir un classique et de rire de bon cœur.
17 août 2015
8/10
254
L'intrigue se passe à Venise où le riche Volpone, avec l'aide de son valet Mosca, met en scène son futur trépas afin de duper Corbaccio, Voltore et Corvino, et faire croire à chacun d'eux qu'il est le futur héritier des biens de Volpone. Ceux-ci seront tournés en ridicule après moult ruses et grimages, mensonges éhontés et procès rocambolesque, tout comme seront tournés en ridicule l'avarice et l'hypocrisie.

Jolie comédie que celle-ci, d'un auteur moins connu que son contemporain Shakespeare mais tout aussi riche en rebondissements. L'intrigue est rapide, les situations tragi-comiques s'enchaînent et la comédie devient farce virevoltante, entre les comédies de Molière et la Comédia del Arte. Les comédiens s'amusent visiblement comme des fous : bravo à Frédéric Roger en avare délicieusement ridicule et pervers et à Olivier Banse en Mosca rusé et facétieux, tout comme aux autres vautours et corbeaux et avocats verbeux. Je les ai préféré à Joyce Brunet (un poil trop grimaçante Lady Would-Be ?) ou Anne-Fanny Kessler (qui paraît plus fade en femme de Corvino). Mais l'ensemble s'amuse follement, cabotine parfois (aidé par un public plus qu'hilare) en parfaite harmonie.

La mise en scène tire judicieusement profit du lieu – magnifique – du Théâtre de verdure du Shakespeare au Pré Catelan : les spectateurs sont invités à tourner leur chaise au fil des actes et de le représentation à 360°. Les comédiens surgissent des bosquets, se cachent derrière un arbre, se faufilent dans une grotte ou utilisent un muret de lierre en guise de palais de justice (la scène du procès est un grand moment burlesque et a déclenché des éclats de rire).

Bref, si le coté parfois tonitruant est en peu entêtant, le jeu des comédiens, la mise en scène et l'intrigue réjouissante composent un bien joli moment de théâtre, dans un cadre idyllique. A découvrir avec ses enfants, sa grand-mère... qui ne manqueront pas de s'amuser. Ah si, dernière chose : prévoir une petite laine, au cas où, la dernière heure se faisant un poil frisquette.
2 août 2015
8,5/10
247
Dans un lieu magique et inattendu, l'esprit de Shakespeare, Molière et Goldoni survolait cette réjouissante interprétation du théâtre originel : La Comedia dell arte.

La metteur en scène a ajouté au talent des comédiens la douce folie des Monty Python. Mention spéciale pour le tonitruant Volpone et le délirant avocat.

A consommer sans modération...en fonction de la météo.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor