Une Adoration

Une Adoration
  • Théâtre de la Tempête
  • Route du Champ-de-Manœuvre
  • 75012 Paris
  • Château de vincennes (l.1)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

À la mort de Cosmo, célèbre comédien-clown, s’ouvre une improbable audience où comparaissent ceux qui, vivants ou disparus, ont eu part à son destin.

Dans l’entrelacs de leurs témoignages se dessine le portrait d’un homme qui « de mille fils de couleur tissait une vaste tapisserie bariolée » et qui, surtout, servait de réflecteur aux sourdes passions d’un village sans âme et dont émerge, lumineux, l’amour déraisonnable d’Elke, son adoration.

Où est Cosmo ? Dans la multiplicité des voix qui se rapportent à lui. « Où est l’espèce humaine ? Dans les fictions qui la constituent. » 

Note rapide
6,2/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
67%
1 critique
Note de 8 à 10
33%
Toutes les critiques
13 févr. 2018
8,5/10
23 0
Je n'avais pas lu le roman écrit en 2003 par Nancy Huston. Le travail (remarquable) de Laurent Hatat m'a donné envie de me plonger dedans, et même de le lire d'une main, avec dans l'autre, le scénario écrit par le dramaturge.

Une adoration est un roman singulier qui semble avoir été conçu pour devenir une pièce de théâtre. Il s’ouvre sur une tribune où chaque personnage s’adresse à un juge silencieux (le public). Les trois membres d’une famille, Fiona la fille (Jeanne Lazar), Franck le fils (Yann Lesvenan) et Elke la mère (Océane Mozas), expriment les premiers des propos tout en contradiction et en opposition autour d’un mystère : la mort de Cosmo, l’amant de la mère.

Un amoncellement de chaises sur un banc évoquent un troquet des années 50 laissé à l’abandon, probablement le bar où Elke a travaillé. Des images en noir et blanc grésillent dans un vieux poste de télévision sur lequel la mère est assise, impassible. Deux allées jonchées de feuilles mortes se perdent au lointain. Une verrière embuée s'animera tout à l'heure des très belles images de Nicolas Tourte.

La scénographie qu'il a imaginée avec le metteur en scène fonctionne très bien, réussissant à abolir le quatrième mur en faisant quasiment entrer le public dans la construction de l'histoire. Les trois membres de la famille sont habillés (par Martha Romero) dans la même palette de teinte. Pourtant personne n'est d'accord, sinon il n'y aurait pas matière à écriture et les spectateurs sont régulièrement pris à parti. Au yeux de la mère, Cosmo est sublime. Le fils le voit odieux et sa colère est palpable à l'encontre aussi de sa mère, insupportable en objet sexuel. La fille est partagée entre ces deux extrêmes. Elle répète en boucle le mot monotone et s’agace de n’avoir pas de réponse. Le public se sent interpelé. Monotone, j’entends mon automne... et je ne suis sans doute pas la seule puisque les rires courent parmi les spectateurs.

Le crime a déjà eu lieu et l'enjeu de la pièce est double : faire la lumière sur cet assassinat mais aussi sur l'étrange pouvoir d’immortalité que Cosmo confère à ceux qu’il a rencontré et que l'on pointera plus tard dans la soirée. Son portrait se dessine en creux à mesure que chacun des personnages reprend une facette de son caractère, interrogeant les spectateurs en posant des questions fondamentales alors que l'eau coule sur la verrière qui dégouline.

Qu’est-ce que j’ai le droit de dire et de faire ici ?
Où commence et où se termine la vérité d’une histoire comme celle-ci ?

L'allusion à La rose pourpre du Caire de Woody Allen donne envie de dire stop et d’ouvrir le livre de Nancy Houston pour vérifier si cette mention y figure bien. On a compris que la pièce a plusieurs niveaux d’intérêt. Ce qui se trame entre les personnages mais aussi et peut être surtout ce qui se joue entre la scène et la salle. Les dialogues sont percutants. Et souvent empreints d'humour. C'est un régal.

C’est une histoire vraie je vous le jure (sauf que tout a changé).
C’est de vous qu’ils dépendent pour exister.
C’est important faites attention (oui c’est juste et on ne peut qu'approuver).
Ce qui se passe dans la tête est réel aussi (là encore on est d'accord avec la mère).

Les arbres bougent sous la verrière dans une parfaite illusion d’optique. Le couteau intervient enfin (et ce n'est pas un canif). Désigné comme l’ami pointu il est l’arme du crime.

Ça vous fait quoi qu’on déballe ici toutes nos salades ? dit Franck. Vous c’est commode votre silence. C’est aussi les règles du jeu.

Pour Laurent Hatat, nous sommes tous des romans ambulants, foisonnant de personnages principaux et secondaires, ponctués par des ellipses, des moments de suspens et de drames, de longues descriptions ennuyeuses, des apogées et des dénouements.

Il réussit à faire entendre la voix de chaque personnage, être vivant ou objet, et aussi celle de la romancière qui apparait sous les traits de la femme dite inconnue (Emma Gustafsson) toute vêtue de rouge. Une adoration est un grand moment de théâtre.

Laurent Hatat a suivi des études en France et en Allemagne avant de créer sa compagnie en 1999 Anima Motrix, ce qui signifie à bon escient les esprits du mouvement. Sa douzaine de mises en scène alternent les grandes et petites formes, les textes contemporains et plus anciens, avec à chaque fois que c'est possible une adaptation personnelle.

A noter qu'une "boite "a été installée dans le hall où vous pourrez entrer pour vous photographier gratuitement ... On en reparlera.
12 févr. 2018
5/10
2 0
J'aime beaucoup ce lieu où la programmation est généralement bonne.
Cependant, je reste mitigée sur cette pièce.
Pour ma part, le théâtre, les spectacles ou le cinéma, doivent m'émouvoir, m'émerveiller. Je n'ai pas ressenti d'émotion...
Le décor est beau, chaleureux, les comédiens sont bons, justes, mais j'ai trouvé la mise en scène compliquée et j'ai été perdu toute la première partie.
Je connais cet auteure Nancy Huston que j'apprécie, pas ce livre. Je suis donc curieuse de le lire pour me faire une idée du choix de cette mise en scène.
20 janv. 2018
5/10
31 0
Des chaises de bar accumulées en vrac, près d'un banc, un vieux téléviseur année 60 qui diffuse le même programme, une femme assise dessus. Puis surgit de l'amas de chaises, une jeune fille, elle interpelle sa mère, puis nous aussi, et si on ne dit pas "Stop" elle continue sa litanie monotone...
Puis survient un jeune homme, le fils, puis une autre femme et ça discute beaucoup sur un dénommé Cosmo, clown de son état et amant de Elke la mère des enfants.
On m'avait beaucoup parlé de l'auteure, je ne connaissais pas, je vais tenter de lire un de ces ouvrages.
Enfin ça cause beaucoup, ça n'en finit plus, ça dure 1h30 Ouf !

On s'ennuie ferme et ça baille beaucoup.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor