Un Espoir

Un Espoir
  • Théâtre de L'Athénée - Louis Jouvet
  • Square de l'Opéra Louis-Jouvet - 7 rue Boudreau
  • 75009 Paris
  • L 3-7-8 Opéra
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Votre passé vous appartient-il... ou est-ce vous qui appartenez à votre passé ?

Une pièce sur notre relation la plus sacrée - celle que nous avons avec notre mère.

UN ESPOIR met en avant le triangle formé par la mère biologique, la mère adoptive et l’enfant partagé entre ces deux femmes.
L’expérience de l’adoption est à la fois bénie et maudite mais le résultat est toujours inoubliable.
De la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à la révolution sexuelle, la société imposait que les enfants nés hors mariage soient adoptés. Était-ce vraiment pour le bien de l’enfant ?
L’adoption est généralement abordée du point de vue de la mère biologique, qui abandonne, ou de la mère adoptive. UN ESPOIR nous emmène dans la psychée de l’enfant.
Le tiraillement, la perte et la peur conduisent les trois personnages en territoire inconnu.
Le voyage est mystérieux, choquant, cruel et émotionnellement tendre.

Note rapide
9/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
18 mars 2020
9/10
18
Harpie c’est le nom que s’est donnée la femme qui nous raconte son parcours, sa vie pour le moment c’est survivre et faire les poubelles, elle a abandonné sa fille, celle-ci a été adoptée par Minette.

Minette ? joli nom pour une couturière, elle crée des robes assez voyantes, elle est coquette, amusante, et bien sûr se dispute avec sa fille adoptive, Deirdre. Minette cout en écoutant les Beatles ou les Stones, elle a une vie privée un peu compliqué, divorcée, avec son mari elle avait adopté Deirdre, mais le couple n’a pas résisté.

Deirdre, adolescente rebelle, sa peur, c’est que son père ne l’aime plus… sa mère biologique tente de la retrouver, lui parler, lui expliquer, mais Minette ne l’entend pas de cette oreille, elle a peur des retrouvailles…

L’amour est présent dans cette histoire, peur de perdre l’amour de l’une, ne pas savoir aimer, être aimée, difficulté de vivre ensemble.

Une histoire de femmes, une histoire d’adoption, superbement interprétée. J’ai rarement été aussi convaincue par le jeu des comédiennes, la mise en scène de l’auteure Wendy Beckett y est sans doute pour beaucoup, une ambiance, une écriture vive, drôle, intense, et émouvante.
13 mars 2020
8,5/10
10
Un grand cru, cet entre-deux mères !

Pas facile d'être mère.

Aucune école, aucune formation diplômante, aucune université n'apprend à devenir mère.
Chaque mère doit se débrouiller toute seule, glaner ici et là des conseils, des informations, des tuyaux dans des livres ou auprès de ses sœurs en maternité.

Souvent, tout ceci fonctionne.
Mais parfois, le logiciel maternel connaît des bugs. Et ce, pour de multiples raisons.

C'est ce qui est arrivé à Harpie.
Une femme qui a décidé de changer de prénom, après avoir abandonné sa fille dans un train.

La Harpie, une tête de femme sur un corps d'oiseau.
Les plumes noires, nous les voyons sur le manteau de ce personnage qui rôde autour du foyer de Minette et Deidre.

Nous n'allons pas tarder à comprendre qui est Minette pour Deidre.

Wendy Beckett a écrit cette belle pièce pour trois comédiennes.
Le sujet est périlleux.
Une fille tiraillée entre ses deux mamans : la maman biologique et la maman d'adoption.

Périlleux, parce qu'il serait très facile de verser dans la mièvrerie et le pathos de mauvais aloi.
Ici, il n'en est absolument rien.

Le texte de Miss Beckett, finement traduit par Dominique Hollier, nous raconte cette histoire de façon presque brute, quasiment de façon sociologique, sans jamais vouloir nous apitoyer sur qui que ce soit.
Ici, il n'est pas question de plaindre tel ou tel personnage, ni de porter un quelconque jugement.
Seuls les liens de la relation mère-fille seront subtilement exposés durant les quelque quatre-vingt minutes que dure la pièce.

Avec pour objectif de nous faire réfléchir sur les tenants et les aboutissants de l'adoption.
Tous les points de vue seront respectables, dans ce qui nous sera exposé.

Le texte. Et puis les comédiennes.
Il fallait trois actrices capables de nous faire vivre cette histoire sans donner dans le côté larmoyant.
Là encore, c'est pleinement le cas.

Le trio constitué par Hélène Babu, Christine Gagnepain et Rebecca Williams fonctionne à la perfection.

Hélène Babu, en mère couturière (Oh pardon ! Designer de mode, pas couturière...), sorte de cougar blonde obnubilée par les apparences, tentant de gommer l'irréparable outrage des années passées, portée sur la boisson, Hélène Babu est irréprochable.

A aucun moment, elle ne verse dans la caricature. Bien au contraire. Elle donne une réelle épaisseur à cette femme qui a subi bien des coups du sort. (Je ne développe volontairement pas...)
La comédienne nous fait parfaitement ressentir l'ambivalence de cette femme, pour qui nous avons à la fois de l'empathie et de la répulsion. Et puis, nous ressentons complètement sa peur de perdre sa fille.
C'est une composition épatante.

Tout comme celle de Rebecca Williams, qui incarne la fille de dix-sept ans.
Là encore, la comédienne est totalement crédible, elle qui nous fait partager le tiraillement de cette adolescente envers ses deux mères.

Harpie est interprété par Christine Gagnepain.
Le personnage est dans un premier temps assez mystérieux, symbolisé par une harpe projetée sur un rideau de tulle à cour.
Melle Gagnepain nous distille délicatement et progressivement les informations successives qui vont nous faire comprendre qui est cette femme vêtue de noir.
Souvent un côté poétique pointe dans son discours, qui tranche avec le côté un peu sociologique évoqué plus haut.
La comédienne nous propose elle aussi une bien belle composition.

Cette pièce est par ailleurs magnifique sur le plan visuel et sonore.

La scénographie de Halcyon Pratt, qui permet d'ouvrir le tout petit plateau de la salle Christian-Bérard est très réussie. Même de fausses prises électriques sont installées sur les plinthes. C'est vous dire le souci du détail !

Formidables également les nombreux costumes de Sylvie Skinazi, dans un style et une gamme de couleurs souvent très flashy fin des années 60.

Il me faut également mentionner la création musicale de Felicity Wilcox et le subtil design sonore de Mehdi Bourayou, que les habitués de ce site connaissent bien.

C'est donc un intense et bien beau moment de théâtre qui vous attend à l'Athénée-Louis Jouvet.
D'autant que cette pièce donne immanquablement envie d'imaginer le destin de ces trois femmes après que le noir final ait assombri la salle.
Une vraie réussite !
Afficher le commentaire
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor