Sonate d'automne

Sonate d'automne
  • Théâtre Hébertot
  • 78, boulevard des Batignolles
  • 75017 Paris
  • Rome (l.2)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Une mère, une fille, le temps, une lettre, un espoir, le temps, l'attente, sept ans, l'après… Un chef d'œuvre : Sonate d'automne; Un nom : Ingmar Bergman.

Charlotte, pianiste de renommée internationale, parcourt le monde et enchaîne les concerts.

Sa fille Eva, au contraire, vit isolée dans un presbytère avec son mari pasteur et sa sœur malade.

Cela va bientôt faire 7 ans qu'elles ne se sont pas vues. Très rapidement, les rapports se tendent. Le temps d'une nuit, chacune livre à l'autre sa propre vérité. Leur espoir de renouer est-il vain ? Ne cesse-t-on jamais d'être mère et fille ?

L'univers Bergmanien nous emporte dans un huis clos, loin du conte de fées, pris au piège dans un texte où les mots donnent naissance au passé, sacrifient le présent et laissent le futur au néant.

15

L'AVIS DE LA REDACTION : 9/10

Ton absence n'est que ténèbres !

Courrez sans tarder au studio Hébertot applaudir cette magnifique adaptation du chef d'oeuvre de Bergman.

Par les Amochés, jeune troupe qui possède indiscutablement de multiples talents : écriture, mise en scène, interprétation ....tout est là pour faire de ce spectacle un succès.

Il faut oser s'attaquer à ce combat déchirant entre une mère et sa fille, et faire oublier les immenses comédiennes qui l'ont immortalisé à l'écran.

Le pari est plus que réussi !

Le texte tout d'abord, recentré sur l'essentiel, nous embarque dès les premiers mots.

La mise en scène de Marie Venturi, avec très peu, et c'est cela qui est fort, illustre et souligne parfaitement l'atmosphère de malaise, puis de douleur qui éclate entre les protagonistes.
Les silences et les lenteurs, signatures du maître suédois, sont parfaitement orchestrés et maitrisés.

C''est Yann Guénon qui ouvre le bal, mari aimant et indulgent, formidable de douceur et de naturel.
Il est le parfait contrepoint de ces trois rôles de femmes dont l'intensité ne fait que croître au fil des heures.
Marie Venturi est la fille ainée, celle qui souffre. La comédienne est toute en retenue puis sa douleur déborde et tous ces moments qu'elle nous offre sont magnifiques.
Béatrice Hallouët quant à elle endosse avec beaucoup de justesse le rôle difficile de cette mère incapable de faire face, celle qui fuit, mais aussi celle qui souffre. Là aussi la comédienne réussit à montrer toute la complexité du personnage.
Et puis il y a Héléna, la petite soeur handicapée, rôle terrible dans lequel Maïwenn Lohéac est vraiment impressionnante.

Pas une seconde nous ne décrochons de ce huis clos dans lequel les mots claquent comme des poignards.

La preuve que dans les petites salles aussi il y a de grands spectacles !

Sylvie Tuffier

 

Note rapide
9/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
8 avr. 2024
9/10
3
Ton absence n'est que ténèbres !

Courrez sans tarder au studio Hébertot applaudir cette magnifique adaptation du chef d'oeuvre de Bergman.

Par les Amochés, jeune troupe qui possède indiscutablement de multiples talents : écriture, mise en scène, interprétation ....tout est là pour faire de ce spectacle un succès.

Il faut oser s'attaquer à ce combat déchirant entre une mère et sa fille, et faire oublier les immenses comédiennes qui l'ont immortalisé à l'écran.

Le pari est plus que réussi !

Le texte tout d'abord, recentré sur l'essentiel, nous embarque dès les premiers mots.

La mise en scène de Marie Venturi, avec très peu, et c'est cela qui est fort, illustre et souligne parfaitement l'atmosphère de malaise, puis de douleur qui éclate entre les protagonistes.
Les silences et les lenteurs, signatures du maître suédois, sont parfaitement orchestrés et maitrisés.

C''est Yann Guénon qui ouvre le bal, mari aimant et indulgent, formidable de douceur et de naturel.
Il est le parfait contrepoint de ces trois rôles de femmes dont l'intensité ne fait que croître au fil des heures.
Marie Venturi est la fille ainée, celle qui souffre. La comédienne est toute en retenue puis sa douleur déborde et tous ces moments qu'elle nous offre sont magnifiques.
Béatrice Hallouët quant à elle endosse avec beaucoup de justesse le rôle difficile de cette mère incapable de faire face, celle qui fuit, mais aussi celle qui souffre. Là aussi la comédienne réussit à montrer toute la complexité du personnage.
Et puis il y a Héléna, la petite soeur handicapée, rôle terrible dans lequel Maïwenn Lohéac est vraiment impressionnante.

Pas une seconde nous ne décrochons de ce huis clos dans lequel les mots claquent comme des poignards.

La preuve que dans les petites salles aussi il y a de grands spectacles !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor