Opening night

Opening night
Mis en scène par Cyril Teste
  • Théâtre des Bouffes du Nord
  • 37 bis, boulevard de la Chapelle
  • 75010 Paris
Itinéraire
Billets de 20,00 à 35,00
À l'affiche du :
3 mai 2019 au 26 mai 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
Achat de Tickets

Un soir après le spectacle, du côté de l'entrée des artistes, une toute jeune fille attend parmi la foule des chasseurs d'autographes. Elle a dix-sept ans à peine. Elle s'appelle Nancy.

Lorsque la grande actrice Myrtle Gordon franchit enfin le seuil du théâtre, Nancy se précipite, tombe à ses genoux.

Inlassablement, elle lui répète « Je vous aime, je vous aime ». Myrtle est touchée par sa passion, sa fraîcheur, sa beauté. Voit-elle en son admiratrice une image d’elle toute jeune ? L’instant d’après, Nancy est renversée par une voiture sous les yeux de son idole. Elle est tuée sur le coup...

Note rapide
9/10
pour 5 notes et 4 critiques
1 critique
Note de 1 à 3
20%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
3 critiques
Note de 8 à 10
80%
Toutes les critiques
7 mai 2019
0,5/10
0 1
A quelques pas de la Porte de la Chapelle, où des grappes de migrants squattent les escaliers du métro, acteurs anonymes de vies et de traversées difficiles, se joue Opening Night, aux Bouffes du Nord. Le contraste est saisissant entre ce spectacle, qui n'exprime rien que la vacuité des êtres, et ces visages de l'errance à quelques mètres...
Cyril Teste montre l'inconsistance et l'impuissance du metteur en scène et de sa comédienne fétiche (jouée par Isabelle Adjani) par l'inconsistance. Rien ne nous est épargné dans ce spectacle qui dégage un vide abyssal, un ennui mortel : les va-et-vient dans les coulisses, l'apparition narcissique du metteur en scène à tout propos. Isabelle Adjani semble perdue dans le non-rôle d'une femme affligée par l'accident mortel de l'une de ses admiratrices. Elle ne semble pas comprendre ce qu'elle doit exprimer en vain, puisque là n'est pas le propos. Le propos semble être le vide du metteur en scène lui-même qui se filme comme il filme d'une façon maladroite, les comédiens. La vidéo ne sauve pas de l'échec et du manque d'inspiration, hélas !
4 mai 2019
9/10
3 0
Nous connaissions déjà l’OTNI, l’Objet Théâtral Non Identifié mais avec Opening Night nous découvrons l’OTE, l’Objet Théâtral Evolutif.

Oui vous avez bien lu : évolutif ! La pièce change en permanence selon les idées qui viennent au talentueux metteur en scène Cyril Teste (Souvenez-vous d’Hamlet à l’Opéra-Comique il y a peu) ou à son équipe le Collectif MxM.

Lors de la générale, Cyril Teste lui-même, nous attendait à l’entrée des Bouffes du Nord et nous annonça que nous allions assister à « l’échographie d’une démarche artistique ». Effectivement, Opening Night c’est un spectacle en mouvement perpétuel avec un mélange de théâtre et de cinéma particulièrement réussi. Evidement nous voyons le plateau avec un grand écran mais aussi les loges que l’on aperçoit en direct et projetée sur l’écran de la scène grâce à une caméra vidéo embarquée. Cyril Teste intervient dans le jeu des comédiens en les apostrophant ou demandant de mettre une intention particulière. Le public participe de fait à l’évolution et chaque représentation sera différente avec des mises en abime multiples. Sacré exercice mais passionnant en diable !

Basé sur le scénario du film de John Cassavetes, voici l’histoire à laquelle nous assistons : Nancy attend l’actrice Myrtle Gordon après un spectacle pour lui faire part de son admiration et puis elle est renversée par une voiture et meurt. Pour la troupe, la vie continue ils vont aller diner mais pour Myrtle, une descente aux enfers s’annonce car Nancy l’a touchée et lui rappelle sa jeunesse…

Je souhaite parler du plaisir de retrouver une grande Isabelle Adjani qui semble revivre sur le plateau des Bouffes du Nord. Elle est magnifique (sauf quand elle cache ses yeux derrière d’énormes lunettes noires mais je vous rassure ça ne dure pas longtemps, les lunettes sont vite jetées). Cette dame nous donne une leçon magistrale. Ses deux compagnons de jeu sont aussi superbes : Morgan Lloyd Sicard et Fréderic Pierrot.

Je vous recommande cet Opening Night qui est un spectacle unique.
... Une expérience artistique partagée et unique par définition, portée par de prodigieux talents. Un incontournable moment de création à vif.
3 mai 2019
9/10
21 0
Attention ! Voici un OTNI !
Un Objet Théâtral Non Identifié !

Lorsque l'on se rend au théâtre, en principe, on va voir un « produit fini ».
Lorsque l'on va assister par exemple à l'excellentissime version de l'opéra Hamlet d'Ambroise Thomas, mis en scène récemment à l'Opéra Comique par Cyril Teste, on va assister à un spectacle donné, écrit, immuable, dont le « processus de fabrication » n'évolue pas pendant les deux heures et demie de sa durée.

Ici, c'est tout le contraire.

D'ailleurs, Cyril Teste nous attendait pour cette générale en haut des marches de marbre des Bouffes du Nord : « Vous allez assister à l'échographie d'une démarche artistique ! », nous prévient-il !

C'est d'ailleurs tout le paradoxe que relevait John Cassavetes, le réalisateur du film éponyme, et dont le « patron » du collectif MxM s'est servi pour point de départ de cette performance théâtrale.
« Le mouvement de la scène importe plus que le spectacle lui-même », écrivait le cinéaste, s'interrogeant sur le concept-même de spectacle.

Nous allons donc assister à une expérience dramaturgique prenant en compte la question du public. Les spectateurs ne vont pas se trouver devant le produit fini évoqué plus haut, mais vont participer de fait à son processus. Une écriture qui va se prolonger devant nos yeux, une recherche formelle dans laquelle nous serons partie prenante. Parce que nous sommes là, différents chaque soir.
Chaque séance sera donc différente elle aussi.

Bien entendu, le prétexte de cette recherche-là, c'est le scénario de Cassavetes.
Un soir, après un spectacle théâtral, Nancy, une jeune fille attend la star à la sortie des artistes. Lorsque la grand actrice Myrtle Gordon sort du théâtre, Nancy se précipite vers elle, l'enlace.
La comédienne est touchée par la jeune fille. Un instant plus tard, Nancy est fauchée par une voiture, devant les yeux de Myrtle.

Nous allons quant à nous découvrir trois comédiens.
Morgan Llloyd-Sicard interprète un metteur en scène (Manny), Isabelle Adjani (Myrtle) et Frédéric Pierrot (Maurice) seront ses deux comédiens.

La création de leur spectacle se met à vaciller. La mort de Nancy hante Myrtle. Que représente pour elle ce drame, qu'est-ce qui résonne tant en elle, à quoi renvoie au plus profond de son être cet accident ?

Mises en abyme multiples, donc. Le cinéma dans le théâtre, le théâtre dans le théâtre.

A son habitude, Cyril Teste mélange habilement et judicieusement les genres et les media.
Grâce à une caméra vidéo embarquée, dont les images sont diffusées sur un grand écran installé au centre du décor, nous serons au plus près des acteurs, à la fois dans leur loge, et sur le plateau.

Il interviendra en direct, comme dans un happening, dirigeant ses comédiens, rectifiant une scène, faisant refaire, encore et toujours. « On ne s'est absolument pas compris ! », « Tu vois ce que je veux dire ? », « Tu réfléchis trop ! », lance-t-il en direct...

Alors évidemment, ces trois comédiens sont eux aussi des chercheurs.
Et en tout premier lieu, bien évidemment, Mademoiselle Adjani.

Comment ne pas se rendre compte que la démarche de Cyril Teste, et le défi que représente cette pièce qui va se réinventer chaque soir, comment ne pas se rendre compte que tout ceci séduit la comédienne ?

Elle aussi tâtonne, elle aussi cherche devant nous.
Elle aussi, comme Myrtle, semble se battre contre des fantômes... Il y a notamment une scène de gifle dans ce spectacle, qui doit bien renvoyer à un film, ou encore à une certaine pièce passée...

Et moi d'être subjugué... A mon humble avis, Isabelle Adjani, n'a jamais été aussi belle...

Surtout sans ces lunettes noires énormes, avec lesquelles elle apparaîtra, mais qu'elle jettera sur une table en tout début de la pièce...

Comme un message : ce soir, pour ce retour sur les planches, je suis moi, semble-t-elle nous dire. Sans filtre, sans masque...

Ce soir, je suis en train de faire le métier que j'aime... Jouer, chercher, inventer, dans ce projet-cadeau que me fait Cyril Teste.

Son jeu n'a peut-être jamais été aussi intense...
Une immense comédienne, trop rare, nous donne une leçon. Peut-être même une leçon au-delà de la pure leçon dramaturgique.

Bien entendu, ses deux partenaires de jeu sont eux aussi particulièrement investis dans cette démarche très particulière, et apportent une évidente cohérence au spectacle.

Je vous conseille plus que vivement cette heure et quart étonnante, fascinante, rare...
Cyril Teste, qui qualifie son projet de « scission fondamentale » dans son travail avec son collectif, continue d'expérimenter, de chercher, d'innover.
En somme, il continue à écrire et à faire le théâtre d'aujourd'hui.
Afficher le commentaire
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor